Managers et salariés se font confiance, mais ne se comprennent pas

Managers et salariés se font confiance, mais ne se comprennent pas

Emploi
DirectLCI
DÉCALAGE – Le groupe Cegos, organisme de formation professionnelle, a publié ce mardi son "Baromètre du climat social et qualité de vie au travail". Deuxième volet : les relations entre managers et salariés.

Ils se font confiance ! D’après le baromètre "Climat social et qualité de vie au travail" de Cegos publié mardi, les relations entre salariés et managers semblent au beau fixe : 84% des salariés estiment ainsi que leur manager leur fait confiance et 85% des managers estiment que leurs subordonnés pensent la même chose d'eux. 72% des collaborateurs ont aussi confiance en leur chef, un chiffre en hausse de 8 points depuis 2015. Bref, à première vue, c’est l’entente cordiale entre les deux camps.


Mais certains indicateurs nuancent un peu ce tableau idyllique : salariés et managers ne se comprennent pas toujours. Si 66% des salariés se sentent ainsi écoutés et compris par leur manager, le chiffre, plutôt important, est en baisse de 4 points par rapport à 2015. De même, 67% des salariés trouvent que le manager est équitable avec l’équipe, une tendance en baisse de 7 points, et 63% estiment qu'il est capable de réguler des tensions entre collaborateurs (-6 points). En face, les managers ne semblent pas conscients des bémols et affichent des taux de satisfaction, sur les même sujets, toujours plus élevés que ceux de leurs subordonnés.

Pas la même vision de la reconnaissance

Parmi les qualités attendues chez un manager pour un climat social serein, les salariés mettent en avant la confiance, le droit à l’erreur et l’écoute. Des attentes qui révèlent, là aussi, un décalage ironique : les managers ont de leur côté l’impression d’avoir une action très efficace sur ces leviers.  67% estiment par exemple savoir reconnaître et féliciter leurs collaborateurs et 85% jugent que leur action est efficace. Mais en face, les salariés ne sont que 28% à le ressentir. "Le décalage peut venir du fait que collaborateurs et managers ne mettent pas la même signification au mot reconnaissance", estime Catherine Lainé, directrice de projet et spécialiste des enjeux RH chez Cegos. Les mêmes différences persistent pour le sentiment de "prendre du temps avec son équipe" ou "communiquer de manière claire et transparente". 


Le décalage entre salarié et manager est aussi flagrant sur d’autres sujets, comme les objectifs et les évaluations. Si les managers ont l’impression qu’ils sont clairement définis (à 82%), c’est de moins en moins le cas pour les salariés, (à 80%, en baisse de 10 points depuis 2015). "Tout est plus flou, ils ne savent plus trop ce qu’on attend d’eux", indique la directrice d’études. De la même manière, 72% des managers pensent que l’entretien annuel permet d’avoir un dialogue constructif, alors que le salarié y voit de moins en moins d’intérêt (67%, en baisse de 7 points). 


Ils sont en revanche de plus en plus nombreux à trouver que le manager ne donnent pas un retour régulier sur les résultats et la qualité de travail. A l'inverse, les managers pensent le faire de plus en plus. "Cela illustre la nécessité d’être davantage dans le feedback au quotidien. L’époque où l’on se disait tout une fois par an n’est plus adaptée", estime Catherine Lainé. "Il y a un besoin de réactivité, de retour chaque jour, dans un contexte où tout bouge très vite."

En vidéo

Comités d'entreprise : les salariés tous égaux ?

> Etude réalisée par l'Observatoire Cegos, en septembre et octobre 20178, auprès d'un échantillon représentatif de 1.160 personnes (salariés, managers, et directeurs ou responsables des ressources humaines), auprès d'entreprises du privé de plus de 100 salariés. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter