"Monsieur, avez-vous pensé à créer votre propre emploi ?" : quand les chômeurs sont appelés à devenir entrepreneurs

Emploi

AU TRAVAIL - Pôle emploi organisait la semaine dernière une série d'événements pour informer sur la création et la reprise d’entreprises. L’organisme envisage en effet de plus en plus la création d’entreprise comme une solution de retour à l’emploi pour les chômeurs.

Avez-vous déjà arpenté les salons d’entrepreneurs ? Peut-être, alors, avez-vous croisé, ces personnes, parfois un peu déphasées, un peu perdues dans les allées, des tas de dossiers sous le bras, l’air pas vraiment du sérail, mais venues humer l’air de l’esprit "start-up nation". Certaines parmi elles sont des demandeurs d’emploi, souvent anciens salariés, aiguillés là par leur conseiller Pôle emploi pour venir se renseigner, et, qui sait, monter leur petite entreprise, histoire de sortir de la crise.

Une entreprise sur trois créée par un chômeur

Vous voulez un emploi ? Créez-le ! C'est l'une des pistes explorées par Pôle emploi depuis quelques années : la création d’entreprise comme solution de retour à l’emploi. Une promesse d’autant plus alléchante que le contexte est à l’esprit d’entreprendre : "L'engouement en faveur de la création d’entreprise se confirme d’année en année, avec plus de 690.000 entreprises créées en France en 2018 (+17% par rapport à 2017), dont 310.000 sont des micro-entreprises" rappelle Pôle emploi, citant l’Insee. Pour accompagner, l'agence dispose ainsi de conseillers spécialisés sur le sujet. Elle a a aussi développé des formations spécifiques. La semaine dernière, elle a également organisé la Semaine de la création et de la reprise d’entreprise, "une semaine pour faire émerger des idées et créer son projet", avec des événements dans toute la France.  

Après 18 mois de chômage, Isabelle, 47 ans est en train de monter son activité. Elle est ancienne salariée, a travaillé dans l’hôtellerie-restauration, puis dans la grande distribution, est devenue ajointe de manager, manager, directrice de magasin. "Mais mon dernier poste ne me donnait plus satisfaction. Je ne me reconnaissais plus dans l''état d’esprit et la manière de manager les équipes", raconte-t-elle à LCI. Elle démissionne, avec l'idée de reprendre un restaurant avec son conjoint. "Quand j’en ai parlé à ma conseillère Pôle emploi, elle m'a envoyé à un forum sur la création d’entreprise. Il m’a permis de me dire 'on y va'". Avec son mari, ils ont monté des dossiers, cherché des financements, suivi des formations, cherché une affaire à reprendre. Et ont trouvé un petit hôtel restaurant à Saint-Pol-sur-Ternoise (Pas-de-Calais). 

Lire aussi

Il ne faut pas croire qu’on va venir frapper à votre porte et tout vous dérouler- Isabelle, qui reprend un hôtel-restaurant

Créer son entreprise, c'est tout de même une vraie bascule par rapport au salariat. Isabelle y est prête : "J'ai envie de me dire 'maintenant, je suis mon propre patron'", s'enthousiasme-telle. "Mais, effectivement, c’est un grand questionnement. Avec mon mari, nous avions des métiers corrects, avec des salaires corrects. Nous avons pesé le pour et le contre. C'est un choix aventureux, semé d'embûches. Mais j’ai été bien accompagnée !".

A Pôle Emploi, Isabelle a été prise en charge par une conseillère spécialisée dans la création d’entreprise. Celle-ci l’a orientée vers des formations pour découvrir le métier d’entrepreneur, mais aussi celles nécessaires à son projet d’hôtellerie. "Cela m'a beaucoup aidé. D'abord financièrement, car les formations sont payées par Pôle Emploi. Ensuite, en terme de conseils", se souvient-elle. Sa conseillère lui a par exemple vite préconisé d'embaucher un expert-comptable pour toutes les démarches. "C'est la meilleure chose qu’on ait faite !", se réjouit Isabelle. "Car monter sa boite demande énormément de temps et d'énergie", prévient Isabelle. "Certaines nuits, vous ne dormez pas, vous vous demandez si vous allez y arriver, si vous avez pris la bonne décision".

Repérer le "profil du créateur"

Et c'est là tout le pendant : tout chômeur peut-il devenir entrepreneur ? Monter sa société pour avoir du travail, est-ce réellement la solution miracle ? N’est-ce pas une manière de sortir les chômeurs d’une case, tout en les faisant basculer dans une autre précarité ? Certes, selon les dernières données de Pôle emploi, une entreprise créée sur trois l'est par un chômeur. Mais près de la moitié sont aussi des micro-entrepreneurs qui gagnent moins que le Smic. Et si Isabelle a tout de suite eu cette idée d'entreprise, ce n'est sans doute pas le cas d’autres personnes. 

Plus globalement, sont-ils fait pour ça ? A quel prix leur vend-on cette casquette d’entrepreneur ?  D'après Gabrielle Duquenoy, la conseillère Pôle Emploi qui a accompagné Isabelle. la plupart des chômeurs qui viennent vers elle sont volontaires pour créer une entreprise. Mais il arrive aussi parfois que ce soit le conseiller qui suggère l'hypothèse : "Quand nous constatons que la personne effectue des démarches de recherche d’emploi, ne trouve pas mais qu’elle est autonome, nous pouvons lui proposer. Mais il n'est évidemment pas possible de suggérer à tous les chômeurs de créer leur boite !". 

Il faut, explique-t-elle, "repérer le profil du créateur" : "Si nous voyons quelqu'un avec une expérience assez solide, ambitieux, persévérant, nous allons sans doute lui dire 'monsieur, avez-vous pensé à créer votre propre emploi ?' Mais il faut que tout soit sécurisé." Sécurisé, c’est-à-dire orienter le demandeur d'emploi vers des ateliers afin de vérifier si cela correspond à son projet et son parcours. "Peut-être va-t-il s’apercevoir que cela ne lui convient pas. Nous allons alors le réorienter vers la recherche d’emploi. Notre rôle n’est pas de laisser la personne créer et que son projet n’aboutisse pas. Tout part donc d’un diagnostic. C’est comme le médecin. Si nous avons posé le bon diagnostic, nous allons avancer."

En vidéo

Comment aider les chômeurs à trouver un emploi plus facilement ?

Il faut bien réfléchir, et ensuite, oser, foncer- Isabelle, qui reprend un hôtel-restaurant

Selon les dernières données de Pôle emploi, neuf demandeurs d’emploi sur dix ont vu leur projet aboutir et trois entreprises créées sur quatre sont toujours en activité trois ans après la validation du projet. Isabelle, elle, aura les clés de son hôtel le 15 octobre et commence une nouvelle phase de son projet. 

Avec le recul, elle voit quelques précautions à prendre avant de se lancer : "Il faut bien réfléchir. Vraiment regarder tout ce qu’il y a à faire pour créer une entreprise, s’en sentir capable. Et ensuite, foncer, ne pas avoir peur de se vendre, de frapper à toutes les portes", résume-t-elle. "Il faut aussi bien s’entourer, car tout seul, c’est très dur." Ah, et aussi "ne pas avoir peur des papiers" !

Lire et commenter