Plexiglas à la supérette, sanitaires privatifs... le camping s'adapte pour accueillir les touristes cet été

De nombreux opérateurs jouent la prudence pour les vacances d'été. Ils proposent des réservations annulables et sans aucun frais même à la dernière minute.

TOURISME - Rouvrir mais dans quelles conditions ? A quelques semaines de la saison estivale, une responsable de camping du sud de la France se démène pour accueillir les vacanciers en respectant la fameuse distanciation sociale. Au niveau national, le secteur tente de mettre en place des chartes sanitaires.

Aurore se bat, pour que son camping survive. Aurore Laroche tient, près de Saint-Raphaël dans le Var, le camping d’ Esterel Caravaning. Elle a suivi, comme tout le monde, l’allocution du président. Entendu cette date de la mi-juillet, pour la réouverture des campings et de l’hôtellerie. "Si on rouvre le 15 juillet, on est mort", nous dit-elle. "On aura 20 000 morts du Covid, et combien de suicides de chefs d’entreprise ? 

Alors elle a envoyé cette lettre à Emmanuel Macron, demandant la réouverture des campings en juin, comme le souhaiterait la fédération de l'hôtellerie de plein air. Aurore a lancé une pétition, "au nom des 25 millions de campeurs", en avançant la spécificité des campings, par rapport aux hôtels : "Nous sommes en plein air. Nos couloirs font 5 mètres de long, nous n’avons pas besoin de circulation de l’air filtré. Ici, les emplacements sont de 300 mètres carrés, on n’est pas les uns sur les autres. Nous sommes au cœur de la nature."  L’autre spécificité, c’est une activité très saisonnière, d’avril à septembre, car assujettie à la météo. "On ne peut pas faire notre saison en deux mois..."

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Pour le secteur du tourisme, les scénarios de déconfinement sont encore en réflexion. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères est en train de consulter les fédérations. L’objectif : établir un protocole sanitaire, des normes pour assurer la sécurité des professionnels et des vacanciers. Jérôme Mercier, président de Campings.com a lancé une charte, Camping clean care, référençant les établissements prêts à s’engager avec des mesures sanitaires renforcées. Les propositions seront remontées à Jean Castex, haut fonctionnaire chargé par le gouvernement de piloter le déconfinement. Le travail est en cours et il ne devrait pas y avoir d'annonces avant fin avril. 

Ce qui est sûr, c'est que les vacances au camping, comme dans les hôtels, ne ressembleront pas à celles que l'on connaissait. "Les campings n’auront pas vraiment la même ambiance que d’habitude", reconnnaît sur RMC Nicolas Dayot, président de la Fédération nationale de l'hôtellerie de plein air (FNHPA). Il n’y aura sans doute pas de rassemblement ou de soirées comme on a pu le faire. Ce seront des vacances familiales, en mode distanciel", poursuit-t-il. Il n'est pas exclu que les campings doivent accueillir moins de monde. Et les piscines ? Pourront-elles ouvrir ? Autant de questions qui n'ont pas encore forcément de réponses, et sont actuellement négociées au plus haut niveau.  

"Je fais des listes de toutes les idées qui me viennent (...) Le seul but, c'est de préserver la santé de mes vacanciers et de mon personnel."- Aurore, responsable de camping

Dans le Var, Aurore a pris les devants. "Nous avons doublé la surface du restaurant, en gardant la même capacité d’accueil, ce qui permet d’offrir aux vacanciers des tables à 4 mètres de distance. J’ai aussi agrandi la terrasse de la piscine, même si on ne sait pas si on pourra l'ouvrir, et nous sommes en train d’agrandir le mini-club, avec une seule entrée pour prendre la température des enfants et leur proposer du gel hydroalcoolique."

Son camping dispose de 331 mobilhomes et 164 emplacements de caravanes. "Sur ces derniers, la moitié ont des salles de bain et des toilettes privées", détaille la patronne. "J'en ai également commandé en urgence ce qui permettra aux gens d’être chez eux." Egalement en chantier, la mise en place d’une réception délocalisée : les touristes paieront avant de venir, recevront en échange un code-barre à scanner lors de l’entrée au camping pour éviter les contacts. Aurore a aussi commandé des vitres en plexiglas pour équiper sa supérette. Elle essaie de faire venir des masques de Chine via des contacts qu’elle a là-bas. Elle n’arrête pas. "Je fais des listes de toutes les idées qui me viennent, j’en fais des cauchemars la nuit! On est obligé de se creuser la tête, mais on anticipe ! Le seul but, c'est de préserver la santé de mes vacanciers et de mon personnel."

Evidemment, tout cela a un coût. Mais Aurore a fait ses calculs. Entre fermer son établissement, perdre la totalité de la saison… Elle préfère faire des investissements pour pouvoir sauver la saison. Pour l’instant, son taux de remplissage est de 40% quand d’habitude, à cette époque, tout est complet. Elle essaie de rester positive. "On va sans doute avoir un report de clientèle, de gens qui devaient partir à l’étranger. La saison va aussi se décaler, je vais ouvrir jusqu’en octobre."

Lire aussi

En vidéo

Tourisme : des vacances d’été déjà hypothéquées par l’incertitude du déconfinement ?

Le moment venu, il y aura cette envie de France...- Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères

En plein brouillard, une éclaircie : si pour l’instant "les réservations sont à l'arrêt", les professionnels se disent encore confiants sur la fréquentation. Jérôme Mercier, PDG de Campings.com expliquait sur LCI mardi matin : "les Français ont bien compris qu'ils allaient devoir partir en vacances en France, ils attendent d'avoir davantage de visibilité pour se projeter."  Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères le dit aussi à demi-mot : "Il n’est pas encore possible de donner d’échéance ou de calendrier. Mais le moment venu, il y aura cette envie de France, de redécouvrir le patrimoine, le terroir, car plus que jamais il y aura un besoin d’oxygène, de pouvoir se retrouver en prenant les précautions nécessaires et pouvoir souffler un peu."  Il estime, cependant, "qu’une partie du tourisme sera affinitaire : aller dans des lieux que l’on connait déjà." 

C’est ce que voit déjà Aurore, de son camping. "Je pense qu’il y aura beaucoup de vacances de proximité, que les Français ne vont pas forcément partir très loin. Avec ce déconfinement progressif, il y aura sans doute une crainte d’aller dans certaines régions,une envie de ne pas faire trop de kilomètres, de rester proche de chez soi. En ce moment, nous avons une vraie demande de gens du bassin méditerranéen, de Provence-Alpes-Côtes-d’Azur, ou de Lyon."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Déplacement, écoles, vaccination, couvre-feu... ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

Minute par minute, comment suivre le décollage de Thomas Pesquet à bord de SpaceX

"On sera à 600 morts par jour d'ici quelques semaines" : le cri d'alerte du Pr Jean-François Timsit

Deux jeunes retrouvés morts après être partis en randonnée au Piton de la Fournaise

Qui pourra rouvrir en mai ? Les certitudes et les inconnues du calendrier du déconfinement

Lire et commenter