Plus d'un chômeur sur deux a déjà accepté un emploi qui ne lui correspondait pas

Plus d'un chômeur sur deux a déjà accepté un emploi qui ne lui correspondait pas
Emploi
DirectLCI
EMPLOI - Selon un sondage OpinionWay pour l’association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) publié en exclusivité sur franceinfo ce mardi matin, une majorité de Français est prête à faire de nombreuses concessions pour retrouver le marché du travail. Y compris accepter un emploi qui ne leur correspond pas (55%).

Alors que le gouvernement veut punir plus durement les chômeurs qui ne rechercheraient pas assez activement du travail, un sondage montre que les Français font des concessions pour sortir à tout prix de leur "inemploi". En effet, selon une étude OpinionWay pour l’association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) que publie en exclusivité franceinfo mardi 12 mars, plus d’un actif sur deux (55%) a déjà accepté un emploi qui ne lui correspondait pas pour cesser d'être au chômage.

En vidéo

Dégressivité des allocations chômage : que font nos voisins ?

En outre, les sondés sont 42% à assurer avoir revu leurs ambitions salariales à la baisse pour retrouver le marché du travail, tandis que 39% ont fait des concessions sur la nature même de l’emploi, en acceptant par exemple un poste sous-qualifié par rapport à leurs compétences, indique cette deuxième vague du baromètre sur le chômage et ses impacts.

39% ont fait des concessions sur le secteur d'activité

Le sondage précise également que 39% ont choisi de faire des concessions sur le secteur d’activité qui ne correspondait pas à leur formation, et 37% sur le type de contrat. "C’est l’exemple typique du passage du ‘Je ne cherchais qu’un CDI’, qui est toujours perçu comme le Graal, à ‘Je suis prêt à prendre un CDD, voire des CDD de courtes durées" explique à franceinfo Vincent Godebout, délégué général de l’association SNC.


L’étude révèle également que 35% des actifs ont fait des concessions sur les conditions de travail offertes, comme les horaires, tandis que 21% d’entre eux ont accepté de revoir leurs critères sur la situation géographique de leur emploi.


Etude réalisée du 5 au 21 mars 2018 auprès de 2135 personnes d'après un échantillon représentatif de la population des actifs de 18 ans et plus, hors retraités et hors inactifs, selon la méthode des quotas, de sexe, catégories socioprofessionnelles, après stratification par régions et par catégories d'agglomération.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter