Quelles sont les villes qui ont créé le plus d’emplois au cours du dernier mandat municipal ?

Vue de l'église Saint-Georges et de la passerelle piétonne sur la Saône, ainsi que la vieille ville, à Lyon.
Emploi

ETUDE - Alors que les élections municipales se profilent, le cabinet Arthur-Loyd a identifié les 30 villes françaises où les créations nettes d’emplois ont été les plus importantes depuis 2014.

Alors que les municipales se profilent, quelles sont les régions les plus dynamiques, sur le plan économique ? Le cabinet de conseil en immobilier Arthur-Loyd a identifié, au travers des dernières données publiées par l'Acoss (Agence centrale des organismes de sécurité sociale), les 30 villes françaises où les créations nettes d’emplois ont été les plus importantes depuis 2014. 

Il ressort de ce baromètre que plusieurs municipalités en difficulté au cours de la période 2008-2014 ont réussi à renverser la vapeur. Des performances impressionnantes à mettre en perspective avec un phénomène économique local jusqu’ici passé inaperçu : les "villes banlieues" enregistrent la plus forte dynamique de création d’emplois depuis 10 ans. "À tel point qu’elles constituent désormais le 1er employeur de France", indique le cabinet, selon qui ces "résultats permettent de prendre la mesure du rôle prépondérant des élus locaux et de l’impact des politiques locales". 

Lyon, Toulouse, Nantes, Bordeaux

Voici donc le classement des villes les plus créatrices d’emploi.

Premier constat, les volumes de créations d’emplois depuis 2014 restent souvent liés à la taille des villes, en témoignent les chiffres de Lyon (+27 854 emplois entre 2014 et 2018),  Toulouse (+17 907), ou encore,  Bordeaux (+13 190). Certaines villes réussissent néanmoins l’exploit d’enregistrer des gains d’emplois supérieurs à ce que leur taille le laisserait présager : c’est notamment le cas de Nantes (+14 477), qui fait mieux que la Marseille (+9 358), pourtant trois fois plus peuplée.

D’autres villes sont parvenues à redresser la barre : certaines ont réussi à recréer davantage d’emplois depuis 2014 qu’elles n’en n’avaient perdus lors de la mandature précédente (2008 – 2014).  Comme, par exemple, Strasbourg (+8 302 créations nettes depuis 2014, contre 1 397 destructions de postes pour la période précédente), Rennes (+7 615, contre -2 007), Nice (+ 5 683, contre 5 215), Dijon (+3 101, contre -1 164),  ou encore, Valenciennes (+ 2 000, contre -1 440).

Le baromètre rappelle que si l'action locale des maires est importante dans la réussite économique du territoire, ces derniers ont toutefois bénéficié, notamment entre 2014 et 2017, d’un contexte économique national en "nette amélioration par rapport à la précédente mandature qui avait été marquée par la récession économique de 2009". 

En vidéo

Une semaine pour l'emploi : un artisan retrouve du travail

Voir aussi

Les banlieues s'affirment

Autre enseignement du baromètre : les proches périphéries des villes enregistrent la plus forte dynamique de création d’emplois depuis 2009. Les "banlieues" voient ainsi leur rôle s’affirmer dans le paysage économique français : elles affichent une croissance de +8% des effectifs salariés et concentrent près des 2/3 des créations d’emplois en France au cours des dix dernières années, soit 648 600 postes. Au total, les proches périphéries polarisent près de 8,7 millions d’emplois dans le secteur privé en France.

En revanche, dans les couronnes périurbaines françaises, donc plus loin des villes-centre, le redémarrage des créations d’emplois a été plus tardif. Ces espaces voient leurs effectifs salariés progresser de +4% depuis 2009. Dans les plus grandes métropoles régionales, la hausse est de +15%, en lien avec la forte croissance démographique et l’urbanisation de ces espaces.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter