Reconversion professionnelle : du Parlement au parmesan, Audrey lance le site de sa "Laiterie Marseillaise"

Reconversion professionnelle : du Parlement au parmesan, Audrey lance le site de sa "Laiterie Marseillaise"
Emploi
DirectLCI
ÉPISODE 2 - Nous suivons depuis novembre la reconversion professionnelle d'Audrey, ancienne collaboratrice parlementaire qui s'apprête à ouvrir sa boutique de fromages. Elle vient de franchir une nouvelle étape : le lancement du site internet de La Laiterie Marseillaise.

C'est la vitrine de sa future boutique. Audrey, ancienne collaboratrice parlementaire en reconversion professionnelle, vient de lancer, fin février, le site internet de la fromagerie qu'elle compte ouvrir cet automne à Marseille. La Laiterie Marseillaise proposera bien sûr sa "sélection de fromages de terroirs" mais assurera aussi une "fabrication urbaine de produits laitiers". 


Cette trentenaire, que nous avions rencontrée une première fois en novembre, et dont nous continuerons à vous faire suivre les aventures, indique en effet qu'elle va "lancer une gamme de yaourts dans des bocaux consignables" confectionnée par ses soins. Ou plutôt pas "leurs soins". Car elle peut désormais s'appuyer sur une associée pour finaliser son projet. "Madeleine, une amie rencontrée pendant ma formation de fromagère, a obtenu son diplôme en même temps que moi" (une certification professionnelle de crémière fromagère suivie à l'Institut de formation et de promotion des commerces de l'alimentation de septembre 2017 à juillet 2018). 

Fabriquer des produits laitiers en ville, on a tout un tas de raisons de le faireAudrey et son associée sur le site de La Laiterie Marseillaise

"A force de discuter ensemble de nos projets, sa proposition de m'apporter ponctuellement son aide a abouti à une association. Se lancer à deux, c'est forcément plus facile", explique Audrey. D'autant qu'elles ont des profils complémentaires : également reconvertie, son acolyte travaillait auparavant dans la mode éthique, après avoir suivi des études de gestion. Autre atout de Madeleine : "Outre notre formation commune, elle a appris à faire du fromage au lycée agricole d'Aurillac mais également dans des fermes un peu partout en France. Notamment du Munster dans les Vosges, du Pélardon dans la Drôme du Reblochon en Savoie". 


Au centre de leur démarche : "le local", dont les mérites sont amplement vantés. "Fabriquer des produits laitiers en ville, on a tout un tas de raisons de le faire : nous reconnecter à notre territoire, rémunérer mieux les acteurs de la filière et faire baisser notre empreinte écologique sont autant de raisons de relocaliser les zones de production près des zones de consommation", lit-on sur leur site. Un credo que l'on retrouve au fil des posts publiés sur la  page Facebook et le compte Instagram dédiés à cette future adresse marseillaise.  

Il n'est donc pas étonnant de voir déjà sur leur site un premier long article (illustré de photos de chèvres et de fermiers réellement rencontrés) consacré à l'Appellation d'origine contrôlée (AOC) La Brousse du Rove, reconnue il y a tout juste un an. Il s'agit d'un fromage fabriqué à partir de lait cru de chèvre dans une zone de production qui regroupe 131 communes de Provence-Alpes-Côte d'Azur. 


Cette envie de partager leur vision d'un monde meilleur s'accompagne également déjà de la ferme intention d'organiser des ateliers pour partager leurs connaissances avec les gourmands et les curieux. Multipliant les contacts avec les commerçants et le réseau d'agriculture urbaine de Marseille, il est prévu qu'elles proposent des animations les 4 et 5 mai dans le cadre des 48 heures de l'agriculture urbaine. Au menu, nous annonce Audrey, "fabrication de beurre pour les enfants et de fromage pour les adultes".

En vidéo

Emploi : comment réussir sa reconversion professionnelle ?

Le local trouvé mais vendu à un acheteur plus offrant

Et dans la boutique, qui aurait déjà pu avoir de vrais murs si le local repéré cet hiver n'avait pas été soufflé in extremis par un acheteur plus offrant, toute question sera légitime et bienvenue. "On a décidé de répondre à tout" pour expliquer "les mystères de la transformation", comment "avec le même lait, on obtient parfois un saint-nectaire, parfois un comté, ou la différence entre "les pâtes molles et les croûtes fleuries". 


Reparties de plus belle dans la recherche d'un lieu opportun, les associées auront mis ce contretemps à profit pour consolider encore davantage leur projet déjà bien abouti. Elles ont ainsi pu peaufiner le business plan, le statut juridique de l'entreprise, le financement, et les autres indispensables éléments stratégiques et administratifs nécessitant un colossal travail préparatoire. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter