Reconversion : TestUnMétier.com, cet organisme qui vous permet de tester un métier pour de vrai avant le grand saut

Emploi
DirectLCI
ENVIE - On sait ce qu'on quitte et non pas ce qu'on prend. Pour aider les personnes cherchant à se reconvertir à confirmer leur intuition, la start-up TestUnMétier.com permet de voir de l'intérieur, pendant un à trente jours, chez un professionnel, à quoi ressemble le poste convoité.

Que ce soit pour réaliser un rêve ou par nécessité, l'idée de changer de profession au cours de son existence est désormais très partagée. Les deux-tiers des salariés pensent ainsi changer au moins trois fois de métier au cours de leur carrière, selon une enquête Ifop/Monster réalisée l'an dernier. Et près d'un quart des personnes de 20 à 50 ans en poste ont changé de profession entre 2010 et 2015, selon une toute récente étude du ministère du Travail dévoilée début novembre.


Mais au moment de se jeter à l'eau, les doutes prennent souvent le dessus. "Aimer faire des gâteaux chez soi, c'est une chose. Réaliser 400 fonds de tarte à la journée, c'en est une autre", relève Carine Celnik, fondatrice de TestUnMétier, un organisme de formation lauréat du Trophée de l'innovation start-up/DRH, dans la thématique "mobilité", remis dans le cadre du congrès Nouvelle vie professionnelle, qui se tenait le 13 novembre à Paris. Cette structure propose donc de découvrir véritablement de l'intérieur la profession visée. Le dispositif permet d'être accueilli pendant un à trente jours chez un professionnel, partout en France. Un ancrage dans le réel, qui permet de conforter (ou pas) son choix, au delà des fantasmes ou des idées reçues.

De 199 euros et 699 euros pour les particuliers

TestUnMétier, start-up créée fin 2016, vise ainsi à faciliter la reconversion professionnelle. "Il est très difficile de tout changer, notamment pour ceux qui embarquent leur famille avec eux. Tester un métier et donc passer de la passion à la réalité permet de se donner de la confiance", assure Carine Celnik à LCI. Ses services sont sollicités par différents publics : "D'une part, des entreprises en restructuration qui cherchent à aider les employés à retrouver rapidement un poste dans leur zone d'habitation. D'autre part, des particuliers qui désirent changer de métier pour donner corps à une envie, un rêve, et donner plus de sens à leur vie", précise-t-elle. 


Quand il s'agit donc d'une initiative personnelle, il n'est pas toujours évident de faire part à son employeur de cette envie de changer de métier. "S'il est possible pour le salarié de se dévoiler, il peut se faire financer par son entreprise dans le cas d'un plan de formation. Mais quand il est risqué d'en faire part, il convient alors de s'organiser pour le réaliser pendant ses congés", explique à LCI  la directrice de la relation client  Natacha de Mourzitch, tout en précisant qu'un financement dans le cadre du compte personnel de formation (CPF) est en cours de validation.


Concrètement, l'organisme définit avec le particulier ses objectifs et le conseille sur son projet, évalue les capacités du tuteur à transmettre sa compétence ou son métier, définit avec lui les missions (tâches, notions, jours de travail notamment) et apporte un cadre juridique à cette expérience en établissant des contrats de formation et de prestation de services. Côté tarif, il existe deux formules pour les particuliers. L'une, à 699 euros, consiste en un accompagnement complet comprenant la recherche du tuteur. L'autre, à 199 euros, correspond à un accompagnement simple : il revient alors au client d'identifier le professionnel qui l'accueillera.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter