Recruteurs, découvrez comment postulent les Français, ce qu’ils recherchent dans vos offres... et ce qui les agace

Recruteurs, découvrez comment postulent les Français, ce qu’ils recherchent dans vos offres... et ce qui les agace

Emploi
DirectLCI
ÉTUDE - Site internet, candidatures spontanées, cabinets de recrutement... : pour chercher du travail, les salariés en poste multiplient les techniques.

Par quels moyens passent les Français déjà en poste pour chercher un autre travail ? Quelles méthodes privilégient-ils pour changer d’emploi ? Qu’attendent-ils d’une offre ? Alors que les entreprises se battent pour attirer les nouveaux talents, le site de recrutement Meteojob s’est penché sur ces questions.


Sans surprise, à l’heure d’internet, 86 % des sondés indiquent effectuer des recherches sur des sites d’emplois. Ils sont également 62% à envoyer des candidatures spontanées et 53% à faire parvenir leur CV directement à des cabinets de recrutement. Certains (40%) ciblent davantage et vont trouver des offres sur le site carrière des entreprises qui les intéressent. A noter qu'à l’heure où sont tant mis en avant les réseaux sociaux, "seuls" 34% des sondés indiquent utiliser Facebook ou Linkedin pour consulter des offres. 

D'abord, le fond

Ce que les postulants éventuels cherchent d’abord dans une offre d’emploi ? Avant tout, une description très précise de la mission (82%), mais aussi une indication sur la rémunération (71%), des informations sur le profil recherché (67%) et sur l'entreprise (65%). 55% prêtent également attention, dans l’annonce, aux horaires de travail. En revanche, ils sont moins nombreux à s'intéresser aux valeur de l’entreprise (38%), aux moyens mis à disposition pour réaliser leur mission (20%) ou encore à l’environnement de travail, tels des photos ou vidéos présentant la société ou la future équipe.


A l'inverse, certains éléments sur la recherche d’emploi peuvent être particulièrement "agaçants" pour les sondés. Arrivent en tête les faits que le lieu exact n’est pas clairement précisé (62%) que le nom de l’entreprise n’est pas cité (61%) ou le salaire pas indiqué (53%). Ce qui pousse à postuler, en revanche, c'est d'abord le contenu de la mission ou du poste (72%). Jouent aussi la localisation - et donc le temps de transports (64%) et les responsabilités exigées (39%). 

Retour personnalisé

Lors du processus de recrutement, ce que les sondés recherchent, c’est avant tout (85%) en apprendre plus sur leur future mission, découvrir les valeurs de l’entreprise (60%) et se faire une idée de l’ambiance (53%). Et ils semblent persévérants : un sur deux est prêt à passer deux entretiens au sein d’une même entreprise, 30% à aller jusqu'à trois. Et quand un potentiel employeur ne répond pas, ils sont 41% à essayer de le contacter coûte que coûte. En cas de refus, ils attendent un retour personnalisé, veulent comprendre les raisons (85%) ou recevoir des conseils pour améliorer d’autres candidatures.


En revanche, il faut que tout aille vite. 31% des sondés trouvent que le processus de recrutement est trop long au-delà d'un mois, 26% au bout de trois semaines. Et quand ils n'ont pas de retour, l'image qu'ils ont de la société s'en trouve écornée : 33% ne souhaite plus y postuler et 32% le disent à leur entourage. 

En vidéo

Comment démissionner pour un autre emploi ?

Dans l'idéal : se faire approcher directement

De manière générale, la recherche d'emploi ne semble pas être une grande passion pour les Français interrogés. Ou en tout cas, ne plus s'en occuper serait le pied. Le recrutement "parfait du futur" serait ainsi de se "faire approcher directement via les CVthèques ou réseaux sociaux" (pour 62% des répondants), de "confier sa carrière à un cabinet de recrutement, voire à un agent qui gère votre carrière" (36%) ou encore d’être "coopté par son réseau, au gré des opportunités" (20%). 


Et si l’entretien vidéo -qui évite de se déplacer- séduit 32% des sondés, les nouvelles technologies ou techniques insolites ne sont pas à mettre à toutes les sauces. Les recettes à  la mode utilisées pour connaître les candidats, tel l'escape game, ne semblent pas séduire : seuls 10% sont prêts à postuler avec un jeu ou un "serious game" ;  et 18% des répondants valident le fait de tout faire depuis leur mobile exclusivement.


> L’étude a été réalisée par Meteojob by Cleverconnect auprès de 1 747 internautes inscrits sur sa plate-forme et représentatifs de la population active française.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter