Réunion, relecture, saisie de données… ces tâches que les salariés aimeraient déléguer aux robots

Emploi

ÉTUDE – Plus d’un Français sur deux souhaite confier aux robots une partie de ses tâches quotidiennes en entreprise, selon une enquête publiée ce mercredi. Les machines sont alors perçues comme une solution pour se débarrasser de certaines corvées.

Les robots ne font plus peur, ou en tout cas, plus autant. Car même si la robotisation reste encore très abstraite dans les esprits, l’idée commence à se frayer son chemin que, loin de nous remplacer, ils seraient en fait surtout là pour nous assister et nous décharger des tâches répétitives. Ce qui devient beaucoup plus intéressant, et mieux accepté. 

C’est ce que montre une étude publiée ce mercredi 27 mars par le fournisseur de services de traitement de contenu Abbyy. Plus de la moitié des Français (58%) souhaiteraient en effet déléguer une partie de leurs tâches professionnelles à des robots. 

Lire aussi

De l'intérêt des machines pour les tâches rébarbatives

Les intéressés identifient certaines tâches particulièrement rébarbatives, sur lesquelles ils ne seraient vraiment pas contre se faire aider. Ainsi, pour 16 % des répondants, la participation à des réunions spécifiques en entreprise reste la tâche la moins appréciée dans le travail. Suivent la relecture de longs documents (15 %), l’enregistrement manuel du temps de travail (9%), la saisie et le traitement des données (7%) ou encore les tâches de reporting et de documentation. 

Au cours d’une semaine type, 20 % des Français consacrent jusqu’à une journée complète au traitement de ces corvées. Et 11 % vont même jusqu’à leur dédier deux journées.

En vidéo

Quand les robots se mettent au service des agriculteurs

Forcément, ils ont tendance à repousser autant qu’ils le peuvent ces tâches qu’ils apprécient le moins. 29% des répondants indiquent ainsi remettre à plus tard la réalisation de ces missions. Un sur dix attend même la dernière minute pour s’en charger et 6% vont jusqu’à éviter totalement de les réaliser ! Ils préfèrent se focaliser sur les tâches à plus forte valeur ajoutée. 

D'où l'intérêt bien compris de la robotisation de certaines parties de leur travail. S’il fallait, ce sont la saisie et le traitement des données qui arrivent en tête des priorités pour 17% des sondés, suivis de l’enregistrement du temps de travail (feuille de pointage par exemple) pour 14%, de la relecture de longs documents pour 14% également et de la participation à des réunions pour 11%. Logique : des tâches chronophages et qui sont parmi les moins appréciées.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter