Rupture conventionnelle collective : pourquoi PSA veut aller vite

INDISCRET LCI - Selon nos informations, le dispositif de rupture conventionnelle collective (RCC) prévu par la réforme du code du Travail, devrait être mené au pas de charge chez PSA. Il devrait être effectif bien en amont de la présentation de résultats annuels positifs pour le groupe, le 1er mars prochain.

C’est dès mardi prochain que la direction et les six syndicats de PSA vont se retrouver au siège social du groupe à Poissy, dans les Yvelines. Objectif : trouver un accord majoritaire sur les conditions de la première rupture conventionnelle collective (RCC) initiée en France. La traduction concrète de l'une des nouvelles dispositions prévues par les fameuses ordonnances réformant le code du Travail.

Selon nos informations, si les discussions s'annoncent tendues, elles devraient déboucher sur un accord qui pourrait être soumis à signature le soir même, suivi quelques jours plus tard d'un comité central d'entreprise (CCE). Le plan pourrait ainsi être effectif dès le 1er février prochain et pourrait concerner, selon nos sources, 2.000 à 3.000 emplois - ce que la direction de PSA ne confirme pas.


Pourquoi des délais aussi courts ? Le 1er mars prochain, le groupe automobile doit légalement publier ses résultats annuels 2017. Or, ce sont des chiffres record que le constructeur devrait dévoiler et la direction chercherait à éviter un malencontreux télescopage entre l’annonce de la RCC et d'excellents résultats financiers. Joint par LCI, PSA dément une telle intention, se bornant à rappeler que "les discussions annuelles sur l’emploi s’effectuent chaque année à la même période".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Loi Travail

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter