Taxis, nuits d’hôtel… Voici ce que la grève coûte aux entreprises parisiennes selon le Medef

Taxis, nuits d’hôtel… Voici ce que la grève coûte aux entreprises parisiennes selon le Medef
Emploi

IMPACT - Le Medef a fait un sondage auprès de l'ensemble de ses adhérents : pendant la grève, 97% des chefs d’entreprises parisiens ont proposé des solutions à leurs salariés pour qu'ils puissent venir travailler. Pour une facture non négligeable selon les estimations qui en ressortent.

On le sait, la grève, et notamment celle des transports, a un impact fort à Paris, bien plus qu’en province. Sur les restaurants, vides le soir, les théâtres, les musées, le tourisme... Mais elle en a aussi pour les entreprises. Le Medef Paris a sondé ses adhérents sur le sujet pour établir  un "bilan du coût de la grève pour les entreprises parisiennes après de 40 jours consécutifs de perturbations". 

Car pour pouvoir continuer à fonctionner normalement, beaucoup ont dû aménager l’organisation du travail, ont parfois remboursé la location d'espace de coworking, payé une nuit d’hôtel… Au total, 97% des chefs d’entreprises parisiens disent ainsi avoir proposé dès le premier jour de grève des solutions à leurs salariés. Et selon les calculs du Medef Paris, ils ont dépensé, pour 40 jours de grève, 233 euros par salarié. Soit 8 euros par jour et par salarié.

Lire aussi

Système D et horaires adaptés

D’après le sondage réalisé auprès des 10.000 adhérents revendiqués par le Medef Paris (environ un sur dix y a répondu), 55% des entreprises ont financé des solutions alternatives de transport pour leurs employés. Afin de les héberger, 18% des sondés assurent avoir contribué au financement de la location d’un logement à proximité du lieu du travail habituel pour leurs salariés, avec en moyenne une aide de 76 euros par nuit dans Paris intra-muros. Les sociétés sondées sont par ailleurs 36% à avoir pris en charge le financement de places de co-working, avec une moyenne de 20 euros par jour et par salarié. Et 19% d'entre elles ont pris en charge une partie des courses VTC, taxi, covoiturage ou mobilités douces, avec un remboursement moyen de 24 euros par déplacement et par salarié. Enfin, 4% des entreprises ont participé au financement de la garde d’enfant quand l’école était en grève. 

Outre la logistique, les entreprises ont aussi dû adapter leur organisation : 42% ont révisé les plannings des salariés avec des horaires aménagés, 58% ont utilisé le télétravail, avec une moyenne de 1,5 journée par semaine, et 65% des réunions externes prévues ont été reportées (22% des salariés ont utilisé la visioconférence en remplacement).

En vidéo

La grève a coûté un milliard d'euros à la RATP et la SNCF, calcule le gouvernement

"Ce mouvement social à durée illimitée pèse lourdement sur la performance des entreprises et la confiance dans les investissements", conclut le Medef dans son communiqué. Pour autant, les salariés sont restés très impliqués : 95% des dirigeants se déclarent satisfaits du taux de présence dans l’entreprise, "compte tenu des conditions".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent