De la mode à la plomberie, l'histoire d'une reconversion parfaitement réussie

Une semaine pour l'emploi : elles ont créé leur entreprise de plomberie

EMPLOI - Aude Michaud et Mona Lalanne ont choisi de se reconvertir il y a cinq ans. Un choix que les deux jeunes femmes, aujourd'hui à la tête de leur propre entreprise, ne regrettent aucunement. Retour sur une reconversion gagnante.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Et parfois, bifurquer pour ne plus ramer à contre-courant peut s'avérer être un pari gagnant. Après une reconversion, Aude Michaud et Mona Lalanne sont devenues plombières. Réparer une fuite ou installer une chaudière, c’est désormais leur quotidien. Cinq ans plus tôt, la première était psychologue, tandis que la seconde était directrice marketing dans le domaine de la mode. Des profils en apparence atypiques dont la reconversion a pourtant tout d'une réussite.

"J’avais envie de faire quelque chose de concret. Un travail dans lequel j'utilise mes dix doigts. Dans le métier de plombier, on voit tout de suite le résultat du travail qu’on accomplit. Et cela m’apporte un sentiment de satisfaction", explique Aude Michaud. Aujourd’hui, l'ancienne psychologue aide les gens autrement. Elle a obtenu son Certificat d'aptitudes professionnelles en plomberie en neuf mois. Sa formation a été intégralement financée par Pôle emploi. 

Toute l'info sur

Une semaine pour l'emploi

Des dizaines de milliers d'offres disponibles pour la 5e édition de l'opération de TF1Comment réussir un entretien d’embauche en visioconférenceExpériences, loisirs, photo : bien mettre à jour son CV
Aujourd'hui, je me sens totalement épanouie à travers le métier que j’exerce.- Mona Lalanne

Ensemble, ces deux trentenaires ont créé leur propre entreprise, "Le sourire de la plombière". Un changement radical de vie professionnelle dont Mona Lalanne, qui a suivi la même formation que son associée, se réjouit elle-aussi. "J’avais envie d’apprendre un métier qui pouvait aussi me servir dans la vie quotidienne. Aujourd'hui, je me sens épanouie et pour la première fois à travers le métier que j’exerce", explique-t-elle. Financièrement, Mona Lalanne gagne aussi bien sa vie qu’avant, 2.500 euros nets par mois. "J'ai l’impression d’avoir créé quelque chose qui a du sens", souligne-t-elle. Une affaire qui tourne.  Nos deux acolytes cherchent aujourd'hui à embaucher un quatrième plombier. 

Il faut dire que secteur de la plomberie ne connaît pas la crise. Les offres d'emploi sont légion et dans les centres de formation, même les débutants sont acceptés, de quoi susciter de nouvelles vocations. "Il n’y a aucun critères de sélection, atteste Riad Mahmoud, professeur en génie thermique au lycée professionnel Hector Guimard à Paris. Il y a des stagiaires qui n’ont jamais tenu un tournevis lorsqu’elles arrivent. Cette formation accélérée leur permet d’acquérir en huit mois tout le savoir-faire qui leur sera nécessaire pour exercer le métier de plombier". Un savoir-faire avec de nombreux débouchés : tous les stagiaires ont trouvé un emploi dès la fin de leur formation.

Lire aussi

Plébiscitée par plus de neuf Français sur dix, la reconversion professionnelle a le vent en poupe. Et ils sont de plus en plus nombreux à sauter le pas. La dernière étude sur le sujet, réalisée auprès de 2000 personnes par Le Groupe AEF info, en témoigne. En 2017, seulement 28% des sondés déclaraient  s'être reconvertis, contre 38% aujourd'hui. Une tendance que  l'on observe plus particulièrement chez les jeunes de moins de 30 ans, en quête de sens et en rupture avec un schéma de carrière classique et linéaire (66%).

Que vous soyez recruteur ou en quête d'un nouvel emploi, pour accéder au site de l'opération "Une semaine pour l'emploi", cliquez ici. Actuellement, plus de 86.150 offres d'emplois sont disponibles sur la plateforme.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccination : "À terme, il y aura évidemment des doses pour tout le monde", affirme Olivier Véran

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter