VIDÉO - Des frugalistes vous donnent leur recette pour partir à la retraite à 40 ans

VIDÉO - Des frugalistes vous donnent leur recette pour partir à la retraite à 40 ans
Emploi

ENQUÊTE - Prendre une retraite anticipée, c'est le rêve des frugalistes, qui dépensent le moins possible pour y parvenir. Nous avons rencontré plusieurs d'entre eux.

Ses proches l'appellent "la pince", sa mère et sa compagne voudraient qu'il profite davantage de la vie, mais lui n'a qu'un objectif : économiser tout ce qu'il peut pour pour prendre sa retraite le plus tôt possible. Geoffrey Trenta travaille donc sans relâche, 7 jours sur 7, 90 heures par semaine. Son agence immobilière lui assure des revenus confortables, mais le jeune homme ne dépense rien. Une recette qui lui a permis  de se constituer une solide épargne à seulement 24 ans : la maison à rafraîchir qu'ils montre aux équipes de TF1 dans l'enquête en tête de cet article sur ceux qui, comme lui, s'inscrivent dans la tendance des "frugalistes", est le quatrième bien qu'il a acquis.  

Être frugaliste demande une sacrée discipline. Les caméras du 20 heures ont ainsi joint en Patagonie un couple de Québécois qui, à 39 et 41 ans, ne travaille plus et passe un tiers de l'année en voyage. Sa recette est à peu près la même que celle de Geoffrey Trenta :  ils expliquent avoir mis "13 ou 14 ans" à atteindre leur indépendance financière en épargnant durant cette période "entre 40 et 50%" de leur revenu net, ce qui leur a permis au final de placer environ 500.000 euros en bourse. Pas de quoi rouler sur l'or : ils affirment ne dépenser aujourd'hui que 20.000 euros par an. Mais suffisamment pour ne plus travailler jusqu'à la fin de leur vie. 

Lire aussi

Toute l'info sur

LE WE 20H

Combien y a-t-il de frugalistes en France ? Difficile à savoir, d'autant que ce terme recouvre deux réalités "Il y a des gens qui vont moins consommer pour épargner de l’argent, partir à la retraite plus tôt et en profiter plus tard. Et puis d’autres personnes qui sont vraiment dans la frugalité, qui vont moins consommer, moins travailler pour profiter plus de la vie au quotidien", explique à TF1 Valérie Guillard, professeure à l'université Paris-Dauphine et coordonnatrice de l'ouvrage collectif "Du Gaspillage à la Sobriété". 

Un mode de vie alternatif, minimaliste et plus écologique qu'a choisi Lars Herbillon, 20 ans, qui vit avec sa petite amie dans une "tiny house", une maison miniature autonome en eau et en électricité, et témoigne lui aussi dans la vidéo en tête de cet article. Son seul objectif : "la liberté".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent