Eolien, rénovation énergétique... quels sont les emplois verts de demain ?

Eolien, rénovation énergétique... quels sont les emplois verts de demain ?
Emploi

TRANSITION ECOLOGIQUE - De nombreux emplois verts devraient être créés dans les prochaines années. L'opportunité de changer de vie et d'évoluer dans un environnement plus valorisant, voire plus rémunérateur.

"Il nous faut créer de nouveaux emplois en investissant dans notre indépendance technologique, numérique, industrielle et agricole", déclarait le 14 juin dernier Emmanuel Macron dans un discours prononcé depuis l'Elysée. A l'heure de l'urgence écologique, une industrie verte n'a pas attendu pour commencer à émerger. Les caméras du JT de TF1 partent ainsi à la rencontre de Handy, Ludovic, Jérémy et Jérôme dans le reportage en tête de cet article. Leur point commun ? Tous travaillent dans un secteur d'avenir.

18.000 emplois pour l'éolien

Handy El Yamany et Ludovic Hutteau sont tous deux salariés d'une entreprise de maintenance d'éoliennes dans la Sarthe. Après leur BTS, ils se sont engagés dans ce secteur avant tout par conviction personnelle. "Créer de l'électricité et apporter des ressources aux habitants du monde entier, c'est bien plus simple que d'utiliser de l'énergie fossile", estime Handy. Après une période d'essai, les jeunes hommes ont été engagés en CDI. Car le secteur de l'énergie éolienne recrute. 

Aujourd'hui, il représente 18.000 emplois sur le territoire français, un chiffre en hausse de 14% depuis 2016. "Les emplois-là sont pérennes puisque la durée du contrat de maintenance d'une éolienne est d'environ 20 ans", explique Christophe Godais, chargé d'exploitation de la société Vestas, "ce qui permet aujourd'hui de recruter du personnel jeune".

En vidéo

Demain : de nouvelles techniques pour produire plus d'énergie renouvelable

Toute l'info sur

Le 20h

Pour d’autres, les emplois liés à l’environnement représentent une opportunité de changer de vie. Jérémy Colon Ferreira, qui était jusqu’ici un agent de voirie, travaille aujourd’hui dans une entreprise d’isolation thermique où il a été formé. Et considère ce travail comme plus valorisant. "J'ai fait plein de travail (sic), et là, je crois trouver ma voie", confie-t-il. "Le travail d'isolation me plaît bien." 

Métier plus gratifiant pour certains, plus rémunérateur pour d'autres. Car si certains secteurs se développent, la main d'oeuvre peut se faire rare, d'où des salaires avantageux. C'est le cas de Jérôme Chevalier, spécialisé dans l'entretien des moteurs de bus électriques, ces véhicules de plus en plus nombreux sur le marché. "Aujourd'hui, pour le salaire d'un technicien véhicule électrique, il faut compter 20 à 30% de plus qu'un technicien véhicule thermique", assure l'employé. D’ici 2050, ce sont entre 600 et 900 emplois verts qui pourraient être créés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent