Grève et arrêts maladie : y a-t-il vraiment des abus à la RATP ?

Grève et arrêts maladie : y a-t-il vraiment des abus à la RATP ?
Emploi

Toute L'info sur

Le 20h

ENQUÊTE - Édouard Philippe soupçonne certains agents de la SNCF et de la RATP de tricher : au lieu de se déclarer en grève, ils poseraient indûment des arrêts maladie. Le JT de 20 heures de TF1 s’est penché sur le cas de la RATP.

Edouard Philippe évoquait mercredi sur RTL  une "situation illégale" : celle d'agents de la SNCF ou de la RATP "qui souhaiteraient se placer en arrêt maladie pour faire grève". Le Premier ministre, qui a dans le même temps annoncé avoir demandé aux deux entreprises d'accélérer et d'accroître leurs contrôles" sur ces arrêts, pointe-t-il du doigt un véritable phénomène ? C’est la question sur laquelle se penche l’enquête du JT de 20 heures de TF1 en tête de cet article, en s’intéressant au cas de la RATP, où les arrêts maladie ont été multipliés par trois fin 2019 par rapport à l'année précédente.

Interrogé à la sortie d’un dépôt de bus, un salarié met en avant la fatigue des non-grévistes : depuis le début du mouvement de contestation contre la réforme des retraites,  "ils ont une surcharge de travail, les bus sont bondés", fait-il valoir. "Même s’ils sont sur le terrain pour rendre service au public, ils sont pris à partie par les gens qui leur reprochent qu’on soit en grève", ajoute-t-il. Mais un autre assume à demi-mot que l’arrêt maladie permette aux grévistes de tenir plus longtemps : "Certains se sont mis en arrêt maladie parce qu’avec des crédits, des enfants, ils ne peuvent pas vraiment faire la grève…"

115 arrêts invalidés sur 1200 contrôles effectués

Que disent précisément les chiffres ? Fin décembre, 2281 salariés de la RATP étaient en arrêt maladie en moyenne chaque jour, contre seulement 694 à la même période un an plus tôt. Mais il ne faut pourtant pas y voir la preuve d’abus généralisé, selon un leader syndical interviewé par les équipes de TF1. "Il y a toujours des petits filous qui vont se mettre en arrêt maladie, c’est marginal pour nous", estime Reda Benrerbia, secrétaire général du Syndicat Autonome Tout RATP. "On ne cautionne pas, poursuit-il. Nous, on estime que depuis le 5 décembre, on est dans un préavis de grève illimitée. Pour ceux qui sont en difficulté, des caisses de grève seront mises à profit et pourront aider."

Egalement sollicité, un médecin ne croit pas aux arrêts de travail de complaisance. "La Sécurité sociale sait très bien si tel ou tel médecin en fait plus que la moyenne dans son département", souligne le docteur Jacques Guber, rappelant qu’il "peut y avoir des sanctions, une fermeture du cabinet pendant quelques temps, un avertissement…"

Lire aussi

Au final, sur 1200 contrôles effectués au domicile des salariés de la RATP, 115 ont invalidé un arrêt maladie, soit 10% des dossiers. Un chiffre qui se situe dans la moyenne nationale toutes professions confondues.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent