Le double effet Covid en Alsace : après la pandémie, la désaffection des touristes

Le double effet Covid en Alsace : après la pandémie, la désaffection des touristes
Emploi

REPORTAGE - En Alsace, une des régions les plus touchées par le Covid, la reprise est difficile dans le secteur touristique, malgré le soleil et la réouverture des frontières. Les touristes se font rares et si le printemps a été désastreux pour les commerçants, ils craignent que cela se poursuive cet été.

SI vous aimez découvrir de jolis coins sans jouer des coudes, c'est le moment d'aller en Alsace. Un mois et demi après le déconfinement et la réouverture des frontières, le Grand-Est panse encore ses plaies. En Alsace, région pourtant touristique à cette période, les touristes se font rares et le secteur touristique est inquiet. Les professionnels du secteur estiment que la région est restée "zone rouge"  trop longtemps sans justification sanitaire, ce qui pénaliserait aujourd'hui la région. 

En temps normal, la route des vins dans la région de Colmar rassemble 6 millions de visiteurs par an. Mais cette année, même si le soleil est de la partie, le circuit est presque désert. Dans les campings, les réservations se font rares et les emplacements  guère occupés.  "Nous avons essentiellement des couples de retraités, pas énormément de familles", explique Maryline Denni, du camping de Keizersberg qui estime que les touristes potentiels ont eu peur. 

Olivier Kritter, de l'Office de tourisme de Colmar est aussi de cet avis. Cette désertion de la région est en grande partie due à l'épidémie de covid-19, qui a durement affecté la région et laissé une image négative. "On savait que le virus ne circulait quasiment plus en Alsace mais on restait en rouge par rapport aux hospitalisations. Donc ça a créé un flou, on aurait pu passer en vert bien plus tôt", estime-t-il. Mais certains hôteliers et restaurateurs, eux, veulent quand même y croire avec l'arrivée de l'été, arguant que la saison ne fait que commencer. C'est le cas d'Augutino di Foggia, restaurateur à Colmar. "On retrouve nos clients,  notre métier d'avant, sans trop de monde mais ça va venir", espère-t-il. 

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

"On s’attend à un raz- de-marée" : comment Pôle emploi peut faire face à la vague de chômeurs ?

Et ils ont des raisons d'être inquiets. Une étude commandée par l'Observatoire régional du tourisme publiée ce jour, estime que pour cet été, 52% des hébergements de la région Grand-Est, n’ont pas enregistré de réservations pour cet été (juillet et août) et 84% d’entre eux ont fait face à des annulations. En tout, ce sont 67% des séjours estivaux qui ont été annulés. "Avec une telle fréquentation estivale, les hébergements prévoient à fin août, 70% de baisse de fréquentation et -71% pour le chiffre d’affaires", évaluent les professionnels. 

Et les conséquences n'en finissent plus de se faire sentir puisque les professionnels estiment par ailleurs qu'ils ont ouvert ou pourront rouvrir leur établissement, avec seulement 66% de leur personnel en moyenne. Alors pour tenter de séduire les touristes, une vaste campagne de communication nationale devrait être lancée, dans les prochains jours. S'ils estiment qu'ils n'atteindront pas les 23 millions de touristes annuels les professionnels espèrent malgré tout, limiter la casse économique et sociale cette année. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent