L'angoisse des restaurateurs dans l'attente de nouvelles annonces

L'angoisse des restaurateurs dans l'attente de nouvelles annonces

Ils attendent avec impatience l'intervention d'Emmanuel Macron la semaine prochaine. Leur sort est suspendu aux décisions qui vont être annoncées. Les restaurateurs vont-ils devoir rester fermés encore plusieurs semaines ?

Ce restaurateur dans l'Hérault nous pose sur la table ses factures mensuelles. Contrats de gaz, d'électricité, d'assurance, de mutuelles, taxe foncière, et bien sûr le loyer, soit 7 000 euros au total à payer chaque mois. À Sète, des restaurateurs et des cafetiers craignent de ne pas avoir l'autorisation d'ouvrir avant le 15 janvier, voire le 1er février. Ils jugent l'aide de 10 000 euros mensuelle de l'État insuffisante pour tenir bien longtemps.

Tous les deux jours, ce restaurateur parisien passe relever son courrier. Il y a uniquement des factures. Entre ses doigts se trouvent deux mois de charge fixe à acquitter. Pascal Mousset, gérant du restaurant "Au Petit Marguery" à Paris, a l'impression que les restaurateurs, les hôteliers, et les traiteurs sont les sacrifiés de ce deuxième confinement. "On sait qu'on rouvrira très tard. On a l'impression de ne pas pouvoir sortir de ce tunnel". Il est propriétaire de trois autres restaurants et a plus de 50 salariés. Il n'a donc le droit à aucune aide de l'État. Des situations dramatiques qui risquent de se multiplier selon les représentants de la profession. C'est pourquoi les professionnels du secteur négocient cette semaine avec le ministre de l'Économie pour obtenir des aides supplémentaires.

Toute l'info sur

Le 20h

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"C’est toi la plus belle étoile" : Aurélie Pons ("Danse avec les stars") annonce la mort de son père

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Femme décapitée à Agde : ex-boxeur et ancien candidat FN, le profil du suspect se dessine

Mort d'un étudiant nantais vacciné : l'autopsie renforce l'hypothèse d'un lien avec AstraZeneca

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.