Le groupe de mode enfantine Kidiliz nouvelle victime de la crise sanitaire

Le groupe de mode enfantine Kidiliz nouvelle victime de la crise sanitaire

C'est la fin du spécialiste de la mode enfantine Kidiliz. La crise sanitaire a découragé les candidats à la reprise. 850 emplois vont être supprimés.

Catimini, Chipie, B-Karo... Si vous êtes parents vous connaissez forcément ces marques de vêtements pour enfants. Elles vont sans doute toutes disparaître. Le groupe Kidiliz qui les détient a été placé en redressement judiciaire en septembre et n'a pas trouvé de repreneurs pour l'intégralité de son activité. 350 emplois seulement seraient sauvés sur les 1 200 que compte la France et 75 boutiques sur les 400.

Toute l'info sur

Le 20h

Née près de Saint-Étienne en 1962, l'entreprise a été rachetée par un groupe chinois il y a deux ans. Mais la crise du Covid a précipité sa chute, découragé les repreneurs. "La crise du Covid n'a pas amélioré la situation, puisqu'au départ, il y avait plus de magasins qui devaient être pris. Avec le deuxième confinement, ils ont revu leur copie à la baisse", a expliqué Edvige Rabuel, responsable de boutique.

Kidiliz, c'est aussi un des plus gros employeurs de la vallée de la Loire. Des salariés se sont mobilisés ces dernières semaines en publiant une vidéo sur les réseaux sociaux, pour appeler à l'aide. "Tout est fini et on va partir sans rien, avec le minimum légal", nous a confié l'une d'elles. Les 850 licenciements et la fermeture des magasins devraient intervenir courant du mois de décembre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vacances de février : les stations de ski lancent un SOS à Jean Castex

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Neige-verglas : la vigilance orange levée sur tout le territoire

EN DIRECT - Relations États-Unis-Europe : la France souhaite un moratoire sur le bras de fer commercial

Lire et commenter