Lenglet reporter : à la rencontre des patrons qui peinent à recruter

Lenglet reporter : à la rencontre des patrons qui peinent à recruter
Emploi

Toute L'info sur

Le 20h

REPORTAGE - Pourquoi des centaines de milliers d'offres ne trouvent pas preneur dans l'hôtellerie, la restauration, le bâtiment, les services... ? Le spécialiste économie de TF1 François Lenglet est parti à Châlons-en-Champagne (Marne) pour y rencontrer des chefs d'entreprise ne parvenant pas à recruter.

Dans notre pays, on décompte 200.000 offres d'emplois non pourvues d'un côté, 2,5 millions de chômeurs de l'autre. Un paradoxe sur lequel notre spécialiste économie François Lenglet se penche dans l'enquête du JT de 20 heures en tête de cet article : il s'est rendu à Châlons-en-Champagne, dans la Marne, pour y rencontrer des chefs d'entreprise ne parvenant pas à attirer les profils dont ils ont grand besoin. 

Le patron d'une société de plomberie et chauffage lui confie ainsi combien cette difficulté à recruter lui "fait des boules au ventre" : 3 postes restent désespérément à pourvoir chez lui. Résultat, un gros manque à gagner - il est obligé de refuser 4 ou 5 clients par semaine à cause du manque de main d'oeuvre - et un grand stress lorsqu'il faut faire patienter ceux qui râlent lorsque leurs interventions ont pris du retard.

Lire aussi

La solution : faire des concessions

Il faut dire que Châlons-en-Champagne, qui compte 45.000 habitants selon les dernières estimations, en a perdu 1200 en dix ans. Dans le centre-ville, de nombreux commerces ont fermé. Un contexte plutôt morose qui affecte aussi le chef d'un restaurant étoilé. Si son activité se porte bien, lui aussi raconte être obligé de refuser des clients parce qu'il n'arrive pas à recruter suffisamment de serveurs. Même en étant en contact permanent avec Pôle emploi et en passant des annonces sur Le Bon Coin. 

Mais un boucher de la ville, lui, a peut-être trouvé la solution : faire des concessions. Il ferme en effet le dimanche et permet à ses salariés, un week-end sur deux, d'avoir également leur samedi après-midi. Ajoutez à cela des salaires majorés jusqu'à 20%, et les problèmes de recrutement s'envolent.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter