Près d'un Français sur cinq se plaint d’occuper un "bullshit job"

Emploi

FÊTE DU TRAVAIL - 18% des Français estiment occuper un "bullshit job", ou emploi inutile, selon une étude de l'institut Randstadt. Pour redonner du sens à son activité professionnelle, la solution passe avant tout par un changement profond. Mais les salariés sondés ne sont pas prêts à toutes les concessions.

Bullshit job : le mot est quasiment entré dans le langage courant, signe qu’il se généralise ou tout au moins que les salariés s’y reconnaissent de plus en plus. Une nouvelle étude menée auprès de 10.000 personnes et publiée mardi par l’institut Randstad, à l’occasion de la fête du Travail, vient le confirmer : 18% des Français, soit un sur cinq, ont le sentiment d’occuper un bullshit job

Le terme a été popularisé par l’anthropologue américain David Graeber avec son livre du même nom, et désigne un emploi inutile, dont on ne perçoit pas le sens. Et comment alors, redonner du sens, un intérêt à ce travail ? Les Français semblent partagés sur le moyen d'y parvenir. Mais dans tous les cas, cela passe par un changement profond. 

Lire aussi

Lancer sa boîte ? Changer de métier ?

Pour plus de deux Français sur cinq (43%), le salut passe par une remise en question totale. Et pour cela, ils comptent d’abord sur eux-mêmes : pour 23% des sondés, ce changement consiste à lancer sa propre activité, levier jugé le plus efficace pour retrouver un emploi qui fasse sens. Un résultat qui fait écho au succès de l’auto-entrepreneuriat : plus de deux créations d’entreprises sur cinq sont ainsi le fait de micro-entrepreneurs en 2018. Autre solution pour redonner du sens : pour 20% des sondés, il est nécessaire de changer radicalement de métier. 

Enfin, mais dans une moindre mesure, les Français estiment qu’il est possible de retrouver du sens au travail en opérant des changements moins radicaux. Ils sont 13% à penser qu’une mobilité interne peut leur permettre de se sentir plus utile. Pour 12%, la quête de sens peut être satisfaite en conservant le même type de poste mais dans un secteur différent. Enfin, 1 Français sur 10 estime qu’il faut changer de type d’organisation (entreprise, ONG, secteur public, association par exemple). A noter tout de même : 22% des sondés ne se prononcent pas, ne se retrouvant pas dans les solutions proposées.

Des concessions, oui, mais pas sur tout

Pour redonner du sens à leur job, les Français sont prêts à faire des concessions, mais… ils ne sont pas pour autant prêts à tout sacrifier. Alors oui, près de la moitié des sondés plébiscitent la formation et la reconversion professionnelle (même si cela implique une période de moindre rémunération) 41% sont prêts à accepter une mobilité géographique. Mais ils sont nettement moins nombreux à être prêts à accepter des concessions sur les avantages liés au contrat de travail : seulement 28% sont prêts à renoncer à un CDI, 20% à accepter un salaire moins élevé, 22% à consentir à une plus faible couverture chômage ou retraite. 

"Ces résultats témoignent de l’attachement de nos compatriotes au modèle social français dont la protection semble plus importante à leurs yeux que le sens au travail", note l’étude Randstad, qui met ce résultat en parallèle avec son étude Employer Brand Research, parue en mars dernier et qui place le salaire comme le premier critère de choix d’un employeur, et ce depuis près de 10 ans. 

En vidéo

Grand format : ces entreprises qui aident les salariés à venir au travail

"Dans ce contexte, l’acquisition de nouvelles compétences apparaît essentielle", analyse dans un communiqué François Béharel, président du groupe Randstad en France. Selon lui, "ces résultats viennent souligner l’importance de la réforme de la formation en cours qui doit permettre de mieux aligner les besoins de compétences des entreprises et les aspirations des salariés."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter