Télétravail : ces entreprises qui ne jouent pas le jeu

Télétravail : ces entreprises qui ne jouent pas le jeu

Le gouvernement a donné une consigne simple sur le télétravail. Des sanctions pourraient être prises dès la semaine prochaine en cas de non-respect. Mais de nombreux employeurs ainsi que des salariés trouvent cette mesure trop radicale.

Depuis lundi, vous êtes des dizaines à nous envoyer des messages sur notre site LCI.fr. Des messages de chargés de recrutement, de conseillers en assurance ou en banque que nous avons pu joindre. Une situation qui serait identique dans de nombreuses agences. Si des salariés demandent du télétravail, d'autres n'en veulent pas. Par exemple dans cette entreprise de conception de montres et d'accessoires de mode, seuls deux employés sur huit travaillent à distance.

Le gouvernement a beau inciter au télétravail dans le protocole national sanitaire, il ne peut en réalité pas obliger un employeur à le mettre en place. "Il n'y a pas de texte qui l'impose, ça repose uniquement sur la crainte d'un contrôle de l'inspection du Travail qui considèrerait que le télétravail dans leur situation était impératif pour respecter l'obligation de santé-sécurité" assure Me Carole Vercheyre Grard, avocate spécialisée en droit du travail. Un refus de télétravail pourrait donc être considéré comme une faute de l'employeur, en cas de litige avec un salarié, au même titre que l'absence de masque ou de gel hydroalcoolique.

Toute l'info sur

Le 20h

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Masques en tissu à éviter, 2 m de distanciation... Les nouvelles recommandations face aux variants du Covid-19

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Variants du coronavirus : le Haut Conseil de la santé publique déconseille certains masques en tissu

Jean-Pierre Bacri, le bougon préféré du cinéma français en cinq répliques cultes

Lire et commenter