"Un grand écran, une chaise et une imprimante" : cela suffit au bonheur des télétravailleurs ?

"Un grand écran, une chaise et une imprimante" : cela suffit au bonheur des télétravailleurs ?

ENQUETE - Il y a 3 mois, seuls 3% des salariés français pratiquaient le télétravail. Ils sont aujourd'hui 40% et une grande partie d'entre eux sont prêts à continuer. Mais à quelles conditions ? La question devra être débattue dans chaque entreprise.

Mise en place dans l’urgence et la précipitation, la pratique du télétravail doit désormais être encadrée si elle devait se poursuivre sur le long terme. Dans les mois à venir, chaque entreprise devra donc négocier avec les partenaires sociaux le cadre précis du télétravail.

Tout d’abord, sur le plan du strict matériel fourni au salarié. Certains travaillent ainsi avec un simple ordinateur portable (parfois personnel), bien loin du grand écran (voire des deux écrans) disponible au bureau. Idem avec les chaises de maison, qui ne correspondent pas du tout aux chaises spécifiques de mobilier de bureau avec accoudoirs et repose-tête. Beaucoup de salariés ne disposent pas non plus d’imprimante à la maison. Ce qui pose souvent problème quand il s’agit de relire de longs documents. Autre problématique, financière celle-ci : les tickets restaurants et la cantine d’entreprise. Qui va payer désormais les repas du midi ? La question se pose également avec l’électricité dépensée pour travailler de chez soi et l’abonnement à Internet.

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Lire aussi

Au niveau de l’encadrement légal de la pratique, les entreprises vont aussi devoir résoudre beaucoup de questions pour s'aligner sur le code du travail. Avec deux points en ligne de mire : le respect des horaires et le droit à la déconnexion. Il leur faudra donc surveiller que les mails ne soient pas envoyés à des heures où les collaborateurs sont censés être en repos.

Quoi qu’il en soit, même avec la meilleure volonté du monde des deux côtés et même si la productivité est identique, le télétravail ne pourra pas être appliqué à tous. "Certaines personnes ont besoin de croiser beaucoup de monde dans leur journée de travail car elles ont besoin d'un contact social  élevé" explique à TF1 Stéphanie Reetz, directrice associée du cabinet AlterNego, qui conseille les entreprises dans la mise en place du télétravail . "Si d’un seul coup, elles ne voient plus grand-monde, cela peut être source de souffrance psychologique" prévient-elle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer ce soir sur LCI

"Même les enfants meurent maintenant" : le variant sud-africain du Covid incontrôlable dans le pays

Cluster en Haute-Savoie : que faisait le groupe d'étudiants britanniques dans cette station de ski ?

EN DIRECT - Covid-19 : il n'y aura pas de prise de parole d'Emmanuel Macron ces prochains jours

VIDÉO - Moins cher qu'un Ehpad : ces Français passent leur retraite dans un 4 étoiles en Tunisie

Lire et commenter