"Monsieur Chen", ce Chinois qui investit 150 millions d’euros à Maubeuge

"Monsieur Chen", ce Chinois qui investit 150 millions d’euros à Maubeuge
Emploi

Toute L'info sur

Le 20h

Un homme d'affaires chinois va investir 150 millions d'euros dans la construction d'un village du textile à Maubeuge. Le projet devrait permettre la création de 300 emplois.

C'est une très bonne nouvelle pour la ville de Maubeuge. Jian Chen, un homme d'affaires chinois de 52 ans spécialisé dans l'import-export de produits européens, est sur le point d'investir 150 millions d'euros pour y créer des ateliers de vêtements. Quelque 150 millions d'euros d'investissement privé et 300 emplois à la clé, la perspective a de quoi réjouir dans un territoire à l'économie fragile. "Monsieur Chen", cet homme d'affaires chinois voudrait miser sur la Sambre pour relocaliser l'industrie textile en Europe.

C'est un dossier que l'on manipule avec beaucoup de prudence. Rien n'est encore signé, les annonces se font avec bien des réserves, mais l'ambition est énorme", explique Christophe di Pompeo, député de la 3 e circonscription du Nord qui est en contact avec cet investisseur depuis près de deux ans. Avec pour ambition, faire de Maubeuge "une véritable fenêtre occidentale des échanges franco-chinois ". Rien que ça.

Le projet en question concernerait les industries du textile et de la maroquinerie. "Monsieur Chen est persuadé qu'après le plastique, le prochain problème écologique sera celui de la fast fashion (ces vêtements très bon marché produits à l'autre bout du globe)", explique le député LREM. Celui-ci serait persuadé que pour des raisons environnementales et sociétales, l'industrie textile, hier délocalisée en Asie, va se relocaliser en Europe". Et la ville de Maubeuge escompte bien que ce sera chez elle. 

Pourquoi Maubeuge ?

Bien sûr il y a la situation géographique du territoire, aux portes de la Belgique et pas trop éloigné de Paris. Mais si Jian Chen souhaite s'implanter à Maubeuge, c'est un peu le fruit du hasard. Ou plutôt d'une série de hasards. Qui ont conduit l'ancien directeur de cabinet de Rémi Pauvros, Sergio Antunes, à partir travailler à Bergerac, en Dordogne. C'est là qu'il fait la connaissance de l'investisseur chinois, implanté au Portugal, et qui fait affaire dans le vin. Devenu collaborateur du député di Pompeo, le même Sergio Antunes lui présente Jian Chen qui a alors un projet d'investissement en France. Ils multiplient les rencontres et affinent, ensemble, détails de ce projet. Une série de hasards qui pourraient bien valoir des millions au val de Sambre.

Voir aussi

Selon les premiers éléments, le projet porterait sur la création de trente ateliers de fabrication et de quelque 300 emplois. " Il n'est pas question de développer une grosse usine mais plus des petits ateliers. Chacun travaillerait pour une marque différente, avec une identité propre. Avec par exemple des liens avec la maison de la mode à Roubaix", poursuit le député. 

La ville espère que cet investissement privé pourrait en appeler d'autres. Un premier protocole d'accord a été adopté mi-octobre par les élus de l'agglomération maubeugeoise, ouvrant la voie au développement du projet. Objectif, pose de la première pierre d'ici 12 à 18 mois.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter