Vous travaillez à Paris : voici pourquoi vous pourriez être amené à partir en banlieue

Vous travaillez à Paris : voici pourquoi vous pourriez être amené à partir en banlieue

Emploi
DirectLCI
AU BOULOT ! - La construction de bureaux neufs atteint un pic historique en Ile-de-France. Mais elle se concentre en petite couronne, où de nombreuses entreprises pourraient s'établir à l'horizon 2021. Paradoxalement, à Paris intra-muros, une pénurie se profile.

Jamais autant de bureaux n’ont été construits à Paris. Ou en tout cas, en région parisienne. La 31e édition de l’étude du cabinet Deloitte "Grand Paris office crane survey" révèle une tendance de fond : celle d’un glissement de la construction de Paris à la première couronne, ce qui crée un "rééquilibrage géographique" entre le Nord, l’Est et l’Ouest parisiens.


Actuellement, environ 120 chantiers sont en cours, rapporte Deloitte, qui parle d'un "pic historique" : Paris et la petite banlieue dépassent en effet pour la première fois les deux millions de mètres carrés en chantier. Cela place même la région Ile-de-France en tête du marché de bureaux au niveau européen. 

L'attrait de la périphérie... pour les promoteurs

Mais la vraie nouveauté est  donc ce glissement des promoteurs vers la première couronne : alors que les entreprises et leurs salariés veulent plus de centralité et de proximité avec le centre-ville, c’est l’inverse qui se passe.  Les nouveaux chantiers ont en fait suivi les axes de développement du Grand Paris, en offrant, dans un premier temps, des prix du foncier deux à cinq fois moins cher que ceux des zones de bureaux traditionnelles.


Le Nord et l’Est de Paris, les départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne ont notamment connu ces six derniers mois un rebond marqué de l’activité avec une "hausse remarquable" de 40 % de l’encours de production. Au point de dépasser celui de la Défense : du jamais-vu !  "Dix nouvelles grues sont apparues dans le paysage totalisant une surface totale de 145.000 m², ce qui est le plus grand nombre de nouveaux chantiers depuis dix ans", note le rapport.

Pénurie à Paris ?

Les nouveaux chantiers sont plus spécialement concentrés dans le Nord de Paris, puisque 120.000 m² ont été lancés ces derniers mois dans seulement trois villes : Saint-Ouen, Saint-Denis et Aubervilliers. Saint-Ouen est de loin la première ville contributrice avec près de 90.000 m² mis en chantier cet été.  Une telle attractivité du secteur est évidemment due aux ouvertures à venir des nouvelles gares de la Ligne 14 d’ici 2021 à Saint-Ouen et Saint-Denis.


A noter, seules 35% de ces surfaces sont "précommercialisées", un pourcentage plutôt bas. "Cela témoigne d’une grande confiance des investisseurs dans ces marchés, malgré leur périphérie relative. Le risque locatif est donc assumé dans l’attente de l’ouverture du prolongement de la ligne 14". 

En vidéo

Bureau : les mauvaises surprises à la rentrée

Mais cette décentralisation se double d’un phénomène plus inquiétant : les secteurs établis, les plus recherchés (Paris, le secteur des Affaires de l’Ouest et La Défense) connaissent, à l’inverse, une activité en recul depuis six mois. A Paris intra-muros, la construction de bureaux enregistre par exemple un net recul de 15 % sur les 6 derniers mois, 25% sur un an. Le taux de vacance des bureaux atteint d’ailleurs son plus bas niveau. A côté, le secteur des Affaires de l’Ouest et La Défense constatent également une activité en recul (- 10 et - 3%), même si l’Ouest parisien, dans son ensemble, continue de concentrer la majorité (52 %) de la production neuve du Grand Paris. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter