C’est le moment de postuler, l’embauche des cadres est au plus haut

C’est le moment de postuler, l’embauche des cadres est au plus haut

DirectLCI
CARRIÈRE - Il est temps de prospecter chez la concurrence si vous cherchez de nouveaux défis. Le marché de l’emploi des cadres montre un dynamisme sans précédent, avec 62% des entreprises ayant recruté au moins un cadre au deuxième trimestre, selon le baromètre trimestriel de l’Apec publié ce jeudi.

L’emploi des cadres est au beau fixe. Selon le dernier baromètre trimestriel de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec), 62% des entreprises de plus de 100 salariés déclarent avoir recruté au moins un cadre au deuxième trimestre 2018. Il s’agit du plus haut niveau jamais atteint par cet indicateur, dont la dernière note de conjoncture est publiée ce jeudi 19 juillet 2018. 

L’optimisme ne s’arrête pas là. Parmi celles qui prévoient d’embaucher au moins un cadre au troisième trimestre, 73% sont certaines de transformer cette intention en véritable recrutement, toujours selon ce baromètre. Ainsi, le nombre d’embauches de cadres devrait bondir de 4,5% sur l’année pour atteindre 251.000 en 2018. 

Des recrutements surtout pour remplacer les départs

C’est donc le moment de chercher de nouveaux défis dans une autre entreprise. Le marché de l’emploi des cadres reste en effet très dynamique après une année 2017 déjà exceptionnelle pendant laquelle le nombre de recrutements s’était porté à 240.000, soit une progression fulgurante de 9,7% sur un an. 

La raison de ce réveil ? Les entreprises invoquent le remplacement des départs (surtout dans le médico-social, la banque-assurance, l’industrie, le commerce-transport et la construction), qu’il s’agisse du turn-over ou de départs à la retraite. Mais aussi le développement de l’activité (surtout dans l’informatique et l’ingénierie-recherche et développement) ainsi que la réorganisation interne.  

Un léger attentisme concernant l’environnement économique

En dépit de ce moral globalement bon, les entreprises font preuve d’un léger attentisme. Elles perçoivent, pour 60% d’entre elles, une stabilité de leur environnement économique. Un petit tiers (29%) se montrent plus optimistes et seules 11% estiment évoluer dans un environnement défavorable. 


Mais tout dépend des secteurs. Ainsi, comme souvent, celui de l’informatique est majoritairement optimiste (56% des entreprises), tandis que celui de la construction reste plus hésitant à 43% (tout en grappillant 3 points) ou encore celui de l’ingénierie-recherche et développement à 38% mais gagnant 6 points. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter