Création d'entreprise : comment faire une étude de marché

Création d'entreprise : comment faire une étude de marché

COACHING
DirectLCI
MÉTHODE - Pas question de se lancer au hasard. L'étude de marché permet à un porteur de projet de connaître les tendances du secteur et d'évaluer le degré de concurrence. En un mot, mesurer le potentiel d'un produit ou d'un service. Questions à se poser, données à rassembler, présentation du document, voici trois grands axes à suivre pour mettre toutes les chances de son côté.

C'est un travail de fond indispensable pour un porteur de projet. L'étude de marché permet de se rendre compte de la réalité de sa démarche. Elle vise à identifier la cible et les éventuels concurrents pour déterminer le potentiel de clientèle pour un produit ou un service. S'il en ressort que le projet est viable commercialement, elle servira de point de départ pour établir un budget prévisionnel et, en définitive, convaincre un partenaire financier, à commencer par la banque. 


Mais comment s'y prendre ? "Il convient d'avoir une vision globale à travers non seulement une analyse macro-économique du secteur et de son environnement (politique, économique, social, technologique, environnemental et législatif) mais aussi une analyse micro-économique de l'environnement immédiat et notamment de la concurrence", explique à LCI Laurent Mabire, chargé de coordination entrepreneuriat à la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Paris Ile-de-France. Voici les principaux points à considérer.  

Les questions à se poser

 De nombreuses questions, découlant les unes des autres, permettent de balayer le sujet. Il est par exemple utile de se demander quel avantage le produit offre à la clientèle. Quelle est d'ailleurs cette clientèle, son âge, ses moyens financiers, son activité professionnelle, ses disponibilités ? De quelle manière et à quelle fréquence accédera-t-elle au produit (en boutique, à distance, via un contrat, un abonnement) ? A quel prix le proposer ? L'activité est-elle soumise à des normes, à une réglementation ?


Les concurrents sont aussi à observer de près. Sont-ils nombreux ? Quels prix pratiquent-ils ? Des questions qui pourront vous aider à déterminer où vous installer (en ville ou dans une zone commerciale par exemple). Y a-t-il de la place pour votre activité et dans quelle proportion (nombre de produits à vendre) ?

Les informations à récolter

L'entrepreneur peut réaliser lui-même son enquête mais rigueur et méthodologie sont de mise. "Surtout ne pas se contenter des premiers éléments trouvés sur Internet, il faut recroiser les informations et utiliser des sources sérieuses", recommande Laurent Mabire. Des listes et des tableaux sont par exemple proposés en ligne sur CCI Business Builder, une plateforme destinée à aider les porteurs de projets à construire leur entreprise.  


• Les données publiques

Pour déterminer les tendances de marché, la démographie de la clientèle, la réglementation et les normes à respecter, les niches à explorer ou encore le degré de la concurrence, il convient de vérifier si des études de marché sectorielles existent déjà.  Ces documents sont vendus à prix d'or (1500 à 3000 euros sur un secteur) par des organismes spécialisés (Les Echos, Xerfi , des cabinets spécialisés). Bon à savoir : "La quasi totalité des études multi-sectorielles qui existent sur le marché sont consultables (pas de copie autorisée) à la Bibliothèque nationale de France pour le prix du ticket d'entrée, soit 3,90 euros", signale Laurent Mabire. 


Il peut aussi être pertinent de consulter l'Outil d'aide au diagnostic d'implantation locale (Odil) de l'Insee ou les analyses du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc). "Sans oublier la presse professionnelle, la presse quotidienne régionale ainsi que les salons professionnels qui constituent une mine d'informations pour étudier un micro-marché, décrypter ce qui s'ouvre, ce qui se fait, les difficultés locales et même parfois trouver des mentions de prix qui ne sont pourtant pas publics", souffle Laurent Mabire. 


• L'enquête de terrain

Pour affiner vos recherches, "il convient d'observer la concurrence en se déplaçant en boutique, en interrogeant son entourage mais aussi, par exemple pour l'ouverture d'un restaurant, via un sondage effectué dans la rue dans la zone de chalandise", conseille Laurent Mabire. "Une démarche qui peut être longue et fastidieuse mais jamais inutile car elle permet de mettre en évidence ce que l'entreprise apportera de plus que la concurrence : une différenciation susceptible de convaincre les banques de financer le projet". 


A noter : Confier la réalisation d'une étude de marché à un cabinet de conseil coûte de 5000 à 10.000 euros. "Une bonne façon d'économiser du temps pour ceux qui disposent de fonds mais pas de temps", remarque Laurent Mabire. Une astuce, les Junior-entreprises (constituées d'étudiants d'écoles de commerce) facturent ce travail trois fois moins cher. "Le chef d'entreprise doit alors clairement définir ce qu'il veut car c'est sur ses indications qu'elles collecteront les informations, réaliseront les enquêtes de terrain et rédigeront le rapport", souligne-t-il. 

En vidéo

Du chômage à la création de sa propre entreprise

La manière de présenter

L'étude de marché doit être opérationnelle pour le porteur de projet. "Le document ne prendra donc pas la même forme pour une crêperie ou pour un marché de développement d'une application mobile qui traiterait des données personnelles et dépendra de la réglementation en la matière", soulève Laurent Mabire. Une bonne présentation peut donc tenir en 2 pages pour l'installation d'un restaurant comme en 30 pages pour un activité peu répandue, voire inédite, qui nécessite de creuser davantage. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter