Croissance, recrutement, expansion à l'international : les cadres français optimistes pour l'année à venir

Croissance, recrutement, expansion à l'international : les cadres français optimistes pour l'année à venir

DÉCIDEURS
DirectLCI
DYNAMISME - La confiance est bel et bien de retour. 93% des entreprises françaises de 10 à 4999 salariés s’attendent à voir leur chiffre d’affaires bondir de 6% au cours des douze prochains mois, selon une étude du cabinet d’audit EY. Un tiers prévoit même une croissance à deux chiffres.

Ils voient (enfin) l’avenir d’un très bon œil. Les patrons des petites et moyennes entreprises (PME, 10 à 249 employés) et des entreprises de taille intermédiaire (ETI, 250 à 4999 salariés) de l’Hexagone n’ont jamais été aussi confiants. L’immense majorité d’entre eux (93%) s’attendent à voir leur chiffre d’affaires augmenter de plus de 6% dans les douze prochains mois, selon le baromètre EY de la croissance 2018 en France publié ce lundi 9 juillet 2018. Pour mesurer leur état d’esprit, le cabinet d’audit a interrogé 103 cadres dirigeants entre le 15 janvier et le 31 mars. Ceux-ci affichent un tel optimisme que près d'un tiers (31%) anticipe un bond d’au moins 11% de leur activité.


Pour soutenir ce regain de vitalité, 40% ont l’intention de recruter à temps plein au cours de l’année. Ils se montrent ainsi bien plus optimistes qu’un an plus tôt (+18 points par rapport à 2017). Tout aussi encourageant, la proportion d’entreprises voulant réduire ses effectifs est désormais nulle alors qu’elle était de 17% en 2017. Concernant ceux qui viendront grossir leurs rangs, la moitié des dirigeants souhaitent davantage de diversité dans leurs recrutements. 

Une France qui redevient ambitieuse et conquéranteGuillaume Cornu, associé EY et auteur du baromètre 2018 de la croissance des TPE et ETI en France

"L’optimisme des dirigeants français par rapport à celui de l’Allemagne ou du Royaume-Uni nous permet d’envisager l’avenir plus sereinement au sein d’une France qui redevient ambitieuse et conquérante", souligne Guillaume Cornu, associé EY et auteur de cette étude également menée à l’international. Cette croissance pourrait se concrétiser par une implantation à l'étranger. 33% des dirigeants français estiment en tout cas que c’est une priorité stratégique. Les dirigeants comptent aussi "saisir les opportunités offertes par les nouvelles technologies", et notamment l'intelligence artificielle, pour se développer, ajoute-t-il.  

Certains freins viennent cependant encore entraver leur décollage. A commencer par le niveau de trésorerie, considéré comme le principal obstacle par 50% des dirigeants tricolores. Quant aux raisons extérieures ralentissant leur croissance, ils pointent en premier lieu (42%) la faiblesse de la croissance mondiale et l’incertitude géopolitique.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter