Incidents à la chaîne dans les gares parisiennes : le patron de la SNCF laisse son "mandat à la disposition du gouvernement"

DirectLCI
TRANSPORT - Convoqué avec Patrick Jeantet (SCNF Réseau) le 8 janvier au ministère des Transports, Guillaume Pepy garde le cap. Le président du directoire de la SNCF s’est confié au Parisien. Dans l’édition de vendredi, il reconnaît les problèmes de ces dernières semaines, les assume et affirme que son "mandat est à la disposition du gouvernement."

Bug informatique début décembre en gare de Paris Montparnasse, sur-affluence à Paris-Bercy au premier jour des vacances, puis panne électrique mardi à Saint-Lazare : le mois de décembre aura été catastrophique pour la SNCF. Au point d’agacer franchement la ministre des Transports Elisabeth Borne qui a convoqué le 8 janvier prochain Guillaume Pepy, patron de la SNCF, et  Patrick Jeantet, son homologue à SNCF Réseau, afin qu’ils s’expliquent sur ces dysfonctionnements.


Interrogé par Le Parisien, Guillaume Pepy ne se dérobe pas. "Nous rénovons le réseau tout en faisant circuler en Ile-de-France l'équivalent d'un avion A380 toutes les sept secondes. Ces gigantesques travaux en pleine exploitation comportent des risques de bugs, d'incidents électriques, des risques de travaux qui ne sont pas suffisamment préparés", explique-t-il.

Vieillissement des infrastructures et multiples travaux d’amélioration, les incidents étaient prévisibles depuis longtemps malgré la modernisation du réseau. "Cela n’excuse rien", admet le président du directoire de la SNCF. "Mais il faut savoir que ce chantier, c'est comme si vous cuisiniez pendant que votre électricien refait votre installation." Et d’ajouter : "Sur la voie, ça va mieux. Avec l'alimentation électrique et la signalisation, on attaque un sujet plus difficile. L'âge moyen du réseau commencera à baisser en 2025." Il se félicite, en revanche, de la poussée du trafic sur les Transilien et les RER, ou encore le lancement avec succès du TGV low cost Ouigo et des autocars Ouibus, qui continuent d’attirer de plus en plus de voyageurs.


Si aucun changement à la direction de la SNCF ne semble envisagé du côté du gouvernement, Guillaume Pepy se dit prêt à toutes les situations. "Mon mandat est à la disposition du gouvernement. Mon boulot, avec Patrick Jeantet, c'est de trouver des solutions. Le temps n'est pas aux états d'âme", rappelle-t-il.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter