Bien finir un mail pro : les 3 formules qui pourraient affaiblir votre message

Bien finir un mail pro : les 3 formules qui pourraient affaiblir votre message

COACHING
DirectLCI
POLITESSE - Désuètes, négligées ou inappropriées... certaines formules mal choisies à la fin d'un mail affaiblissent tout le propos. LCI a demandé à une spécialiste de la communication quelles étaient les maladresses à éviter.

C'est la dernière impression que vous laissez. Les formules de politesse, en fin de mail, ont leur importance. Moins figées que dans les lettres classiques, elles sont l'occasion de terminer un message de façon percutante. "En voulant trop bien faire, l'auteur du mail est parfois tenté de multiplier les éléments. Cela n'est pourtant pas réellement utile. Au contraire, en employant des formules légères et innovantes, l'auteur gagnera en efficacité", remarque Sylvie Azoulay-Bismuth, interrogée par LCI. 


Directrice du site dédié aux écrits professionnels en e-learning Lefrancaisdespros et auteure du guide Etre un pro de l'e-mail (éditions Eyrolles), Sylvie Azoulay-Bismuth conseille également d'éviter les formules très utilisées, qui ne retiennent pas l'attention de l'interlocuteur telles que "Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire", "Vous en souhaitant bonne réception", "Vous en remerciant par avance" et "Dans cette attente" notamment. 

Gardez cependant à l'esprit que chacun doit trouver son style tout en s'adaptant aux situations. Quoi qu'il en soit, voici trois exemples de formules qui risquent bien souvent de mal passer. La spécialiste de la communication écrite et orale nous en explique les raisons. 


• "Veuillez agréer, Madame..." : trop ampoulé

Les expressions formelles, fréquemment utilisées dans les courriers papier, sont pesantes. Il s'agit pas exemple de "Veuillez agréer, Madame, l'expression de mes sentiments distingués", "Je vous prie d'agréer, Monsieur, mes salutations les meilleures", "Je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs". 


A moins que l'ensemble de votre mail soit très classique (c'est le cas dans le domaine juridique notamment), oubliez-les pour vos échanges par voie électronique. En règle générale, plus votre formule est stéréotypée, moins votre interlocuteur se sentira concerné.


• "Cdt" : un peu négligé

Si faire court permet d'être percutant, les abréviations "Cdt" ou "Cdlt" risquent de faire un peu négligé. Sans oublier que même dans sa forme longue, "Cordialement" est une formule tellement utilisée qu'elle a du mal à retenir l'attention de votre lecteur. 


Incruster d'office dans votre signature de mail l'une des versions de cette formule passe-partout est une fausse bonne idée. Vous risquez d'être en décalage avec le ton général de votre message notamment lorsque celui-ci est particulièrement amical ou au contraire conflictuel.  

En vidéo

Le créateur de l'e-mail et pionnier de l'Internet est mort

• "☻" : très délicat 

Certains utilisent les smileys (sourire, tristesse, clin d'oeil ou autre) un peu comme un point d'exclamation pour exprimer leur émotion. Pourquoi pas si c'est cohérent avec votre style mais attention à ne pas perdre en crédibilité. En tout cas, ne l'utilisez pas avec ironie car cela ne passe pas du tout. Exemple : "Tu as brillé par ton absence☻". En somme, dans le cadre professionnel, mieux vaut les utiliser avec parcimonie et sans jouer sur l'ambiguïté. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter