VIDÉO - "Apple, paye tes impôts !" : des militants d’Attac occupent l’Apple Store de Paris

DirectLCI
OCCUPATION – Samedi 2 décembre, 100 militants d’Attac ont occupé l’Apple Store d’Opéra à Paris, en même temps que certains de leurs camarades organisaient des événements devant d'autres enseignes de la marque à la pomme. Le tout pour dénoncer les pratiques d’optimisation fiscale du groupe.

"On arrêtera quand Apple paiera". Ce samedi, une centaine de militants d’Attac ont investi l’Apple Store d’Opéra à Paris de 10h à 14h. Sur fond de fanfare et à grand renfort de banderoles, ils ont exigé que la firme à la pomme paye les 13 milliards d'euros d'arriérés d'impôts que lui réclame l’Union européenne. Pour rappel, Apple avait écopé de cette amende en 2016 en raison de ses pratiques d’optimisation fiscale, la Commission européenne ayant estimé que la firme avait "bénéficié d'avantages fiscaux indus" en Irlande. Pays qui avait été chargé de récupérer cette somme auprès du groupe, sans grand enthousiasme. En vain.   

"Les méthodes d’optimisation fiscale d’Apple lui ont permis d’accumuler plus de 230 milliards de dollars dans les paradis fiscaux. La multinationale utilise ses filiales irlandaises pour y délocaliser les deux tiers de ces profits mondiaux, et n’y payer quasiment aucun impôt", déplore l’ONG dans un communiqué. La porte-parole Aurélie Trouvé ajoute : "Nous devons être en mesure de vérifier que les impôts payés par Apple sont en adéquation avec ses activités réelles. Pour cela, nous exigeons qu’Apple publie son reporting pays par pays dès maintenant et de manière rétroactive sur les dernières années".

Des opérations coup de poing dans tout le pays

Plusieurs autres opérations coup de poing ont été organisées par Attac dans l’Hexagone ce samedi. Comme à Lille, Limoges,, Lyon, Marseille ou encore Nantes. "Nous avons eu l'engagement formel d'un responsable d'Apple que nous aurions un rendez-vous avec la direction nationale dans les quinze jours", précise Aurélie Trouvé, citée par l’AFP. Et de prévenir Apple : "Si ce rendez-vous ne devait pas avoir lieu, nous reviendrons avant Noël".

De son côté, la firme à la pomme n’a toujours pas réagi, refusant pour le moment de répondre aux sollicitations médiatiques

Plus d'articles

Sur le même sujet