Le ministre de l'Agriculture annonce un renforcement des contrôles dans les abattoirs

Le ministre de l'Agriculture annonce un renforcement des contrôles dans les abattoirs

CONDITION ANIMALE - Après plusieurs scandales sur les conditions d'abattage des animaux en France, Julien Denormandie annonce de nouvelles mesures visant à mieux surveiller les conditions d'exercice des abattoirs français.

La peur du gendarme comme arme de dissuasion contre les mauvaises pratiques au sein des abattoirs. Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a annoncé, dimanche soir, un renforcement des contrôles dans les abattoirs via des inspections inopinées et généralisées. Une force d'intervention rapide doit également voir le jour dès l'automne, a-t-il précisé.

"À un instant T, tous les abattoirs de France seront inspectés", assure Julien Denormandie, selon ce plan divulgué dans le journal Ouest France, à l'occasion d'une visite lundi du ministre en Charente-Maritime dans le cadre de la stratégie nationale de modernisation des abattoirs. À la suite de ces contrôles, toutes les éventuelles non-conformités seront relevées et, le cas échéant, "des suites administratives et/ou pénales adaptées et harmonisées" seront prises, met en garde le ministre de l'Agriculture. Une enveloppe de 115 millions d’euros sera consacrée à l’investissement mais aussi à la formation de référents bien-être animal au sein des établissements.

Création d'une "Force d’inspection nationale en abattoir"

Autre mesure prévue par le plan de Julien Denormandie, un groupe d’action rapide "mobilisable à tout moment", selon le ministre, et baptisé la FINA (Force d’inspection nationale en abattoir) qui doit être opérationnelle à partir de l’automne 2021.

Ses six agents pourront contrôler de façon inopinée ou en urgence des abattoirs, conjointement avec les services locaux d’inspection. Ils se tiendront "prêts à intervenir partout et à tout moment sur les situations les plus difficiles, comme dans la mise en œuvre des suites de contrôles, ou encore dans des situations où des décisions de suspension partielle ou totale d'activité s'imposent", détaille le ministère.

Lire aussi

Julien Denormandie annonce qu'il va, dès cette semaine, adresser un courrier à tous les préfets pour leur demander "d’agir avec fermeté lorsque la situation l’impose", alors que des associations de défense des animaux dénoncent régulièrement la maltraitance animale dans certains élevages et abattoirs.

Depuis juillet 2020 l'activité a été suspendue pour six abattoirs : quatre ont repris une activité depuis et deux sont toujours fermés, rappelle le ministère de l'Agriculture. Près de 2000 inspecteurs s'occupent des abattoirs en France.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le plan blanc déclenché en Corse par l'Agence régionale de santé

VIDÉOS - Vaccin : les réponses d'Emmanuel Macron aux questions des jeunes sur Instagram et TikTok

Vacances : à quoi ressemble un camping de luxe dans le Sud de la France ?

EN DIRECT - JO de Tokyo : l'escalade et le volley français permettent aux Bleus de rêver de médailles

VIDÉO - Les vaccinés, aussi contagieux que les non-vaccinés ? Les précisions du Pr Bréchot

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.