Aubervilliers : les jardins ouvriers évacués pour permettre la construction d'une piscine pour les JO-2024

Jardins ouvriers d'Aubervilliers

ENVIRONNEMENT - Des militants écologistes ont été évacués jeudi matin alors qu'ils occupaient depuis quatre mois des jardins ouvriers à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Une partie doit être détruite pour accueillir une piscine qui servira pour les Jeux olympiques de Paris-2024.

C'était une éventualité à laquelle les militants espéraient échapper, en vain. Après quatre mois de lutte contre le bétonnage des jardins ouvriers d'Aubervilliers, et alors même que le "Congrès de la Nature" se prépare à Marseille, les occupants ont été expulsés le 2 septembre au matin par les forces de l'ordre. 

Cette enclave de nature de 2,5 hectares, au milieu des tours du reste du quartier, doivent être amputés de près de 4000 m2 afin de permettre la construction d'une vaste terrasse attenante à un nouveau centre aquatique qui devra servir lors des prochaines Jeux olympiques, à Paris. 

Toute l'info sur

Les Jeux olympiques 2024 à Paris

Le signe d'une urbanisation déraisonnée pour les opposants au projet

Selon la préfecture de la Seine-Saint-Denis dans un communiqué, "la quinzaine d'occupants" occupait illégalement les parcelles de jardins "depuis le 30 avril". Les militants ont été expulsés "dans le calme", "seul un individu a été placé en garde à vue pour outrage et violences à l'encontre des policiers", a détaillé les autorités. 

La destruction de leurs installations de fortune, bâties au fil des mois, a aussitôt commencé. La "remise en état" et une "sécurisation" des lieux ont débuté, pour permettre au chantier de démarrer, selon la préfecture. Une fois construire, l'infrastructure servira à l'entraînement des athlètes pour les JO, puis sera ouverte au grand public.

Mais aux yeux des opposants, ce projet est surtout le signe d'une urbanisation déraisonnée au nom des Jeux olympiques, à contre-courant de l'urgence écologique. "On assiste complètement désarmés à la destruction des jardins par une pelleteuse, c'est une violence inouïe. On est entouré par des CRS qui nous prennent pour des terroristes", a témoigné dans la matinée Camille, un militant écologiste présent sur place et joint par l'AFP.

Le pôle écologiste du Conseil régional d'Ile-de-France s'est également positionné dans un communiqué contre ce projet, apportant leur soutien aux "habitant-es et des associations locales exclu-es de la concertation". "À l'heure du réchauffement climatique, les Jardins d'Aubervilliers, d'une qualité paysagère exceptionnelle, représentant une réserve de biodiversité unique et constituent un îlot  de fraicheur essentiel pour un territoire carencé en espaces verts, extrêmement dense et excessivement artificialisé", constate le communiqué. 

Détenteur du terrain, Grand Paris Aménagement n'a pas pu être joint. Fin avril, GPA assurait avoir relogé les jardiniers concernés sur d'autres parcelles voisines en "privilégiant le dialogue".

Lire aussi

Des opposants ont déposé lundi un recours contre le permis de construire du projet. D'un coût de 33,6 millions d'euros, il est porté par la ville d'Aubervilliers et bénéficie notamment d'environ 10 millions d'euros de subventions de la Solideo, la société de livraison des ouvrages olympiques. Suite à l'évacuation et le début des travaux, des défenseurs de ces jardins ont appelé à une manifestation à 18h00 devant la mairie d'Aubervilliers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Soldat tué au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un militaire de 34 ans au parcours "admirable"

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : la chanteuse Lola Dubini est éliminée dès son premier prime

Global Citizen Live : tout ce qu’il faut savoir sur le concert événement diffusé samedi sur TMC

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.