Climat : première audience pour "L’affaire du siècle" deux ans après la pétition record

Photo d'illustration

JUSTICE - Début 2019, deux millions de citoyens réclamaient un recours contre l'État pour inaction climatique. Deux ans plus tard, "L'Affaire du siècle" arrive devant la justice alors que le gouvernement est pressé de toutes parts de faire plus pour la planète.

La première audience doit avoir lieu jeudi 14 janvier au tribunal administratif de Paris mais la requête a commencé il y a plus d'un an. Mi-décembre 2018, quatre ONG (Notre Affaire à tous, Greenpeace France, la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, Oxfam France) adressent une requête préalable au gouvernement, accusant l'État de "carence fautive" par son "action défaillante" pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

En parallèle, en moins d'un mois, plus de deux millions de personnes apportent leur soutien à cette action, un record en France pour une pétition en ligne. Pas satisfaites de la réponse du gouvernement, les quatre ONG, depuis rejointes par d'autres, comme la Fondation Abbé Pierre et la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique, déposent formellement le recours contre l'État en mars 2019.

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

Le gouvernement rejette l’accusation d’inaction climatique

Alors que la France s'est engagée à réduire de 40% ses émissions d'ici 2030 par rapport à 1990, les ONG requérantes lui reprochent d'avoir dépassé les budgets carbone qu'elle s'était fixée. Un point reconnu par le Conseil d'État en novembre.

Elles relèvent également des manquements en termes de rénovation énergétique des bâtiments ou de développement des énergies renouvelables. Et pointent du doigt les impacts directs sur la vie quotidienne des Français, leur santé ou leur niveau de vie.

De son côté, le gouvernement rejette les accusations d'inaction, mettant en avant notamment la loi énergie-climat de 2019 qui "renforce les objectifs climatiques", en visant la neutralité carbone à l'horizon 2050 ou une baisse de 40% de la consommation d'énergies fossiles d'ici 2030.

Un fort enjeu pour la Convention citoyenne

Alors que l'enjeu climatique investit de plus en plus les salles d'audience, en France comme dans de nombreux pays du monde, les défenseurs du climat savent bien que cette forme d'action peut être à double tranchant. La réparation demandée est seulement d’un euro symbolique mais l’enjeu symbolique est plus fort. 

Lire aussi

"Si on perd, ce sera alors facile pour l'État de dire 'on a gagné en justice', alors arrêtez avec vos demandes incessantes", admet Jean-François Julliard. Mais une victoire permettrait de mettre la pression pour renforcer l'ambition du projet de loi issu de la Convention citoyenne pour le climat.  

Écoutez notre podcast "Impact positif"

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Bienvenue dans le podcast "Impact positif", dédié à celles et ceux qui veulent changer la société et le monde. Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Investiture de Joe Biden : le FBI craint une menace venant de la Garde nationale

Au crépuscule de son mandat, Donald Trump s’apprête à accorder 100 grâces présidentielles

Jean-Pierre Bacri, le bougon préféré du cinéma français en cinq répliques cultes

Variants du coronavirus : le Haut Conseil de la santé publique déconseille certains masques en tissu

États-Unis : Melania Trump fait ses adieux à la Maison Blanche

Lire et commenter