Les zoonoses au cœur du "One Planet Summit" : de quoi s'agit-il ?

Plusieurs mutations du nouveau coronavirus ont d'ores et déjà été détectées, au Danemark ou Royaume-Uni notamment.

LE MOT DU JOUR - Le "One Planet Summit" consacré à la biodiversité qui se tient ce lundi à Paris, doit lancer une alliance de recherche sur la "prévention de l'émergence de zoonoses", maladies qui se transmettent de l'animal à l'homme, à l'instar du Covid-19.

Lundi 11 janvier depuis l’Élysée, le président de la République préside un One Planet Summit consacré à la biodiversité. Les participants devront présenter des initiatives ou prendre des engagements autour de quatre thèmes : protection des écosystèmes terrestres et marins ; promotion de l'agro-écologie ; mobilisation des financements ; lien entre déforestation, préservation des espèces et santé humaine.

Ce dernier sujet, la zoonose, est au cœur de l'actualité. En effet, la pandémie de Covid-19 illustre la multiplication des zoonoses, maladies qui passent de l'animal à l'homme, notamment en raison des contacts plus fréquents entre espèces, causés par la destruction des habitats sauvages.

"Les atteintes à l’environnement peuvent aussi créer des pandémies", a d'ailleurs rappelé sur franceinfo la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. "Il y avait des suspicions sur le fait que quand on faisait de la déforestation, du trafic d’espèce, cela pouvait entraîner des zoonoses []. Il y a eu l’affaire du pangolin. Et à la fin de l’année dernière, l'IPBES [groupe international d'experts sur la biodiversité, ndlr] a publié un rapport qui cumule des données scientifiques qui montrent que quand on porte atteinte à la biodiversité, ça peut entraîner des pandémies, des zoonoses. Et si on n’y prend pas garde, si on continue comme ça, des crises comme celle que nous connaissons, nous risquons d’en vivre plusieurs."

60% des maladies infectieuses humaines sont zoonotiques

"Les zoonoses sont des maladies ou infections qui se transmettent des animaux vertébrés à l'homme, et vice versa. Les pathogènes en cause peuvent être des bactéries, des virus ou des parasites", lit-on sur le site du ministère de l'Agriculture. "La transmission de ces maladies se fait soit directement, lors d'un contact entre un animal et un être humain, soit indirectement par voie alimentaire ou par l’intermédiaire d'un vecteur (insecte, arachnides…)." Parmi les plus connues : la maladie de Lyme, la grippe aviaire, les salmonelloses ou la listériose. 

Selon l'Organisation mondiale de la santé animale, 60% des maladies infectieuses humaines sont zoonotiques. Elle estime également que sur cinq nouvelles maladies humaines qui apparaissent chaque année, trois sont d'origine animale. C'est pourquoi elle défend le concept de préservation d'"une seule santé", la santé humaine et la santé animale étant interdépendantes et liées à la santé des écosystèmes dans lesquels elles coexistent.

Le One Planet Summit doit notamment lancer une alliance de recherche sur la "prévention de l'émergence de zoonoses" baptisée Prezode. Les parties prenantes espèrent également relancer leur projet de "Coalition de la haute ambition pour la nature", chaque pays s'engageant à placer 30% de leur territoire en espaces protégés.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccination : "À terme, il y aura évidemment des doses pour tout le monde", affirme Olivier Véran

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

ENTRETIEN EXCLUSIF - Brigitte Macron se confie sur son expérience du Covid-19

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter