Écotaxe : que deviennent les portiques déployés sur les routes françaises ?

Écotaxe : que deviennent les portiques déployés sur les routes françaises ?

ZOOM - Cinq ans après l'abandon du projet d'écotaxe, une grande majorité des 174 portiques installés pour l'occasion sont toujours en place. Certains ont même été reconvertis. Tour d'horizon.

Ils devaient rapporter 800 millions d’euros chaque année à l’état, mais n’ont jamais servi. Au cœur des années 2010, 174 portiques ont été installés sur des axes routiers stratégiques de l'Hexagone. L'objectif était le suivant : taxer les camions de marchandises. Oui, mais voilà : le projet a finalement été (brutalement) abandonné par l’État. 

Coût (faramineux) de l’opération : 2 milliards d’euros. "Je pense que c’est un gros problème. C’est de l’argent qui a été dépensé pour rien", estime un conducteur, interrogé par TF1. À cette facture déjà salée s’ajoute celle du démontage, 40.000 euros pour chaque portique. Pour éviter ce coût supplémentaire, certains ont été réutilisés.

Toute l'info sur

Le 20h

Vers une nouvelle écotaxe ...

Dans le Bas-Rhin, la collectivité européenne d’Alsace les a récupérés pour un euro symbolique. Elle veut mettre en place une nouvelle écotaxe pour les poids lourds dès 2024. Elle se heurte toutefois à l'opposition féroce des professionnels de la route qui ne veulent pas entendre parler d'une telle mesure. "Si on a un coup de revient plus élevé à cause de ces taxes, cela va se répercuter sur les prix facturés à nos clients. Eux-mêmes vont le répercuter à leurs clients, les consommateurs. Globalement, c’est le consommateur qui risque de payer", pointe Philippe Premat, PDG de l’entreprise de transport "Premat". Pour fluidifier le trafic et décongestionner les axes routiers de la région, Bordeaux Métropole envisage aussi une modulation des tarifs sur les autoroutes. Les anciens portiques écotaxes pourraient être (ré)utilisés à cette fin, bien que rien ne soit pour l'instant acté. 

... ou de nouveaux projets

Après avoir également relancé l'idée d'une écotaxe pour les poids lourds en transit en Île-de-France, Valérie Pécresse s'est, elle, résolue à l'abandonner. Qu'à cela ne tienne, Paris a décidé de récupérer les anciennes installations - notamment les 4 portiques situés sur le boulevard périphérique - pour un autre usage. À l'occasion des Jeux Olympiques 2024, la mairie souhaite en effet mettre en place une voie de circulation réservée au covoiturage. "Pour faire respecter cette nouvelle règle, on peut imaginer mettre un certain nombre de caméras qui repèrent des formes sur ces portiques", précise à TF1 David Belliard, adjoint à la mairie de Paris en charge des transports. 

Lire aussi

Par ailleurs, dans certains endroits, les portiques n’ont pas eu le temps d’être installés. Mais les infrastructures existantes pourraient servir à de nouvelles installations. Les raccordements mis en place en bordure de la Nationale 6 intéressent par exemple le département de l’Essonne. La collectivité souhaite équiper son réseau routier de nouveaux portiques avec des capteurs et des écrans. "Ils vont nous permettre de créer la route du futur, connectée. À terme, cela pourrait par exemple servir à donner des informations aux automobilistes sur l’état du trafic et à réguler la circulation en cas de pollution ou d'accident", indique Français Durovray, président LR du Conseil départemental. À l'heure actuelle, 139 portiques destinés à l'écotaxe demeurent debout en France. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.