EN DIRECT - La Grande Barrière de corail évite la liste des sites en péril

EN DIRECT - La Grande Barrière de corail évite la liste des sites en péril

ÉCOLOGIE, LE LIVE - L'Australie a évité vendredi que l'Unesco inscrive la Grande Barrière de corail sur sa liste des sites du Patrimoine mondial en péril, malgré l'inquiétude de la communauté scientifique sur la dégradation de cet écosystème unique.

Live

ADOPTÉ !


Le Parlement a définitivement adopté mardi le projet de loi climat, un "tournant écologique" vanté par le gouvernement mais vivement critiqué par les ONG et la gauche pour son "manque d'ambition".


L'Assemblée nationale a largement soutenu le texte par 233 voix contre 35, après un vote à main levée au Sénat. Cette loi s'inspire des travaux des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat.

Urgent

BARRIÈRE DE CORAIL


L'Australie a évité vendredi que l'Unesco inscrive la Grande Barrière de corail sur sa liste des sites du Patrimoine mondial en péril, malgré l'inquiétude de la communauté scientifique sur la dégradation de cet écosystème unique.

Le Comité du patrimoine mondial, qui se réunit actuellement sous présidence de la Chine, a décidé de reporter une décision à cet égard, après un lobbying intense de l'Australie qui y était opposée.

VENISE 


Venise a échappé in extremis jeudi à son inscription sur la liste du Patrimoine mondial en péril, proposée par l'Unesco peu avant l'annonce par l'Italie de l'interdiction faite aux grands navires de croisière de pénétrer au cœur de la lagune.

Le Comité du patrimoine mondial réuni à Fuzhou, en Chine, a pris acte de cette interdiction qui entrera en vigueur le 1er août. Il donne jusqu'au 1er décembre 2022 aux autorités italiennes pour rendre de nouveau compte des efforts réalisés afin de préserver l'écosystème et le patrimoine historique exceptionnels de la Sérénissime.

Le Premier ministre italien Mario Draghi a exprimé jeudi soir sa "grande satisfaction" à propos de la décision du comité. "L'attention du monde sur Venise doit rester forte", a prévenu de son côté le ministre de la Culture Dario Franceschini, appelant au "développement durable de ce bien unique". 

BIODIVERSITÉ


L'Union européenne a salué mercredi le texte préparé en vue des négociations de la COP15 sur la biodiversité, prévues pour se prolonger en 2022, tout en appelant à "renforcer" certains de ses objectifs.

 "Il y a beaucoup d'éléments extrêmement positifs, comme l'objectif de protéger au moins 30% des espaces terrestres et des espaces maritimes au niveau mondial d'ici 2030" via des systèmes d'aires préservées, a estimé le commissaire européen à l'Environnement, Virginijus Sinkevicius.

"Mais je note des points qu'il faudra renforcer pour atteindre un résultat positif pour la biodiversité et stopper les extinctions d'espèces", a-t-il souligné, à l'issue d'une rencontre en Slovénie des ministres de l'Environnement de l'UE.

 Il a notamment appelé à "relever l'ambition" pour l'objectif de surfaces soumises à une obligation de "restauration" naturelle, ainsi que pour le niveau de pratiques "durables" dans l'agriculture, la pêche et la sylviculture.

ÉTATS-UNIS


New York et plusieurs régions de l'est des Etats-Unis et du Canada ont été mardi couvertes d'un voile gris au goût de fumée, causé par des incendies dans l'ouest des Etats-Unis et au Canada.

Les services de protection de l'environnement de l'Etat de New York ont émis pour l'ensemble de la journée une alerte à la qualité de l'air, systématique dès lors que sont attendus des taux de concentration de particules fines supérieurs à 35 microgrammes par mètre cube.

Selon un spécialiste de ces services, il n'est pas rare que des fumées d'incendies venus de l'ouest atteignent la région new-yorkaise, mais elles restent généralement suffisamment haut dans l'atmosphère pour ne pas affecter la qualité de l'air. La fumée est cette fois plus basse que d'habitude, a-t-il indiqué.

ADOPTÉ !


Le Parlement a définitivement adopté mardi le projet de loi climat, un "tournant écologique" vanté par le gouvernement mais vivement critiqué par les ONG et la gauche pour son "manque d'ambition".


L'Assemblée nationale a largement soutenu le texte par 233 voix contre 35, après un vote à main levée au Sénat. Cette loi s'inspire des travaux des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat.

LOI CLIMAT


Face à "l'urgence climatique", le Parlement va définitivement adopter mardi l'emblématique projet de loi climat, un "tournant écologique" vanté par le gouvernement, mais vivement critiqué par les ONG et la gauche pour son "manque d'ambition". 

Dans l'après-midi, le Sénat et l'Assemblée vont successivement voter ce texte dense, inspiré par les travaux de la Convention citoyenne pour le climat. Un compromis a été trouvé entre les deux chambres à l'issue de longues tractations nocturnes il y a une semaine.

Selon la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, cette loi représente une "bascule culturelle globale", "une écologie" de "bon sens" et "du quotidien" grâce à des mesures comme la suppression de lignes aériennes intérieures en cas d'alternatives en train de moins de 2H30, ou l'interdiction de mise en location des "passoires thermiques", logements classés G et F, en 2025 et 2028.

ÉTATS-UNIS


Les incendies continuaient lundi leur course effrénée à travers l'Ouest américain, un fournisseur d'électricité californien - déjà responsable de l'incendie le plus meurtrier de l'Etat - étant mis en cause dans le départ de certains de ces feux.

La saison des feux ne fait que commencer et 80 gros incendies sévissent déjà à travers les Etats-Unis, où ils ont consumé plus de 4 700 km² de végétation.

UNION EUROPÉENNE


Les ministres européens de l'Agriculture, réunis à Bruxelles, ont donné lundi leur feu vert à un "plan d'action" visant à consacrer au moins 25% des terres agricoles de l'UE à l'agriculture biologique d’ici à 2030, contre 8,5% actuellement.

"Il s'agit d'une approche complète : l'objectif principal est de consacrer 25% des terres au bio. Mais il faut également promouvoir l'alimentation bio, développer l'industrie de transformation des aliments bio, élargir les marchés", a expliqué le commissaire européen à l'Agriculture Janusz Wojciechowski, lors d'une conférence de presse.

RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO


Le parc national de la Salonga, le plus grand de la République démocratique du Congo (RDC), a été retiré lundi de la liste du patrimoine mondial en péril, en reconnaissance des efforts entrepris pour le préserver, a-t-on appris auprès de l'Unesco. 

Le Comité "a décidé aujourd'hui de retirer le Parc national de la Salonga de la liste du patrimoine mondial en péril en raison des améliorations apportées à son état de conservation", a affirmé l'Unesco dans un communiqué.

"Le suivi régulier de la faune sauvage montre que les populations de bonobos demeurent stables (...) malgré les pressions passées et que la population d'éléphants de forêt a lentement commencé à se reconstituer", ajoute le communiqué. 

NICOLAS HULOT APPELLE À "CHANGER DE MODÈLE"

Dans un entretien à Ouest-France, Nicolas Hulot revient sur les intempéries meurtrières en Europe et lance une alerte. “Si l’humanité veut garder ses chances, c’est maintenant ou jamais qu’il nous faut changer de modèle”, estime l'ancien ministre. “La communauté scientifique nous alerte depuis des décennies et ses prévisions se réalisent aujourd’hui avec encore plus d’amplitude que ce qui avait été prévu”. Pour la figure de l'écologie, “la chronologie des dernières semaines est effrayante”, entre "la fonte de la banquise antarctique", les chaleurs inédites et "les crues meurtrières en Belgique et en Allemagne". 

MARCHE DU CARBONE EN CHINE


La Chine a lancé ce vendredi son propre marché du carbone, le plus grand du monde. Le géant asiatique entend ainsi réduire ses émissions polluantes. Premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, c'est aussi le pays qui investit le plus dans les énergies nouvelles. 


Les échanges ont débuté à 9h30 locale à la Bourse de l'environnement et de l'énergie de Shanghai, a indiqué dans un communiqué l'agence de presse officielle Chine nouvelle. Cette évolution permet aux autorités provinciales de fixer des quotas pour les centrales thermiques et aux entreprises d'acheter des droits de polluer à d'autres ayant une empreinte carbone plus faible.

VERS UNE ADOPTION DU PROJET DE LOI CLIMAT CET ÉTÉ ? 


À l'issue de neuf heures de discussions, députés et sénateurs sont parvenus dans la nuit de lundi à mardi à un accord sur le projet de loi climat, ouvrant la voie à une adoption définitive dès cet été, a appris l'AFP de sources gouvernementale et parlementaire.

Réunis en commission mixte paritaire, les parlementaires des deux chambres ont trouvé un compromis sur ce projet de loi dense, inspiré des propositions de la Convention citoyenne pour le climat.

Le Sénat dominé par la droite "est revenu sur les reculs environnementaux qui étaient des lignes rouges pour le gouvernement, sur l'artificialisation des sols, les menus végétariens et encore la rénovation énergétique des logements", s'est-on félicité à Matignon. La commission mixte a retenu cependant les apports du Sénat sur le volet accompagnement, notamment sur le forfait mobilités durables.

DÉFORESTATION AU BRÉSIL


3609 km2 ont été déboisés en Amazonie au premier semestre, une hausse de 17% par rapport à la même période de 2020, selon les données officielles rendues publiques ce vendredi.


En juin, la déforestation a par ailleurs atteint 1.062 km2, contre 1.043 km2 pour ce même mois l'an dernier. Il s'agit du quatrième record mensuel consécutif et de la surface la plus importante enregistrée pour un mois de juin depuis que l'Institut national de recherches spatiales (INPE) compile ces informations par satellite, en 2015.

LA CALIFORNIE APPELLE SES HABITANTS A RÉDUIRE LEUR CONSOMMATION D'EAU


La Californie a exhorté jeudi ses habitants à réduire leur consommation d'eau de 15%, et a élargi l'état d'urgence lié à la sécheresse à près de la moitié de la population de l'Etat.


"Cela fait maintenant deux ans que nous vivons une sécheresse" alors que le long épisode de sécheresse précédent s'est achevé il y a peu, a dit le gouverneur de l'Etat Gavin Newsom lors d'une conférence de presse, annonçant qu'il signait un décret encourageant "les efforts volontaires de préservation de l'eau dans l'Etat de Californie".


"Nous espérons que les habitants de Californie garderont l'état d'esprit qu'ils avaient lors de la dernière sécheresse et le renforceront avec une réduction volontaire de 15%, pas seulement dans les habitations, mais aussi dans les opérations industrielles, commerciales et agricoles", a-t-il plaidé. Le gouverneur a ainsi demandé aux Californiens de faire preuve de "bon sens" en réduisant par exemple l'irrigation des pelouses et en prenant des douches plus courtes.


Après plusieurs années marquées par très peu de précipitations, les réserves des barrages à la fin mai en Californie étaient estimées à deux tiers de leur niveau normal. Une situation aggravée par la vague de chaleur de la semaine dernière dans une partie de l'ouest des Etats-Unis et du Canada. Le week-end prochain, des températures record sont encore attendues, avec jusqu'à 53 degrés Celsius prévus dans la Vallée de la Mort en Californie.

LA CANICULE AU CANADA, "PRESQUE IMPOSSIBLE" SANS LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE, SELON UNE ÉTUDE


La vague de chaleur qui a frappé fin juin l'ouest des États-Unis et du Canada aurait été "presque impossible" sans le réchauffement climatique causé par les humains, a conclu mercredi un groupe de chercheurs.


"Il n'y a aucun doute, le changement climatique a joué un rôle majeur", a déclaré lors d'un point-presse Friederike Otto, de l'université d'Oxford, l'une des auteures de l'étude.

CLIMAT

Après un désaccord entre l'exécutif avec le Sénat sur la formulation de la révision constitutionnelle sur le climat, Jean Castex a annoncé mardi 6 juillet que le gouvernement mettait "un terme au processus de révision".

Climat : l'exécutif "met un terme au processus de révision constitutionnelle", annonce Jean Castex

CLIMAT : CASTEX ENTERRE LA RÉVISION CONSTITUTIONNELLE 


Jean Castex annonce que l'exécutif, en désaccord avec le Sénat, met "un terme au processus de révision constitutionnelle" sur le climat, sur laquelle Emmanuel Macron souhaitait un référendum après avoir suivi les recommandations de la Convention citoyenne pour le climat. Le Sénat, à majorité de droite, avait adopté lundi en deuxième lecture une formulation différente de celle votée par l'Assemblée et soutenue par le gouvernement, autour de l'inscription dans la Constitution notamment de la "préservation de l'environnement". 


"Compte tenu de ce que prévoit l'article 89 de notre Constitution, ce vote met hélas un terme au processus de révision constitutionnelle dont nous continuons à penser qu'il était indispensable à notre pays", a déploré le Premier ministre lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale ce mardi après-midi.

INCENDIES AU CANADA


L'armée canadienne va apporter un soutien aérien pendant deux semaines à la province de Colombie-Britannique (dans l'ouest canadien) où quelque 180 incendies continuaient à faire rage après une vague de chaleur inédite, a indiqué dimanche le ministre de la sécurité publique Bill Blair.


Quelque 184 feux, souvent provoqués par des éclairs, étaient toujours actifs dont 41 se sont déclarés dans les deux derniers jours, selon le tableau de bord du service des incendies de la province. 


Au moins deux personnes ont perdu la vie dans l'incendie de la petite localité de Lytton, ravagée par les flammes, les premières victimes connues des feux de forêt. Lytton, devenue le symbole de la crise en cours, après avoir battu le record historique de chaleur au Canada avec 49,6 degrés Celsius, a été détruite à 90% par l'incendie.

INTERDICTION DES PLASTIQUES À USAGE UNIQUE EN ALLEMAGNE


L'Allemagne bannit à compter de samedi la vente de plastiques à usage unique, appliquant une directive européenne destinée à protéger les océans de la pollution.


La nouvelle loi, votée en septembre 2020 et qui entre en vigueur ce samedi, interdit notamment les "cotons-tiges, couverts, assiettes, pailles, touillettes, bâtons de ballons de baudruche et gobelets". Certains emballages en polystyrène, utilisés comme contenants alimentaires, sont aussi concernés par l'interdiction.


Selon la Commission européenne, les produits concernés représentent 70% des déchets échoués dans les océans et sur les plages.

CLIMAT


Ces phénomènes "continueront d'être de plus en plus amplifiées", explique à LCI le climatologue Christophe Cassou.

Près de 50°C au Canada et au Maroc : un dôme de chaleur pourrait-il se former en France ?

BRÉSIL


Les incendies en Amazonie brésilienne ont connu le mois de juin le plus dévastateur depuis 2007, ce qui laisse présager d'une nouvelle saison sèche dramatique pour la plus grande forêt tropicale de la planète, selon des données officielles rendues publiques jeudi.


"L'augmentation des départs de feu en Amazonie n'est pas une surprise, c'est le résultat d'actions directes qui incitent à l'illégalité et fragilisent les organes de contrôle, comme la réduction de 60% du budget 2021 pour la surveillance des incendies", déplore l'ONG Institut socio-environnemental (ISA) dans un communiqué transmis à l'AFP.


Selon les experts, ces incendies sont la conséquence de la déforestation pour faire place à l'agriculture et à l'élevage du bétail. Le gouvernement brésilien a publié cette semaine un décret interdisant les brûlis pendant quatre mois et a autorisé l'envoi de l'armée en Amazonie pour lutter contre la déforestation et l'exploitation minière illégale. Jair Bolsonaro s'est récemment engagé auprès de la communauté internationale à éliminer la déforestation illégale au Brésil d'ici 2030, sans annoncer de mesures concrètes pour atteindre cet objectif.

Urgent

L'ÉTAT DOIT AGIR DANS LES 9 MOIS


L'Etat doit prendre dans les neuf mois "toutes les mesures utiles" pour atteindre l'objectif de baisse de 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030, a ordonné jeudi le Conseil d'Etat dans une décision sans précédent.


La plus haute juridiction administrative française, saisie par la commune de Grande-Synthe, qui s'estime menacée par la montée du niveau de la mer, a relevé que les trajectoires actuelles de la France ne lui permettent pas de respecter ses engagements dans le cadre de l'accord de Paris.

CANICULE


Pour le climatologue Christophe Cassou, la canicule exceptionnelle qui sévit au Canada - où 49,5°C ont été relevés mardi, record historique - et aux États-Unis est amplifiée par le réchauffement climatique.

49,6°C relevés au Canada : pourquoi l'Amérique du Nord suffoque

NICOLAS HULOT SUR LE RAPPORT DU GIEC


Face aux prévisions alarmistes du Giec sur le réchauffement climatique dévoilées la semaine dernière, Nicolas Hulot s'est dit "atterré" face au manque de "réaction de la classe politique". "De droite ou de gauche, chacun devrait en prendre acte et dire que maintenant c'est la priorité", a réclamé l'ancien ministre de l'Environnement démissionnaire d'Emmanuel Macron, ce mercredi sur franceinfo.  "À un moment, on ne va plus pouvoir regarder nos enfants dans les yeux", a-t-il assuré.


D'après un projet de rapport des experts climat de l'ONU obtenu en exclusivité par l'AFP, quelque 420 millions de personnes de plus sur Terre feront face à des "canicules extrêmes" si le réchauffement climatique atteint +2°C plutôt que +1,5°C. "Le pire est à venir, il affectera la vie de nos enfants et nos petits-enfants bien plus que la nôtre", insistent les auteurs.

FOURNAISE


Pour un troisième jour consécutif, le village de Lytton, à quelque 260 km au nord-est de Vancouver, a établi un nouveau record de chaleur absolu pour le Canada, avec 49,6 degrés, selon le service météorologique canadien.

Jusqu'à 49,6°C : canicule record au Canada, au moins 134 morts subites

CANADA : RECORD DE CHALEUR 


Pour un troisième jour consécutif, le village de Lytton, à quelque 260 km au nord-est de Vancouver, a établi un nouveau record de chaleur absolu pour le Canada, favorisé par le phénomène de "dôme de chaleur", avec 49,5 degrés, selon le service météorologique canadien.

EFFORTS INSUFFISANTS POUR LE CLIMAT


Les efforts de la France pour lutter contre le réchauffement climatique sont toujours "insuffisants" pour respecter ses objectifs, juge le Haut Conseil pour le Climat.


La France s'est engagée à réduire ses émissions de CO2 de 40% d'ici à 2030 par rapport à 1990.  Mais le premier "budget carbone" 2015-2018 a été dépassé, valant une condamnation de l'Etat pour carence. Le gouvernement a remonté les plafonds pour 2019-2023, reportant de fait l'effort à accomplir. 


"En raison du retard accumulé par la France, le rythme actuel de réduction annuelle devra pratiquement doubler pour atteindre au moins 3,0% dès 2021 et 3,3 % en moyenne sur la période du troisième budget carbone (2024-2028)", prévient le rapport.

ÉTATS-UNIS : RECORDS DE CHALEUR


L'Ouest des États-Unis a battu de nouveaux records "historiques" de températures provoqués par un "dôme de chaleur" à l'intensité rarissime.  A Portland (Oregon) et Seattle (Etat de Washington), deux grandes villes du nord-ouest des Etats-Unis avec d’ordinaire un climat froid et humide, la température a atteint son plus haut niveau jamais enregistré depuis le début des archives, en 1940. Il a fait 46,1 degrés Celsius à Portland et 41,6 degrés à Seattle.


La chaleur extrême, combinée à une sécheresse intense a favorisé plusieurs incendies. Le "Lava Fire", à la lisière de l'Oregon et de la Californie, avait déjà brûlé quelque 600 hectares lundi matin, contraignant les autorités à évacuer certains habitants et à fermer une route nationale.

TEMPÉRATURES RECORDS 


Un "dôme de chaleur" au-dessus de l’Ouest du Canada a fait battre de nouveaux records de températures, provoquant des alertes à la chaleur dans trois provinces et deux territoires arctiques ce dimanche 27 juin.


Dans le village de Lytton, en Colombie-Britannique, le thermomètre est monté jusqu’à 46,6 °C. Une chaleur jamais enregistrée au Canada. 

48°C en Russie, 46,6°C au Canada... des températures caniculaires qui inquiètent les scientifiques

L'ÉCOCIDE DISPARAIT DE LA LOI CLIMAT


Le Sénat n'a pas retenu ce vendredi la notion "d'écocide", l'une des mesures phare du projet de loi climat, jugeant la notion "trop floue". Les sénateurs, qui examinent le texte en première lecture, ont revu l'article 68 par lequel le gouvernement a introduit un délit d'écocide pour les atteintes intentionnelles les plus graves à l'environnement, avec jusqu'à dix ans d'emprisonnement et 4,5 millions d'euros d'amende.


Au contraire des députés qui avaient validé cette notion en première lecture, les sénateurs ont jugé cette "incrimination pénale trop floue", selon la rapporteure Marta de Cidrac (LR), et ont ainsi suivi l'avis des travaux de la commission sénatoriale, qui avait estimé "préférable de réserver (l'écocide) à des crimes relevant de juridictions internationales".

LOI CLIMAT ET RÉSILIENCE


Les sénateurs ont acté jeudi 24 juin la suppression d’une seule ligne aérienne intérieure, loin de l’objectif de départ souhaité par la Convention citoyenne pour le climat. Le texte doit ensuite repasser en commission mixte paritaire puis devant les députés pour être entériné.

Suppression des vols intérieurs courts : le Sénat restreint la mesure à... une seule ligne

LOI CLIMAT : LIGNES AÉRIENNES INTÉRIEURES 


Le Sénat à majorité de droite a voté jeudi le principe de la suppression de certaines lignes aériennes intérieures, en cas d'alternatives en train de moins de 2H30, mais avec des modifications qui limiteraient la portée de la mesure à la seule ligne Orly-Bordeaux. 

Il s'agit d'une mesure emblématique du projet de loi climat et résilience, examiné en première lecture par la chambre haute, après l'Assemblée nationale.

Le seuil de 2H30 retenu par le gouvernement préserve la possibilité d'effectuer un aller-retour dans le même journée ainsi que le désenclavement des territoires. Il entérine surtout l'existant, puisque le gouvernement avait contraint Air France à renoncer aux liaisons concernées en contrepartie d'un soutien financier en mai 2020, en pleine crise sanitaire. Il interdira aux concurrents de s'engouffrer dans la brèche.

Selon le texte voté par les députés, un décret permettrait de déroger à cette interdiction lorsque les lignes aériennes assurent "majoritairement" le transport de passagers en correspondance. 

Selon le texte voté par les députés, un décret permettrait de déroger à cette interdiction lorsque les lignes aériennes assurent "majoritairement" le transport de passagers en correspondance. 

La chambre des territoires a redéfini ce périmètre, pour permettre de déroger à l'interdiction lorsqu'elles assurent "à plus de 50%" le transport de passagers en correspondance. La disposition ainsi "clarifiée", "ne concernerait plus qu'une seule ligne encore ouverte en France: le Orly-Bordeaux", selon le rapporteur Philippe Tabarot (LR).

MADAGASCAR : 1 MILLION DE PERSONNES MENACÉES PAR LA FAMINE


Le sud de Madagascar et le district d’Amboasary affrontent la pire sécheresse depuis 40 ans. selon le programme alimentaire mondial, au moins 1 million de Malgaches pourraient être menacés de famine.


Si le phénomène local de "Kéré" (crise alimentaire chronique) est bien connu, il est aggravé cette année par un terrible manque d’eau qui empêche toute récolte.


De plus le banditisme qui cible le bétail et les vivres distribuées par les ONG est un fléau supplémentaire pour les populations déjà affaiblies.

CLIMAT : PROJET DE LOI CONSTITUTIONNEL 


L'Assemblée nationale a adopté mardi en deuxième lecture le projet de révision constitutionnelle sur le climat, en modifiant à la marge sa formulation, ce que la majorité promeut comme un pas en direction du Sénat à majorité de droite.

Emmanuel Macron souhaite un référendum sur le sujet, ce qui nécessite au préalable l'accord des députés et sénateurs sur le même texte.

En commission puis en séance lundi, lors de la deuxième lecture, les députés ont choisi de graver à l'article 1er de la Loi fondamentale que la République française "garantit la préservation de l'environnement et de la diversité biologique et agit contre le dérèglement climatique". Suivant les préconisations de la Convention citoyenne sur le climat (CCC), l'exécutif souhaitait inscrire la même formule à un mot près : "lutte" et non simplement "agit" contre le dérèglement climatique.

LA GRANDE BARRIÈRE DE CORAIL "EN DANGER"


Dans un rapport, l'Unesco a recommandé de rétrograder le statut de la Grande Barrière de corail, au patrimoine mondial depuis 1981, pour l'inscrire sur la liste des sites en danger. 


Cette décision intervient à la suite de la détérioration de la Grande Barrière, pour beaucoup due à la récurrence des épisodes de blanchissement des coraux, une conséquence des bouleversements climatiques. 


Si cette inscription à la liste des sites en danger n'est pas considérée comme une sanction par l'Unesco, elle témoigne, pour les organisations de défense de l'environnement, d'un manque de volonté du gouvernement en matière de réduction des émissions de carbone. Certains pays y voient même un moyen de sensibiliser la communauté internationale et de contribuer à la sauvegarde de leur patrimoine.


L'Australie a cependant contesté cette décision et d'ors et déjà affirmé qu'elle s'organiserait pour que cette inscription ne se réalise pas. Selon le pays, la décision de l'Unesco ne tient pas compte des milliards de dollars dépensés pour tenter de protéger la Barrière, située au nord-est de l'Australie. 

PÉAGES


Le Parlement européen et les Etats membres de l'UE se sont mis d'accord mercredi pour que les frais de péage auxquels sont soumis les poids lourds et autocars ne soient plus calculés en fonction de la durée du trajet mais de la distance parcourue. Ces nouvelles règles prévues dans le cadre de la réforme de la directive "eurovignette" visent à réduire les émissions de CO2, selon un communiqué du Parlement européen.


Pour encourager l'utilisation de véhicules moins polluants, l'accord trouvé prévoit que "les États membres devront fixer des taux de tarification routière différents en fonction des émissions de CO2 pour les camions et les bus" dans les prochaines années, "avec des réductions de tarification considérables pour les véhicules à émissions nulles ou faibles".


L'eurodéputée franco-allemande Anna Deparnay-Grunenberg (Verts) a cependant dénoncé les nombreuses exceptions prévues dans le compromis qui selon elle fait la part trop belle aux camions par rapport au fret ferroviaire. Elle a interpellé sur Twitter la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen sur sa "stratégie pour atteindre les objectifs du Pacte vert alors qu'il n'y a aucune amélioration dans le secteur du transport".

VERS UNE INTERDICTION DES BATEAUX PUBLICITAIRES ? 


Après les avions tirant des banderoles, le gouvernement a indiqué mardi qu'il souhaitait aussi interdire les bateaux utilisés près des plages pour porter des messages publicitaires.

Un amendement gouvernemental en ce sens a été présenté lors de l'examen en première lecture du projet de loi "climat et résilience" par le Sénat. Rejeté par les sénateurs, il pourrait être remis sur le tapis lors des débats en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, qui a le dernier mot en matière législative.

La ministre de l'Environnement Barbara Pompili, qui défendait le texte devant les sénateurs, a souhaité aller vers une "préservation globale des plages" contre ce type de publicité, invoquant le fait que "les vacanciers ont droit à un peu de tranquillité".  "On n'interdit pas la publicité par avion sur les plages pour qu'elle revienne par bateau", a-t-elle déclaré, pour justifier le fait que les embarcations publicitaires étaient désormais aussi dans le collimateur, en plus des aéronefs.

L'amendement gouvernemental ne vise toutefois que les publicités commerciales, épargnant de facto les publicités "pour des événement sportifs, nautiques en particulier", que pourraient porter ces navires, a-t-elle précisé.

LE PROJET DE LOI CLIMAT ARRIVÉ AU SÉNAT 


Le Sénat a entamé lundi l'examen en première lecture du projet de loi climat, qui reprend une partie des 146 propositions de la Convention citoyenne retenues par Emmanuel Macron. Ce texte qui doit tracer "le chemin d'une écologie qui frappe à la porte des Français", selon la ministre Barbara Pompili, est critiqué pour son manque d'ambition et jugé "inabouti" par l'opposition de droite, majoritaire parmi les Sénateurs.


Près de 700 amendements adoptés en commission et 2000 déposés en séance publique vont être épluchés pendant deux semaines. Parmi les mesures fortes susceptibles d'être votées par les Sénateurs le 29 juin prochain, on retient l'obligation pour les propriétaires de rénovation des passoires thermiques ou la suppression de certains vols intérieurs en cas d'alternative en train de moins de 2h30.


Plusieurs propositions ont aussi été modifiées en commission. Les Sénateurs ont approuvé une baisse de la TVA sur les billets de train de 10 % à 5,5 %, l’une des mesures de la convention citoyenne pour le climat non retenues par le gouvernement et les députés. Mais le terme d'écocide a été supprimé de l'article créant deux délits environnementaux, l’un intentionnel et l’autre non intentionnel.

LES SUISSES VOTENT CONTRE L'INTERDICTION DES PESTICIDES DE SYNTHÈSE


Les électeurs suisses ont largement voté ce dimanche contre l’interdiction des pesticides de synthèse, refusant d’engager le pays - qui abrite un des plus grands fabricants de produits phytosanitaires, le groupe bâlois Syngenta, racheté en 2017 par le géant chinois ChemChina - sur cette voie.


"C'est un choix de la raison et du pragmatisme, c'est un choix qui garantit l'avenir de notre agriculture et qui assure la sécurité alimentaire de notre pays. Ce non donne la possibilité au monde agricole de poursuivre ses réformes de transition vers une production plus durable", a réagi le président suisse, Guy Parmelin, en conférence de presse.


Férocement combattue dans les campagnes, l'interdiction, soutenue par les écologistes et la gauche, a également été rejetée dans les villes de Genève et Fribourg. Le "oui" ne l'a emporté que dans le canton de Bâle-Ville - où se trouve le siège de Syngenta.


Le comité ayant présenté le texte a appelé le gouvernement à l'issue du vote à "régulièrement tester la population pour détecter les résidus de pesticides".

PLASTIQUE


La production mondiale annuelle de plastique a reculé en 2020 en raison de l'impact de la crise sanitaire, selon l'association européenne des producteurs de plastique PlasticsEurope.


L'an passé, la planète a produit un million de tonnes de plastique de moins qu'en 2019 : 367 millions de tonnes contre 368 l'année précédente, toujours selon cette même association de producteurs.


"Il s'agit de la troisième baisse mondiale depuis l'après-guerre, après celle intervenue en 1973 au moment du premier choc pétrolier, et celle de 2008 lors de la crise financière des subprimes", selon Eric Quenet, directeur général de Plastics Europe.

CENTRALE SOLAIRE THERMIQUE 


Mardi, le Chili a inauguré la première centrale solaire thermique d'Amérique latine, dans le désert d'Atacama (nord), le plus sec et le plus ensoleillé du monde, un projet qui doit aider le pays à atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050.

Sur une zone circulaire de plus de 700 hectares, 10.600 miroirs entourent une tour de 250 mètres de hauteur dont le sommet est bombardé par les rayons du soleil.

Un réservoir contenant des sels fondus est ainsi chauffé à plus de 560 degrés pour produire de la vapeur qui entraîne une turbine générant 110 mégawatts d'électricité propre.

Cette infrastructure est combinée à une centrale photovoltaïque adjacente, et les deux fournissent ensemble un total de 210 mégawatts d'énergie renouvelable.

LE NEVADA EN GUERRE CONTRE LES PELOUSES 


Aux Etats-Unis, le gouverneur du Nevada Steve Sisolak a signé une loi interdisant toute herbe "non-fonctionnelle" d'ici 2027. L'objectif est de combattre les effets de la sécheresse qui menace la principale source d'eau de cet Etat du sud du pays, le Colorado. 


Toutes les pelouses non-utilisées (bord de rue, à l'entrée des maisons et dans les jardins des bureaux) sont désormais interdites. A Las Vegas, ces espaces recouvrent 40% de la surface en herbe de la ville par exemple. Les maisons familiales, les parcs et les golfs sont exemptés de ce ban. 


Il nous revient, pour les futures générations, d'être plus soucieux de la conservation de nos ressources naturelles, l'eau en particulier", a justifié Steve Sisolak. C'est la première qu'une telle mesure est décidée aux Etats-Unis, jusqu'à présent les arrêtés de limitation de la consommation d'eau ont été localisés et temporaires. 

PLUS DE CO2 DANS L'AIR


Malgré la pandémie de coronavirus, le taux de CO2 dans l'atmosphère a atteint en mai un plus haut depuis qu'il a commencé à être mesuré il y a 63 ans par un observatoire à Hawaï. La barre des 419 parties par million (ppm, l'unité de mesure utilisée pour quantifier la pollution dans l'air,) a été franchie, selon l'Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA). 


D'autres preuves scientifiques indiquent que ce taux n'avait en réalité pas été atteint depuis des millions d'années. A l'époque, le niveau de la mer était plus élevé d'une vingtaine de mètres, et de larges forêts occupaient des région de l'Arctique, selon des études. "Si nous voulons éviter un changement climatique catastrophique, la plus haute de nos priorités doit être de réduire la pollution au CO2 à zéro à la date la plus proche possible", s'est alarmé Pieter Tans, scientifique pour NOAA.  

DÉFORESTATION RECORD EN AMAZONIE 


La déforestation a atteint en mai un niveau record pour ce mois en Amazonie brésilienne, avec une progression de 41% par rapport à mai 2020, qui a entraîné le déboisement d'une surface de 1.180 km2 de la plus grande forêt tropicale au monde. 

Cette forte progression met sérieusement en doute l'engagement devant la communauté internationale du président brésilien Jair Bolsonaro d'"éliminer la déforestation illégale au Brésil d'ici à 2030", soit dix ans plus tôt qu'initialement prévu.

PROTECTION D'ESPÈCES MENACÉES


L'administration du président Joe Biden a annoncé vouloir rétablir des mesures de protection d'espèces menacées ayant été substantiellement assouplies par le gouvernement de son prédécesseur Donald Trump. L'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) "va déclencher le processus de régulation dans les mois qui viennent afin de réviser, annuler ou rétablir cinq mesures de l'Endangered Species Act finalisées par l'administration précédente", a-t-elle déclaré dans un communiqué. 


Cette loi datant de 1973, référence mondiale en matière de sauvegarde de l'environnement, a notamment permis de sauver de l'extinction le pygargue à tête blanche, l'emblème même du pays. Elle a été significativement modifiée par le gouvernement républicain de Donald Trump. Une clause accordant automatiquement la même protection aux espèces dites "menacées" qu'aux espèces "en danger d'extinction" immédiat a notamment été supprimée.

TURQUIE : LES CÔTES ENVAHIES PAR LA "MORVE DE MER"


Une mousse visqueuse a envahi depuis plusieurs semaines les côtes du nord-ouest de la Turquie sous l'action combinée de la pollution et du réchauffement climatique, un phénomène qui préoccupe les défenseurs de l'environnement. Les mucilages, parfois surnommés "morve de mer", apparaissent lorsque des organismes végétaux vivant en suspension dans l'eau gonflent jusqu'à former une sorte de mucus jaunâtre qui recouvre de vastes pans de mer.

BANQUISE 


La banquise située sur les côtes de l'Arctique fond jusqu'à deux fois plus vite qu'estimé jusqu'ici, selon une étude, rendue publique vendredi par l'University College London (UCL), aux implications inquiétantes pour le réchauffement climatique. 

L'étude, parue dans la revue The Cryosphere, conclut que la glace dans les principales régions côtières arctiques s'amincit à un rythme de 70 à 100% plus rapide que le consensus établi.

La cause de cette réévaluation spectaculaire serait l'utilisation par les chercheurs de cartes plus récentes concernant l'épaisseur de la neige au-dessus de la glace, qui prennent cette fois-ci en compte l'impact de plusieurs décennies de changement climatique.

"Les calculs précédents sur l'épaisseur de la banquise étaient basés sur une carte de la neige mise à jour pour la dernière fois il y a 20 ans", a expliqué le doctorant Robbie Mallett, qui a dirigé l'étude. "Comme la banquise commence à se former de plus en plus tard dans l'année, la neige qui la recouvre a moins de temps pour s'accumuler", poursuit-il. "Nos calculs tiennent pour la première fois compte de cette diminution et suggèrent que la banquise fond plus rapidement que nous le pensions."

AGRICULTURE BIO 


"La bio à poil". Plus ou moins dévêtues, près de 300 personnes se sont rassemblées mercredi à Paris pour dénoncer les arbitrages ministériels sur les subventions aux agriculteurs, jugées insuffisamment tournées vers le maintien de la production en bio.

Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie tend à "rhabiller confortablement une certaine agriculture quitte à en déshabiller une autre", a dénoncé le nouveau président de la Fédération nationale d'agriculture biologique (Fnab) Philippe Camburet, à l'origine de la manifestation. 

Le 21 mai, M. Denormandie a présenté ses arbitrages sur la répartition de l'enveloppe française de la future Politique agricole commune (PAC) pour la période 2023-27, faisant bondir la Fnab et la quarantaine d'autres organisations paysannes et écologistes réunies dans le collectif "Pour une autre PAC".

Ces arbitrages entérinaient en effet la disparition d'aides spécifiques à l'agriculture bio pour les agriculteurs déjà convertis à ce mode de production, une mesure entamée en 2017. En revanche, les subventions à la conversion vers le bio sont relevées à 340 millions d'euros par an.

Depuis fleurissent sur Twitter les photos d'agriculteurs et d'agricultrices dans le plus simple appareil, préservant simplement leur intimité par des pancartes ou un peu de paille.

NAUFRAGE IMMINENT


Le porte-conteneurs MV X-Press Pearl endommagé par un incendie au large de Colombo risquait de sombrer tandis qu'il était remorqué dans des eaux plus profondes mercredi, a déclaré la Marine du Sri Lanka.


"Le navire court le risque imminent de sombrer", a déclaré le porte-parole Indika de Silva, quelques heures après le début du remorquage du navire MV X-Press Pearl, immatriculé à Singapour, afin de l'éloigner des côtes de Colombo. 

POLÉMIQUE 

"Les éoliennes sont une négation de l'écologie" : Stéphane Bern accuse Barbara Pompili d'"écocide"

Infos précédentes

Découvrez notre podcast "Impact Positif"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas en 24h, 22 décès enregistrés

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Variant Delta : avec deux doses, les vaccins Pfizer et AstraZeneca presque aussi efficaces que contre l’Alpha

Variant Delta : où se contamine-t-on le plus ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.