ÉCOLOGIE, LE LIVE - La COP26 est un "échec", juge Greta Thunberg devant des milliers de jeunes à Glasgow

ÉCOLOGIE, LE LIVE - La COP26 est un "échec", juge Greta Thunberg devant des milliers de jeunes à Glasgow

ÉCOLOGIE, LE LIVE - L'égérie du mouvement des jeunes pour le climat, la Suédoise Greta Thunberg a qualifié la conférence climat de Glasgow d'"échec" devant des milliers de jeunes venus manifester dans cette ville écossaise pour appeler à l'action contre le dérèglement climatique qui menace leur génération et les suivantes. Suivez les dernières informations.

Live

CHALEUR RECORD DANS L'OUEST CANADIEN


Après avoir suscité des inquiétudes mondiales en suffoquant cet été sous un dôme de chaleur historique, une région de l'Ouest du Canada a enduré cette semaine une nouvelle montée record du mercure... jusqu'à 22,5°C. Cette température a été enregistré mercredi à Penticton, au centre de la Colombie-Britannique, province la plus à l'ouest du Canada qui subit depuis plusieurs mois des événements météorologiques extrêmes à répétition.


"C'est un record, ou bien ça égalise un record pour être très précis", a indiqué jeudi à l'AFP Armel Castellan, météorologue chez Environnement Canada. Le 3 décembre 1982, le Canada avait précédemment enregistré une température de 22,5 degrés à Hamilton, en Ontario, selon cet expert.

LES ETATS-UNIS, PLUS GROS PRODUCTEUR DE DÉCHETS PLASTIQUES


Les Etats-Unis sont de loin le pays contribuant le plus à la pollution plastique dans le monde, selon un nouveau rapport publié mercredi, qui appelle à développer une stratégie nationale d’ici la fin de l’année 2022 pour y remédier. 


Au total, les Etats-Unis ont généré environ 42 millions de tonnes de déchets plastiques en 2016 -- soit plus du double de la Chine et davantage que les pays de l'Union européenne combinés, selon cette analyse des Académies nationales des sciences, de l'ingénierie et de la médecine. Or les Etats-Unis représentent moins de 5% de la population mondiale.


En moyenne, chaque Américain génère 130 kilos de déchets plastiques par an, la deuxième position revenant au Royaume-Uni, avec 98 kilos annuels par personne. En France, la moyenne est de 43 kilos.


"Nous ne pouvons plus ignorer le rôle des Etats-Unis dans la crise de la pollution plastique, l'une des menaces environnementales les plus grandes à laquelle nos océans et notre planète font face aujourd'hui", a réagi Christy Leavitt, directrice de la campagne sur les plastiques au sein de l'ONG Oceana. 

MADAGASCAR

   

Contrairement aux déclarations de l'ONU, le réchauffement climatique n'a joué qu'un rôle minime dans la famine qui frappe le sud de Madagascar, estime une étude publiée ce jeudi, qui met en cause la pauvreté et la variabilité naturelle du climat.


La partie sud de l'île de l'océan indien est frappée par une sécheresse inédite en plusieurs décennies, qui a précipité plus d'un million de personnes dans une malnutrition aigüe. En juin, le Programme alimentaire mondial (PAM) avait qualifié cette crise de première famine due au réchauffement climatique provoqué par les activités humaines. Une dimension sur laquelle insistent les autorités malgaches.


Mais ce n'est pas ce que dit la science, selon l'étude du World Weather Attribution, réseau de scientifiques pionniers en matière d'attribution des événements extrêmes au changement climatique. Lors des deux dernières moussons (2019-2020 et 2020-2021), la quantité de pluie a été inférieure de 60% à la normale dans le Grand Sud de Madagascar. Un tel déficit de pluie pendant 24 mois consécutifs (juillet 2019 à juin 2021) a chaque année une chance sur 135 de se produire, selon les estimations du WWA. Mais en se basant sur les observations et les modèles climatiques, la probabilité qu'un tel événement se produise "n'a pas augmenté de manière significative" en raison du réchauffement, assurent les chercheurs.

ROYAUME-UNI


Près de 30% des oiseaux au Royaume-Uni sont en danger, selon une liste rouge des espèces menacées publiée mercredi, sur laquelle figurent désormais des oiseaux communs comme le martinet, l'hirondelle de fenêtre et le verdier. Plus longue que jamais, cette liste sur laquelle figurent les oiseaux dont la protection nécessite des actions urgentes, passe de 67 à 70 espèces par rapport à la précédente évaluation en 2015, sur les 245 communément recensées au Royaume-Uni, sur les îles anglo-normandes et l'île de Man.


Presque deux fois plus importante que depuis sa création en 1996, elle comporte 11 espèces classées en rouge pour la première fois par les experts. Ces espèces y rejoignent des oiseaux comme le coucou ou le macareux. Le Loriot doré et son plumage jaune rejoint quant à lui la liste noire des espèces qui ne se reproduisent plus au Royaume-Uni. Certains progrès sont toutefois observés : grâce à des programmes de réintroduction, l'aigle à queue banche est passé de la liste rouge à la liste orange.

CANADA


Le Canada accumule les "échecs" en matière de lutte contre les changements climatiques et enregistre la "pire performance" des pays du G7, a dénoncé Jerry DeMarco, le commissaire à l'environnement canadien dans une série de rapports publiés jeudi. 

L'organisme indépendant de surveillance parlementaire a déterminé que "30 ans d'engagements pris par le gouvernement fédéral pour réduire les missions de gaz à effet de serre ont abouti à une hausse des émissions de plus de 20% depuis 1990"

Le commissaire a notamment cité le fonds gouvernemental, censé aider le secteur pétrolier et gazier à réduire ses émissions polluantes mais qui permet d'accroître les niveaux de production. "Lorsque la production (de pétrole et de gaz) augmente, les émissions" augmentent aussi, a-t-il précisé.

GRAND PARIS EXPRESS


Deux associations de défense de l'environnement ont annoncé lundi 22 novembre saisir le Conseil d’État contre la future ligne 17 du métro du Grand Paris, dénonçant surtout la création d'une gare sur le Triangle de Gonesse dans le Val-d'Oise.


Le Collectif pour le Triangle de Gonesse et France Nature Environnement Ile-de-France "ont décidé de déposer un recours devant le Conseil d’État contre la ligne 17 nord du Grand Paris Express, entre Bonneuil-en-France et Le Mesnil-Amelot", ont annoncé ces organisations dans un communiqué.


Elles dénoncent l'urbanisation du Triangle de Gonesse, une zone de 280 hectares de terres agricoles qui doit accueillir une gare de métro, sans "aucune utilité" à leurs yeux, et diverses activités dont une extension du marché de Rungis.

GUATEMALA 


Le gouvernement du Guatemala a décrété lundi "l'état de prévention" pour protéger l'activité du groupe minier suisse Solway Investment Group qui se heurte à l'opposition des autochtones dans le nord-est du pays.


La mesure, adoptée en conseil des ministres a pour but "le maintien de l'autorité de l'Etat et de la sécurité publique dans la zone" contre des "groupes délinquants et des milieux qui s'opposent aux activités minières", selon le texte du décret.


L'entreprise Compania Guatemalteca de Niquel, filiale de Solway Investment Group, continue son activité malgré que la justice a ordonné son arrêt en attendant une consultation de la population autochtone.

BRÉSIL


La déforestation en Amazonie brésilienne a augmenté de près de 22% entre août 2020 et juillet 2021, par rapport à la période précédente, établissant un record au cours des 15 dernières années, selon une estimation officielle publiée jeudi.

L'exploitation forestière dans la plus grande forêt tropicale du monde a totalisé 13.235 km2 au cours de la période 2020-2021, la valeur la plus élevée depuis 2005-2006 (14.286 km2), selon les données du système de surveillance de la déforestation PRODES, de l'Institut national de recherche spatiale (INPE) du Brésil.

CANADA 


Les pluies torrentielles, glissements de terrain et inondations qui ont touché ces derniers jours la Colombie-Britannique, dans l'Ouest du Canada, ont fait au moins un mort et des milliers d'évacués, ont indiqué mardi les autorités locales. Elles ont causé la mort d'une femme et l'évacuation d'une ville de plus de 7000 habitants, à 300km au nord de Vancouver. 


"Je n'ai aucun doute que ces événements sont liés au changement climatique, ils sont sans précédent par nature", a estimé Mike Farnworth, le ministre provincial de la Sécurité publique.

PESTICIDES


Le Conseil d'État a ordonné au gouvernement de réduire le recours aux pesticides dans les sites Natura 2000, dédiés à la protection de la biodiversité, selon une décision rendue lundi et qualifiée de "nouvelle victoire" par France Nature Environnement.

 "Il est enjoint aux ministres de la transition écologique, des solidarités et de la santé, de l'agriculture et de l'alimentation, et de l'économie et des finances, de prendre les mesures réglementaires d'application (...) dans un délai de six mois à compter de la notification de la présente décision", précise l'arrêt.

BRÉSIL 


La déforestation en Amazonie brésilienne a atteint 877 km2 en octobre, un record pour ce mois de l'année depuis cinq ans, selon les données officielles publiées, tandis que le gouvernement Bolsonaro a annoncé des objectifs climatiques ambitieux à la COP 26.

La surface déboisée dans la plus grande forêt tropicale du monde en octobre est 5% supérieure à la même période en 2020.

Depuis le début de l'année, la déforestation, que les spécialistes attribuent pour la plupart à des activité illégales de fermiers ou d'orpailleurs, a atteint 7.880 km2, un niveau pratiquement équivalent à celui de 2020 sur la même période (7.890 km2).

STRASBOURG : +25% D'INVESTISSEMENTS POUR LA VILLE 


La maire écologiste de Strasbourg, Jeanne Barseghian, a présenté mercredi 10 novembre un plan d'investissement de 810 millions d'euros sur la durée de son mandat. C'est  160 millions d'euros (25%) de plus que son prédécesseur, le socialiste Roland Ries.  La priorité pour la maire est l'éducation et la rénovation énergétique des bâtiments, quitte à recourir à l'emprunt. 


Le financement de ce plan n'a pas été détaillé, le premier adjoint, Syamak Agha Babei, se contentant d'indiquer qu'il était rendu possible par "une augmentation maîtrisée de la dette, dans un moment où la situation budgétaire est saine et où les taux d’intérêts sont bas".

600 MILLIONS POUR LES VICTIMES D'EAU CONTAMINÉE AUX USA 


Un tribunal américain a donné mercredi 10 novembre l'approbation finale au versement de plus de 620 millions de dollars aux victimes empoisonnées par la contamination au plomb du réseau d'eau potable de la ville de Flint, l'un des pires scandales sanitaires aux Etats-Unis.


"L'accord conclu ici est une formidable réussite pour de nombreuses raisons, l'une d'elles étant qu'il établit un programme et un calendrier d'indemnisation intégrale cohérents pour chaque personne éligible", a souligné la juge d'un tribunal du Michigan, Judith Levy, dans sa décision. 


Ces fonds sont destinés prioritairement aux enfants de cette ancienne cité industrielle, devenue symbole des injustices sociales aux Etats-Unis, mais aussi aux adultes pouvant apporter des preuves de maladies liées à leur contamination au plomb. 

98% DE LA GRANDE BARRIÈRE DE CORAIL TOUCHÉ PAR LE BLANCHISSEMENT


Selon une étude publiée dans la revue "Current Biology", jeudi 4 novembre, le blanchissement a touché 98% de la Grande barrière de corail australienne depuis 1998, épargnant une infime partie du plus vaste ensemble corallien du monde.


Seulement 2% de cet immense écosystème sous-marin a échappé au phénomène depuis le premier grand épisode de blanchissement en 1998, année la plus chaude de l'histoire. Ce record a depuis été battu à plusieurs reprises, notamment lors des canicules de 2016, 2017 et 2020.

ÉMISSIONS DE CO2


La crise du Covid n'aura été qu'une parenthèse pour le climat et les émissions mondiales de CO2, principal gaz à effet de serre, sont reparties de plus belle, laissant de moins en moins de temps pour contrer le réchauffement climatique, alerte une étude jeudi.

La pandémie avait mis à l'arrêt une bonne partie du monde et de son économie très dépendante des énergies fossiles, entraînant une chute spectaculaire de 5,4% des émissions totales en 2020.

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE À L'ORIGINE DES FEUX DE FORÊTS AMÉRICAINS 


Le changement climatique est devenu le premier facteur responsable des feux de forêts qui ravagent régulièrement l'Ouest des États-Unis, et les activités humaines en sont très majoritairement la cause, indique une étude publiée lundi au moment de l'ouverture de la COP26.


Dans l'Ouest américain, la surface dévastée par les incendies entre 2001 et 2018 s'établit en moyenne à 13.500 km2 par an, deux fois plus que sur la période 1984-2000.

Urgent

LES 7 DERNIÈRES ANNEES LES PLUS CHAUDES


Les sept années de 2015 à 2021 seront probablement les plus chaudes jamais enregistrées, a annoncé l'Organisation météorologique mondiale (OMM), décrivant un climat mondial entrant en "terrain inconnu". Ce rapport annuel sur l'état du climat "révèle que notre planète est en train de se transformer sous nos yeux", et la conférence climat COP26, qui s'est ouverte ce dimanche à Glasgow, doit "marquer un tournant décisif pour l'humanité comme pour la planète", a commenté le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dans un communiqué.

AVANT LA COP26, G. THUNBERG MANIFESTE


La militante suédoise Greta Thunberg s'est jointe vendredi à Londres à une action de jeunes écologistes contre le rôle des institutions financières dans la crise climatique, à deux jours du début de la COP26 en Ecosse.


La figure emblématique du mouvement "Fridays for Future" est apparue aux côtés de quelques dizaines de militants devant le siège de la banque Standard Chartered, entourée aussitôt d'une nuée de photographes et caméras. Elle est repartie sans s'exprimer mais a expliqué sur Twitter demander à cette institution financière "de cesser de financer notre destruction".

AFRIQUE DU SUD 


Le gouvernement d'Afrique du Sud a alloué jeudi 25 contrats pour des projets d'énergie renouvelable, d'un montant total de 50 milliards de rands (2,8 milliards d'euros), afin de réduire la forte dépendance du pays au charbon.

Ces 25 projets (12 fermes d'éoliennes et 13 centrales photovoltaïques) confiés au secteur privé porteront les capacités de production d'électricité du pays à 2.583 mégawatts (MW), soit 4,5% de plus qu'actuellement, a indiqué le ministre de l'Energie, Gwede Manthashe.

RÉCHAUFFEMENT


A quelques jours de la conférence sur le climat COP26, le constat de l'ONU est sans appel: les engagements de réduction d'émissions de gaz à effet de serre devraient être plus de sept fois plus ambitieux pour espérer limiter le réchauffement à +1,5°C.

Malgré les nouveaux engagements de plus de 120 pays enregistrés au 30 septembre, l'écart avec ce qui serait nécessaire pour respecter l'Accord de Paris visant à limiter le réchauffement bien en deçà de +2°C, si possible à +1,5°C par rapport à l'ère pré-industrielle, "reste important", conclut le rapport rendu public mardi par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

CANADA


Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui a dévoilé mardi la composition de son nouveau gouvernement à quelques jours de l'ouverture du sommet de la COP26 sur le climat, a choisi de nommer un militant écologiste à la tête du ministère de l'Environnement.

Cycliste aguerri et ancien responsable de Greenpeace, Steven Guilbeault a dédié une grande partie de sa carrière aux enjeux environnementaux avant d'être élu en 2019 et d'immédiatement se voir nommer ministre du Patrimoine.

ELIZABETH II RENONCE À SE RENDRE À LA COP26


Pas d'Elizabeth II à la COP26. La reine d'Angleterre, 95 ans, a renoncé à participer à la conférence de l'ONU sur le climat à la suite d'un avis l'enjoignant à "se reposer", a annoncé mardi le palais de Buckingham. "À la suite d'un avis lui conseillant de se reposer, la Reine effectue des tâches légères au château de Windsor. Sa Majesté a décidé à regret de ne pas se rendre à Glasgow pour assister à la réception de la COP26 le lundi 1er novembre", a annoncé le palais dans un communiqué, moins d'une semaine après que la souveraine a passé une nuit à l'hôpital.

COP26: LE BRESIL VEUT DES INDEMNITES POUR L'AMAZONIE


Le Brésil entend négocier lors de la COP26, qui s'ouvre ce dimanche à Glasgow, "pour que le pays soit indemnisé" dans sa lutte contre la déforestation. Le gouvernement brésilien estime en effet à entre 30 et 40 milliards de dollars sa contribution depuis 2006 à la lutte contre la déforestation de l'Amazonie, dont 60% se trouve sur son territoire.


"L'Amazonie représente environ 50% du territoire brésilien. Si nous devons en maintenir 80% intacts, non seulement en raison de notre propre législation mais aussi pour coopérer avec le reste du monde afin d'empêcher ce changement radical du climat... Nous parlons quand même de préserver 10 Allemagnes", a déclaré lundi le vice-président brésilien, le général Hamilton Mourao à la presse. 


Selon lui, le Brésil devrait annoncer réduire de deux à trois ans son engagement initial à mettre fin à la déforestation illégale d'ici 2030, qui a augmenté depuis l'arrivée au pouvoir du président Jair Bolsonaro en 2019.

ZERO EMISSION D'ICI 2050 EN AUSTRALIE 


L'Australie a annoncé ce mardi viser zéro émission nette pour 2050 à quelques jours de la COP26, le sommet des Nations unies sur le climat. 


Premier exportateur mondial de charbon, le pays avait longtemps résisté à se fixer un tel objectif, tant sa production d'électricité et son industrie repose sur des énergies fossiles.


Le premier ministre conservateur Scott Morrison a toutefois refusé de renforcer les objectifs de réduction des émissions pour 2030 (soit une réduction des émissions de CO2 de 26 à 28% par rapport à 2005), affirmant qu'il s'efforcerait de maintenir les mines ouvertes. 

LUTTER CONTRE LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE DEVIENT UNE QUESTION DE "SÉCURITÉ NATIONALE" POUR ISRAËL


Le gouvernement israélien a fait de la lutte contre le réchauffement climatique une priorité de "sécurité nationale" et s'est engagé à "faciliter" les investissements dans les énergies vertes, dimanche 24 octobre, à quelques jours de l'ouverture de la COP26.


Dans un communiqué du cabinet du Premier ministre Naftali Bennett il est indiqué que "la lutte contre le réchauffement climatique est un nouvel intérêt de sécurité nationale pour Israël".

L'ARABIE SAOUDITE VISE LA NEUTRALITÉ CARBONE EN 2060


Premier exportateur de pétrole brut au monde, l'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici à 2060, a annoncé ce samedi le prince héritier Mohammed ben Salmane, à quelques jours de la COP26 en Écosse.


Le royaume saoudien compte aussi, selon MBS, participer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre à un niveau net de zéro d'ici à 2050.


D'après les Nations unies, plus de 130 pays se sont fixé cet objectif, un objectif que l'ONU juge "impératif" pour préserver un climat vivable.

L'ARABIE SAOUDITE AFFICHE SES OBJECTIFS


Premier exportateur de pétrole brut au monde, l'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici à 2060, a annoncé samedi le prince héritier Mohammed ben Salmane, à quelques jours de la COP26 en Ecosse.


Le royaume saoudien, l'un des plus grands pollueurs au monde, a aussi fait savoir qu'il participerait aux efforts internationaux pour réduire les émissions mondiales de méthane (parmi les gaz à effet de serre les plus connus) de 30% d'ici à 2030.

COP 26 : TROUVER UN ACCORD MONDIAL SERA "PLUS DIFFICILE"


Le président britannique de la COP26, Alok Sharma, a jugé samedi qu'il serait "définitivement plus difficile" de parvenir à un accord mondial à l'issue de ce sommet sur le climat, qui doit s'ouvrir dans trois semaines à Glasgow, que lors de celui de Paris en 2015. 


Le gouvernement britannique disposera de deux semaines de rencontres afin de persuader quelque 200 pays de faire davantage pour réduire leurs émissions de carbone dans le but de contenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 °C par rapport à l'ère préindustrielle, seuil ambitieux fixé en 2015 par les accords de Paris. "Ce que nous essayons de faire ici à Glasgow est en fait très dur", a déclaré Alok Sharma au quotidien britannique The Guardian, "définitivement plus difficile que Paris à de nombreux niveaux".

LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE MENACE LA STABILITÉ MONDIALE


Le réchauffement climatique menace la stabilité mondiale, selon un rapport des services de renseignement américains qui prévoient un risque croissant de conflits dus à la raréfaction de l'eau et aux mouvements migratoires après 2030.

"Les tensions géopolitiques vont probablement s'aggraver car les pays auront des différends sur la façon de réduire les émissions à effet de serre pour respecter les objectifs de l'Accord de Paris", indique jeudi le renseignement américain à quelques semaines de la conférence mondiale sur le climat COP26 prévue à Glasgow début novembre.

GUTERRES "TRÈS INQUIET" D'UN POSSIBLE ÉCHEC DE LA COP26


Les engagements actuels sur le climat des Etats sont "un aller simple vers le désastre", a estimé jeudi le secrétaire général de l'ONU, s'inquiétant du peu de temps restant pour "éviter un échec" de la COP26 qui commence dans dix jours.

Selon la dernière évaluation de l'ONU, les engagements de réduction des émissions actuelles de gaz à effet de serre de près de 200 pays conduiraient à un réchauffement "catastrophique" de 2,7°C, bien loin de l'objectif de l'Accord de Paris de maintenir ce réchauffement bien en-deçà de +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, si possible à +1,5°C.

"C'est sans aucun doute un aller simple vers le désastre", a déclaré jeudi Antonio Guterres au cours d'une conférence de presse en ligne avec les membres du projet international Covering Climate Now.

LES RICHES POLLUENT PLUS QUE LES PAUVRES


Les individus les plus aisés polluent bien plus que les plus pauvres sur la planète et devraient faire l'objet de mesures d'imposition ciblées, relève une étude du World Inequality Lab (WIL) publiée mercredi. Tandis que les niveaux d'émission de carbone cette année rivalisent avec ceux d'avant la pandémie, les 1% les plus fortunés ont émis en moyenne chacun 110 tonnes de CO2 en 2019, détaille cette étude menée par l'économiste Lucas Chancel, co-directeur du WIL à l'Ecole d'économie de Paris. Et les 10% les plus riches sont eux responsables de la moitié des émissions planétaires.


En cumulé, cela a représenté 17% des émissions mondiales de CO2 cette même année. L'ensemble de ces émissions proviennent des comportements de consommation et d'investissements de cette catégorie de population, précise le WIL.

LE LANCET TIRE DE NOUVEAU LA SONNETTE D'ALARME


À dix jours du lancement de la Cop 26, qui démarre le 31 octobre à Glasgow, en Ecosse, un rapport annuel de la revue médicale The Lancet appelle à une action urgente pour intégrer la lutte contre la crise climatique dans les plans de relance post-Covid. Après passage en revue de 44 indicateurs d'impacts sur la santé directement liés au changement climatique, le constat des auteurs est sans appel: "les principales tendances s'aggravent et exacerbent les inégalités sociales et sanitaires déjà existantes".


Selon eux, de nombreux plans de relance mis en place pour faire face aux répercussions du Covid-19 ne sont pas compatibles avec l'Accord de Paris sur le climat de 2015 et auront "des implications sanitaires à long terme". Car le changement climatique crée "des conditions idéales pour la transmission des maladies infectieuses, annulant potentiellement des décennies de progrès pour lutter contre des maladies telles que la dengue, le chikungunya, le Zika, le paludisme et le choléra", selon le rapport du Lancet.

PESTICIDES


Comment vont les pesticides et leur voisinage ? "PestiRiv", l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et Santé publique France vont lancer ce mardi une étude de grande ampleur pour établir une "photographie objective" des risques d'exposition des pesticides.


Ensemble, ils vont suivre 3.350 participants volontaires, habitant plus ou moins près de zones viticoles dans toute la France. Âgés de 3 à 79 ans, ces personnes feront notamment l'objet d'un suivi biologique (prélèvements de cheveux, d'urine) et environnemental (capteurs d'air ambiant, échantillons d'eau...). Les résultats sont attendus d'ici 2024.

COP26 : GRETA THUNBERG AFFICHE SON SCEPTICISME


La COP26, Greta Thunberg n'y croit pas ! À deux semaines du début de la nouvelle conférence sur le climat, qui doit avoir lieu du 31 octobre au 12 novembre à Glasgow, en Écosse, la militante suédoise fait déjà part de son scepticisme. "Dans l'état actuel des choses, cette COP n'amènera pas de grands changements", a déclaré à l'AFP la figure emblématique du mouvement Fridays for Future, en marge d'un concert sur le climat organisé à Stockholm.


Face à plusieurs milliers de personnes qui avaient bravé le froid automnal pour écouter une vingtaine d'artistes, la jeune femme a surpris la foule en chantant et dansant 'Never gonna give you up' de Rick Astley. La COP26 et toutes les réunions internationales "ont le potentiel de changer les choses puisqu'elles rassemblent tant de personnes. Nous devons donc nous assurer que nous saisissons cette occasion", a ajouté la militante, vêtue d'une polaire noire. "On va devoir continuer à faire le forcing !"


"Mon espoir évidemment, c'est que nous réalisions tout d'un coup que nous sommes confrontés à une crise existentielle et que nous agissions en conséquence", a continué Greta Thunberg selon qui il faut désormais "changer de focus et ne plus chercher à créer des niches dans les programmes, mais plutôt à sauver la planète, le présent et les conditions de vie des générations futures".


Selon la dernière évaluation de l'ONU publiée mi-septembre, le monde se dirige vers un réchauffement "catastrophique" de +2,7°C d'ici la fin du siècle alors que chaque fraction de degré supplémentaire multiplie les conséquences dramatiques.

CONCERTS ÉCO-RESPONSABLE 


Le groupe Coldplay a annoncé jeudi 14 octobre une tournée mondiale "éco-responsable" en 2022. "La plus durable possible" et presque entièrement alimentée grâce à des panneaux solaires, une batterie portable durable et un plancher cinétique. 


"Jouer en direct et être connectés aux gens est la raison pour laquelle le groupe existe", mais "en même temps, nous sommes très conscients du fait que la planète est confrontée à une crise climatique", a affirmé Coldplay sur Twitter. 


Pour cette nouvelle tournée, célébrant leur dernier album "Music of The Spheres" qui sort vendredi, le groupe va utiliser "la toute première batterie de spectacle rechargeable et démontable au monde", à la place des habituels générateurs diesel ou essence.

SNCF : FIN DES BOUTEILLES EN PLASTIQUE 


La SNCF a annoncé jeudi qu'elle ne vendrait plus de bouteilles en plastique dans ses TGV et Intercités, privilégiant des emballages recyclables au nom de l'écologie.


"C'était un vrai paradoxe qu'on mette des millions (d'euros) pour avoir des TGV recyclables à 97% et qu'on y vende des bouteilles en plastique", a-t-il remarqué.


Les bouteilles en plastique vont être remplacées par des emballages en carton pour l'eau plate et des canettes en aluminium pour l'eau gazeuse, les deux vendues sous l'appellation "L'Eau Neuve" et venues des Pyrénées.

ENVIRONNEMENT


L'Etat doit "réparer" ses engagements non tenus de baisse des émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le réchauffement climatique, a ordonné jeudi la justice administrative, dans une nouvelle décision contre le gouvernement en la matière.


Le Tribunal administratif de Paris a donné raison à quatre ONG, rassemblées sous la bannière "l'Affaire du siècle" et soutenues par une pétition de plus de 2,3 millions de citoyens, qui l'avaient saisie début 2019 pour faire constater les carences de l'Etat dans la lutte contre le réchauffement sur la période 2015/18.

INAUGURATION DE LA PREMIÈRE FAÇADE DÉPOLLUANTE


Une façade d'un immeuble de logements "dépolluante", capable d'absorber l'équivalent des rejets en CO2 de 20 voitures par an, a été inaugurée mercredi à Saint-Louis (Haut-Rhin).


Le revêtement est conçu pour accélérer la décomposition naturelle des particules polluantes grâce à un ciment appliquant la photocatalyse, empêchant ainsi leur fixation sur la façade, selon le cabinet DLRW, architecte du projet. 


Ainsi dotée de "propriétés dépolluantes, autonettoyantes et bactéricides", cette façade est la première du genre "pour des logements en France". Cette innovation a représenté un surcoût de 100.000 euros sur les 6,5 millions d'euros de montant des travaux. 

DÉFORESTATION 


Une ONG autrichienne a déposé mardi une plainte à la Cour pénale internationale (CPI) pour "crimes contre l'humanité" contre le président brésilien Jair Bolsonaro pour son rôle dans la déforestation amazonienne et ses impacts attendus sur la vie et la santé humaine à travers le monde.

Selon des études, la déforestation en Amazonie brésilienne a transformé ce puits de carbone fondamental pour la planète en émetteur net de CO2 en 2020. L'ONG AllRise assure que l'administration du président brésilien est responsable de la déforestation de quelque 4.000 km2 de forêt amazonienne chaque année, et que le rythme de cette déforestation s'est accru de 88% depuis son arrivée au pouvoir.

Elle l'accuse également d'avoir "systématiquement" cherché à affaiblir ou se débarrasser des lois et organismes officiels encadrant ces pratiques comme des militants de la protection de l'environnement.

RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE 


Le phénomène de montée des eaux va se poursuivre au-delà de 2100 sous l'effet du réchauffement de l'eau et de la fonte des glaces, quelle que soit la vitesse de réduction des émissions de gaz à effet de serre, expliquent les scientifiques.

Montée des mers : de Dunkerque à Arles, ces villes qui pourraient disparaitre de la carte

BARBARA POMPILI SUR LA COP26


A quelques semaines du nouveau sommet pour le climat qui doit se tenir à Glasgow, en Écosse, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a dit souhaiter que les pays signataires tiennent leurs engagements.


Plus de 120 dirigeant mondiaux ont confirmé leur venue à la COP26, qui doit se tenir les 1er et 2 novembre. Les tensions, notamment entre les États-Unis et la Chine, ont fait peser récemment des inquiétudes sur l'avancée des négociations climatiques. 

PRÉSIDENTIELLE 2022 : ANNE HIDALGO PRÔNE UNE ÉCOLOGIE "SOCIALE"



Dans une interview accordé à Libération, la maire de Paris, candidate à la présidentielle 2022, a fait savoir qu'elle souhaitait une baisse de la taxe sur les carburants et a indiqué son projet d'écologie "sociale".


"C'est sans doute une différence avec les Verts, j'estime qu’on ne peut pas continuer à demander aux plus fragiles, aux plus modestes ou aux classes moyennes de payer le prix fort de la transition écologique", a notamment déclaré Anne Hidalgo.


La maire de Paris a indiqué que "la transition écologique ne se fera pas contre ceux qui, aujourd’hui, ne parviennent plus à boucler leurs fins de mois, parce que les loyers, l’énergie et les carburants augmentent mais pas leurs salaires".

LA TURQUIE RATIFIE L'ACCORD DE PARIS


La Turquie a ratifié mercredi soir l'Accord de Paris sur le climat, selon la chaine parlementaire qui retransmettait le vote en direct, suivant ainsi l'engagement de son président devant l'Assemblée générale de Nations unies le mois dernier.  Recep Tayyip Erdogan avait annoncé cette décision fin septembre à New York, faisant de son pays le 191e à ratifier cet accord qui devait permettre, lors de son adoption en 2016, de limiter la hausse des températures moyennes sur la planète à 2°C et si possible à 1,5°C.

DISPARITION DES CORAUX


Quelque 14% des coraux ont disparu dans le monde entre 2009 et 2018, en raison du changement climatique, de la surpêche ou des pollutions, selon un rapport publié mardi et réalisé par le Réseau mondial de surveillance des récifs coralliens (GCRMN).


L'état des récifs coralliens dans le monde en 2020 "offre le panorama scientifique le plus précis à ce jour des dégâts que provoque la hausse des températures sur les récifs coralliens du monde entier", indique un communiqué de presse de l'organisation, qui s'est appuyée sur des données recueillies sur 12.000 sites dans 73 pays. A l'inverse, depuis 2011, la présence d'algues dans les récifs s'est accrue de 20%, constatent les auteurs de l'étude.


"De nombreux récifs coralliens dans le monde demeurent résilients et peuvent se reconstituer si les conditions le permettent", souligne cependant le communiqué, "ce qui donne de l’espoir pour la santé à long terme des récifs coralliens si des mesures immédiates sont prises".

URBANISME


Paris aura sa première "forêt urbaine" d'ici 2024 place de Catalogne, à Montparnasse, dans le centre de la capitale française, a indiqué mardi l'adjoint à la végétalisation de la mairie Christophe Najdovski.

 "D'ici 2024, on aura la première forêt urbaine sur la place de Catalogne, entièrement minérale aujourd'hui et qui va devenir beaucoup plus végétale", a déclaré l'adjoint en annonçant le début de la concertation "la semaine prochaine" sur ce projet.

Parmi la dizaine de sites de la capitale encore à l'étude pour accueillir ces forêts urbaines, deux autres dossiers "sont plus avancés", a indiqué son entourage : le parvis de l'Hôtel de Ville et la place du Colonel-Fabien.

MARÉE NOIRE 


480.000 litres d'hydrocarbures se sont écoulés à proximité des côtes californiennes. Un accident dont l'origine n'est pas encore connue mais qui aura des conséquences sur l'environnement.

VIDÉO - États-Unis : les côtes de la Californie touchées par une marée noire

CHALEURS EXTRÊMES


La hausse de l'exposition aux chaleurs extrêmes dans les zones urbaines, provoquée par leur densité et le réchauffement climatique, risque de priver les populations pauvres d'une vie meilleure dans ces villes, selon une étude scientifique publiée lundi.

"En Afrique et en Asie du Sud, où vivent déjà des centaines de millions de pauvres en milieu urbain (...) sans investissements suffisants, sans intervention humanitaire et sans soutien des gouvernements, la chaleur extrême peut limiter de manière décisive la capacité des populations pauvres à réaliser les gains économiques associés à l'urbanisation", écrivent les auteurs de l'étude parue dans la revue "Proceedings of the National Academy of Sciences".

En cause, les "îlots de chaleur" dus à la densité des villes, où le béton, l'asphalte et la moindre végétation tendent à enfermer la chaleur.

GRETA THUNBERG ET LE "BLA BLA"


La militante suédoise Greta Thunberg a dénoncé mardi les "30 années de bla bla" sur le climat des dirigeants du monde, les accusant d'avoir "noyé" les espoirs des jeunes dans leurs "promesses creuses".


"Il n'y a pas de planète B, il n'y a pas de planète bla bla, bla bla bla, bla bla bla, économie verte bla bla, neutralité carbone en 2050 bla bla ", a-t-elle déclaré sous les applaudissements de 400 jeunes du monde entier réunis à Milan par l'ONU à un mois de la cruciale conférence climat COP26. 


"C'est tout ce que nous entendons de la part de nos soi-disant dirigeants. Des mots. Des mots qui sonnent bien mais qui n'ont mené à aucune action, nos espoirs et nos rêves noyés dans leurs mots et leurs promesses creuses", a-t-elle ajouté. 


"Bien sûr nous avons besoin d'un dialogue constructif, mais ils ont maintenant eu 30 années de bla bla et où cela nous a-t-il mené ?", a encore déclaré la militante, qualifiant l'absence d'action "délibérée" des dirigeants mondiaux de "trahison des générations actuelles et futures".

COP 26 À GLASGOW : LE PREMIER MINISTRE AUSTRALIEN POURRAIT NE PAS SE RENDRE AU SOMMET


Le Premier ministre australien Scott Morrison, sous pression pour adopter une politique de neutralité carbone d'ici 2050, a assuré dans une interview publiée lundi qu'il pourrait ne pas se rendre au sommet de la COP26, qui s'ouvrira fin octobre à Glasgow.


Plus grand exportateur mondial de charbon, l'Australie, dont la production d'électricité repose en grande partie sur le charbon, n'a pas pris d'engagement ferme pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Par le passé, M. Morrison a promis de poursuivre l'exploitation minière et l'exportation de charbon tant qu'il y aura des acheteurs.


Le sommet de Glasgow est la plus importante conférence sur le climat depuis l'Accord de Paris en 2015, qui vise à limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, alors que l'ONU a averti que le monde s'acheminait vers une hausse "catastrophique" de 2,7°C.

GRETA THUNBERG A BERLIN


Deux jours avant les législatives allemandes, des milliers de défenseurs de l'environnement, menés par Greta Thunberg, ont réclamé vendredi des mesures plus fortes contre le réchauffement climatique aux candidats en lice pour les élections qualifiées de vote "du siècle" par les activistes.


"Les partis politiques n'en font pas assez" pour le climat, a lancé la jeune militante suédoise à une foule de manifestants rassemblés devant le Reichstag de Berlin, où siègent les députés allemands. "Oui, nous devons voter et vous devez voter. Mais n'oubliez pas que le vote seul ne suffira pas", a poursuivi la jeune femme, acclamée par l'auditoire. "Nous devons continuer à descendre dans la rue et à exiger de nos dirigeants qu'ils prennent des mesures concrètes en faveur du climat".


Son message s'adressait autant aux manifestants qu'aux candidats en lice pour remplacer Angela Merkel à la chancellerie, à l'issue d'un vote à suspense, dimanche, dont les jeux restent totalement ouverts.

Infos précédentes

Découvrez notre podcast "Impact Positif"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.

Toute l'info sur

COP26 à Glasgow : nouveau sommet crucial pour le climat

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de tests virologiques continue de grimper

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

EN DIRECT - Conférence de presse d'Emmanuel Macron : suivez notre édition spéciale

Le variant Omicron semble avoir un taux de réinfection plus élevé, prévient l'OMS

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.