EN DIRECT - Pendant la pandémie, la planète a produit un peu moins de plastique

EN DIRECT - Pendant la pandémie, la planète a produit un peu moins de plastique

ÉCOLOGIE, LE LIVE - Pour la troisième fois seulement depuis le début de l'ère industrielle, la production annuelle mondiale de plastique a reculé en 2020, de 0,3%, en raison de la crise sanitaire, a annoncé jeudi l'association européenne des producteurs de plastique.

Live

PÉAGES


Le Parlement européen et les Etats membres de l'UE se sont mis d'accord mercredi pour que les frais de péage auxquels sont soumis les poids lourds et autocars ne soient plus calculés en fonction de la durée du trajet mais de la distance parcourue. Ces nouvelles règles prévues dans le cadre de la réforme de la directive "eurovignette" visent à réduire les émissions de CO2, selon un communiqué du Parlement européen.


Pour encourager l'utilisation de véhicules moins polluants, l'accord trouvé prévoit que "les États membres devront fixer des taux de tarification routière différents en fonction des émissions de CO2 pour les camions et les bus" dans les prochaines années, "avec des réductions de tarification considérables pour les véhicules à émissions nulles ou faibles".


L'eurodéputée franco-allemande Anna Deparnay-Grunenberg (Verts) a cependant dénoncé les nombreuses exceptions prévues dans le compromis qui selon elle fait la part trop belle aux camions par rapport au fret ferroviaire. Elle a interpellé sur Twitter la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen sur sa "stratégie pour atteindre les objectifs du Pacte vert alors qu'il n'y a aucune amélioration dans le secteur du transport".

VERS UNE INTERDICTION DES BATEAUX PUBLICITAIRES ? 


Après les avions tirant des banderoles, le gouvernement a indiqué mardi qu'il souhaitait aussi interdire les bateaux utilisés près des plages pour porter des messages publicitaires.

Un amendement gouvernemental en ce sens a été présenté lors de l'examen en première lecture du projet de loi "climat et résilience" par le Sénat. Rejeté par les sénateurs, il pourrait être remis sur le tapis lors des débats en deuxième lecture à l'Assemblée nationale, qui a le dernier mot en matière législative.

La ministre de l'Environnement Barbara Pompili, qui défendait le texte devant les sénateurs, a souhaité aller vers une "préservation globale des plages" contre ce type de publicité, invoquant le fait que "les vacanciers ont droit à un peu de tranquillité".  "On n'interdit pas la publicité par avion sur les plages pour qu'elle revienne par bateau", a-t-elle déclaré, pour justifier le fait que les embarcations publicitaires étaient désormais aussi dans le collimateur, en plus des aéronefs.

L'amendement gouvernemental ne vise toutefois que les publicités commerciales, épargnant de facto les publicités "pour des événement sportifs, nautiques en particulier", que pourraient porter ces navires, a-t-elle précisé.

LE PROJET DE LOI CLIMAT ARRIVÉ AU SÉNAT 


Le Sénat a entamé lundi l'examen en première lecture du projet de loi climat, qui reprend une partie des 146 propositions de la Convention citoyenne retenues par Emmanuel Macron. Ce texte qui doit tracer "le chemin d'une écologie qui frappe à la porte des Français", selon la ministre Barbara Pompili, est critiqué pour son manque d'ambition et jugé "inabouti" par l'opposition de droite, majoritaire parmi les Sénateurs.


Près de 700 amendements adoptés en commission et 2000 déposés en séance publique vont être épluchés pendant deux semaines. Parmi les mesures fortes susceptibles d'être votées par les Sénateurs le 29 juin prochain, on retient l'obligation pour les propriétaires de rénovation des passoires thermiques ou la suppression de certains vols intérieurs en cas d'alternative en train de moins de 2h30.


Plusieurs propositions ont aussi été modifiées en commission. Les Sénateurs ont approuvé une baisse de la TVA sur les billets de train de 10 % à 5,5 %, l’une des mesures de la convention citoyenne pour le climat non retenues par le gouvernement et les députés. Mais le terme d'écocide a été supprimé de l'article créant deux délits environnementaux, l’un intentionnel et l’autre non intentionnel.

LES SUISSES VOTENT CONTRE L'INTERDICTION DES PESTICIDES DE SYNTHÈSE


Les électeurs suisses ont largement voté ce dimanche contre l’interdiction des pesticides de synthèse, refusant d’engager le pays - qui abrite un des plus grands fabricants de produits phytosanitaires, le groupe bâlois Syngenta, racheté en 2017 par le géant chinois ChemChina - sur cette voie.


"C'est un choix de la raison et du pragmatisme, c'est un choix qui garantit l'avenir de notre agriculture et qui assure la sécurité alimentaire de notre pays. Ce non donne la possibilité au monde agricole de poursuivre ses réformes de transition vers une production plus durable", a réagi le président suisse, Guy Parmelin, en conférence de presse.


Férocement combattue dans les campagnes, l'interdiction, soutenue par les écologistes et la gauche, a également été rejetée dans les villes de Genève et Fribourg. Le "oui" ne l'a emporté que dans le canton de Bâle-Ville - où se trouve le siège de Syngenta.


Le comité ayant présenté le texte a appelé le gouvernement à l'issue du vote à "régulièrement tester la population pour détecter les résidus de pesticides".

PLASTIQUE


La production mondiale annuelle de plastique a reculé en 2020 en raison de l'impact de la crise sanitaire, selon l'association européenne des producteurs de plastique PlasticsEurope.


L'an passé, la planète a produit un million de tonnes de plastique de moins qu'en 2019 : 367 millions de tonnes contre 368 l'année précédente, toujours selon cette même association de producteurs.


"Il s'agit de la troisième baisse mondiale depuis l'après-guerre, après celle intervenue en 1973 au moment du premier choc pétrolier, et celle de 2008 lors de la crise financière des subprimes", selon Eric Quenet, directeur général de Plastics Europe.

CENTRALE SOLAIRE THERMIQUE 


Mardi, le Chili a inauguré la première centrale solaire thermique d'Amérique latine, dans le désert d'Atacama (nord), le plus sec et le plus ensoleillé du monde, un projet qui doit aider le pays à atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050.

Sur une zone circulaire de plus de 700 hectares, 10.600 miroirs entourent une tour de 250 mètres de hauteur dont le sommet est bombardé par les rayons du soleil.

Un réservoir contenant des sels fondus est ainsi chauffé à plus de 560 degrés pour produire de la vapeur qui entraîne une turbine générant 110 mégawatts d'électricité propre.

Cette infrastructure est combinée à une centrale photovoltaïque adjacente, et les deux fournissent ensemble un total de 210 mégawatts d'énergie renouvelable.

LE NEVADA EN GUERRE CONTRE LES PELOUSES 


Aux Etats-Unis, le gouverneur du Nevada Steve Sisolak a signé une loi interdisant toute herbe "non-fonctionnelle" d'ici 2027. L'objectif est de combattre les effets de la sécheresse qui menace la principale source d'eau de cet Etat du sud du pays, le Colorado. 


Toutes les pelouses non-utilisées (bord de rue, à l'entrée des maisons et dans les jardins des bureaux) sont désormais interdites. A Las Vegas, ces espaces recouvrent 40% de la surface en herbe de la ville par exemple. Les maisons familiales, les parcs et les golfs sont exemptés de ce ban. 


Il nous revient, pour les futures générations, d'être plus soucieux de la conservation de nos ressources naturelles, l'eau en particulier", a justifié Steve Sisolak. C'est la première qu'une telle mesure est décidée aux Etats-Unis, jusqu'à présent les arrêtés de limitation de la consommation d'eau ont été localisés et temporaires. 

PLUS DE CO2 DANS L'AIR


Malgré la pandémie de coronavirus, le taux de CO2 dans l'atmosphère a atteint en mai un plus haut depuis qu'il a commencé à être mesuré il y a 63 ans par un observatoire à Hawaï. La barre des 419 parties par million (ppm, l'unité de mesure utilisée pour quantifier la pollution dans l'air,) a été franchie, selon l'Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA). 


D'autres preuves scientifiques indiquent que ce taux n'avait en réalité pas été atteint depuis des millions d'années. A l'époque, le niveau de la mer était plus élevé d'une vingtaine de mètres, et de larges forêts occupaient des région de l'Arctique, selon des études. "Si nous voulons éviter un changement climatique catastrophique, la plus haute de nos priorités doit être de réduire la pollution au CO2 à zéro à la date la plus proche possible", s'est alarmé Pieter Tans, scientifique pour NOAA.  

DÉFORESTATION RECORD EN AMAZONIE 


La déforestation a atteint en mai un niveau record pour ce mois en Amazonie brésilienne, avec une progression de 41% par rapport à mai 2020, qui a entraîné le déboisement d'une surface de 1.180 km2 de la plus grande forêt tropicale au monde. 

Cette forte progression met sérieusement en doute l'engagement devant la communauté internationale du président brésilien Jair Bolsonaro d'"éliminer la déforestation illégale au Brésil d'ici à 2030", soit dix ans plus tôt qu'initialement prévu.

PROTECTION D'ESPÈCES MENACÉES


L'administration du président Joe Biden a annoncé vouloir rétablir des mesures de protection d'espèces menacées ayant été substantiellement assouplies par le gouvernement de son prédécesseur Donald Trump. L'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) "va déclencher le processus de régulation dans les mois qui viennent afin de réviser, annuler ou rétablir cinq mesures de l'Endangered Species Act finalisées par l'administration précédente", a-t-elle déclaré dans un communiqué. 


Cette loi datant de 1973, référence mondiale en matière de sauvegarde de l'environnement, a notamment permis de sauver de l'extinction le pygargue à tête blanche, l'emblème même du pays. Elle a été significativement modifiée par le gouvernement républicain de Donald Trump. Une clause accordant automatiquement la même protection aux espèces dites "menacées" qu'aux espèces "en danger d'extinction" immédiat a notamment été supprimée.

TURQUIE : LES CÔTES ENVAHIES PAR LA "MORVE DE MER"


Une mousse visqueuse a envahi depuis plusieurs semaines les côtes du nord-ouest de la Turquie sous l'action combinée de la pollution et du réchauffement climatique, un phénomène qui préoccupe les défenseurs de l'environnement. Les mucilages, parfois surnommés "morve de mer", apparaissent lorsque des organismes végétaux vivant en suspension dans l'eau gonflent jusqu'à former une sorte de mucus jaunâtre qui recouvre de vastes pans de mer.

BANQUISE 


La banquise située sur les côtes de l'Arctique fond jusqu'à deux fois plus vite qu'estimé jusqu'ici, selon une étude, rendue publique vendredi par l'University College London (UCL), aux implications inquiétantes pour le réchauffement climatique. 

L'étude, parue dans la revue The Cryosphere, conclut que la glace dans les principales régions côtières arctiques s'amincit à un rythme de 70 à 100% plus rapide que le consensus établi.

La cause de cette réévaluation spectaculaire serait l'utilisation par les chercheurs de cartes plus récentes concernant l'épaisseur de la neige au-dessus de la glace, qui prennent cette fois-ci en compte l'impact de plusieurs décennies de changement climatique.

"Les calculs précédents sur l'épaisseur de la banquise étaient basés sur une carte de la neige mise à jour pour la dernière fois il y a 20 ans", a expliqué le doctorant Robbie Mallett, qui a dirigé l'étude. "Comme la banquise commence à se former de plus en plus tard dans l'année, la neige qui la recouvre a moins de temps pour s'accumuler", poursuit-il. "Nos calculs tiennent pour la première fois compte de cette diminution et suggèrent que la banquise fond plus rapidement que nous le pensions."

AGRICULTURE BIO 


"La bio à poil". Plus ou moins dévêtues, près de 300 personnes se sont rassemblées mercredi à Paris pour dénoncer les arbitrages ministériels sur les subventions aux agriculteurs, jugées insuffisamment tournées vers le maintien de la production en bio.

Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie tend à "rhabiller confortablement une certaine agriculture quitte à en déshabiller une autre", a dénoncé le nouveau président de la Fédération nationale d'agriculture biologique (Fnab) Philippe Camburet, à l'origine de la manifestation. 

Le 21 mai, M. Denormandie a présenté ses arbitrages sur la répartition de l'enveloppe française de la future Politique agricole commune (PAC) pour la période 2023-27, faisant bondir la Fnab et la quarantaine d'autres organisations paysannes et écologistes réunies dans le collectif "Pour une autre PAC".

Ces arbitrages entérinaient en effet la disparition d'aides spécifiques à l'agriculture bio pour les agriculteurs déjà convertis à ce mode de production, une mesure entamée en 2017. En revanche, les subventions à la conversion vers le bio sont relevées à 340 millions d'euros par an.

Depuis fleurissent sur Twitter les photos d'agriculteurs et d'agricultrices dans le plus simple appareil, préservant simplement leur intimité par des pancartes ou un peu de paille.

NAUFRAGE IMMINENT


Le porte-conteneurs MV X-Press Pearl endommagé par un incendie au large de Colombo risquait de sombrer tandis qu'il était remorqué dans des eaux plus profondes mercredi, a déclaré la Marine du Sri Lanka.


"Le navire court le risque imminent de sombrer", a déclaré le porte-parole Indika de Silva, quelques heures après le début du remorquage du navire MV X-Press Pearl, immatriculé à Singapour, afin de l'éloigner des côtes de Colombo. 

POLÉMIQUE 

"Les éoliennes sont une négation de l'écologie" : Stéphane Bern accuse Barbara Pompili d'"écocide"

GLACIERS ISLANDAIS


Menacés de disparition quasi complète d'ici 2200, les glaciers islandais ont déjà perdu environ 750km2 de surface depuis le début des années 2000, soit 7% de leur superficie totale, sous l'effet du réchauffement climatique, selon une étude publiée lundi dans la revue spécialisée Jökull ("Glacier" en islandais).


Au total, la surface des glaciers islandais, qui recouvrent encore un peu plus de 10% du pays, est tombée en 2019 à 10.400 km2. En 2014 déjà, l'Islande avait acté la première disparition d'un de ses glaciers, l'Ok, sous l'effet du réchauffement. 


Les glaciers de l'Alaska, des Alpes et d'Islande font partie de ceux qui ont rétréci le plus vite dans le monde ces dernières années. Les quelque 220.000 glaciers de la planète ont perdu 267 milliards de tonnes de glace en moyenne par an entre 2000 et 2019. Un rythme qui s'accélère.

NEGOCIATIONS 


A six mois d'une conférence climat cruciale, les Nations unies reprennent ce lundi des négociations à l'arrêt depuis l'échec de la COP25 de Madrid fin 2019 et perturbées par la pandémie de Covid-19. Les attentes se concentrent donc sur la COP26, reportée d'un an et désormais prévue en novembre prochain à Glasgow.


D'autant que le changement à la présidence américaine a relancé le processus politique, après quatre années de climato-scepticisme trumpien. Le sommet en ligne sur le climat convoqué fin avril par le nouveau locataire de la maison Blanche a vu les grands pays émetteurs redoubler d'engagements vers la neutralité carbone, à commencer par les Etats-Unis eux-même.


Et la lutte contre le changement climatique figurera en bonne place au sommet du G7 en Cornouailles du 11 au 13 juin, pendant les nouvelles discussions onusiennes. Le club des pays riches s'est tout récemment déjà engagé à stopper toute aide publique aux centrales à charbon, très polluantes.


Le forum de juin n'est pas une enceinte de décisions, mais les négociateurs espèrent déboucher sur des progrès "qui nous permettront de prendre des décisions quand nous nous rencontrerons en personne" pour la COP26, abonde Tosi Mpanu Mpanu, président du groupe SBSTA.

POLLUTION 


Depuis neuf jours, un porte-conteneurs en feu au large de Colombo a provoqué une immense pollution au plastique et menace de déverser 300 tonnes de fioul, 50 tonnes de gazole et des tonnes d'acide dans l'Océan Indien. Les conséquences écologiques sont déjà catastrophiques.

VIDÉO - Plastique, acide citrique, pétrole... Catastrophe environnementale au Sri Lanka après l'incendie d'un porte-conteneurs

APAISEMENT

Le calme est revenu vendredi à Goma, ce vendredi matin, après que la ville s'est en grande partie vidée de ses habitants, et alors que la nuit de jeudi à vendredi a été caractérisée par une diminution et une désintensfication du nombre de tremblements de terre.


Les autorités ont identifié quatre risques principaux : les tremblements de terre à répétition, la toxicité de l'air et de l'eau du fait des cendres dispersées dans l'atmosphère, une "éruption secondaire" avec possiblement des laves surgissant directement du sol dans la ville. Et enfin le "scénario catastrophe" de l'explosion d'une "poche de gaz sous le lac Kivu, du fait d'un contact avec le magma".

DIAPORAMA


Depuis six jours, Goma vit au rythme des secousses du volcan Nyiragongo, qui a provoqué quelque 270 tremblements de terre en trois jours selon l'Observation volcanologique de la ville.

PHOTOS - Éruption du volcan Nyiragongo en RDC : les images de la catastrophe

GOMA : LES HABITANTS FUIENT


Voici les images de l'évacuation de Goma. Des milliers d'habitants fuient par tous les moyens. 

SÉISMES EN RDC : D'ÉNORMES BOUCHONS À LA SORTIE DE GOMA


Des embouteillages sur des kilomètres bloquaient à la mi-journée la route quittant par l'ouest la ville de Goma, après l'évacuation ordonnée à l'aube par les autorités inquiètes des risques d'éruption du volcan Nyiragongo, selon un correspondant de l'AFP. Dans la cohue et l'énervement, des files de voitures, camions, mini-bus surchargés tentaient d'avancer péniblement sur cette route reliant sur plus de 25 km Goma à la localité de Sake, dans la région montagneuse du Masisi. 


Ces bouchons s'étendent jusque sur une vingtaine de kilomètres. Des milliers de piétons, des familles, des enfants des vieillards portant valises et balluchons, marchaient sur le bas-côté, tandis que quelques militaires et  policiers tentaient, souvent impuissants, de fluidifier la circulation.

SÉISMES EN SÉRIE EN RDC


Depuis samedi, des tremblements de terre secouent à intervalles réguliers la ville de Goma, au pied du volcan Nyiragongo, dans l'est de la République démocratique du Congo. Ce jeudi, les autorités ont ordonné l'évacuation de dizaines de milliers de personnes.

Volcan Nyiragongo en RDC : dans l’angoisse d'une éruption, des dizaines de milliers d'évacués

POLLUTION DANS LA SEINE


Une pollution aux pesticides a été identifiée samedi dans la Seine, à la hauteur de Rouen, a annoncé mardi la métropole rouennaise qui a fait part de son intention de porter plainte. "Nous allons porter plainte contre X, déclare-t-il au Monde. La Seine n’est pas une poubelle. Les Rouennais n’en peuvent plus de subir une forme de laxisme", a indiqué au Monde le président de la métropole et maire PS de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol


La pollution a occasionné une coloration bleue de l'eau et a été repérée samedi dernier au soir par les militaires de la brigade fluviale de gendarmerie de Rouen, selon la préfecture de Seine-Maritime. La fuite proviendrait d’un récipient contenant du thiaméthoxame, un néonicotinoïde dont l’usage est interdit dans l’Union européenne depuis 2018 mais qui a fait son grand retour en France.

CALIFORNIE


Le gouvernement américain est en passe d'approuver le projet d'installation d'éoliennes au large des côtes californiennes, ont annoncé des responsables mardi, après l'approbation plus tôt ce mois-ci du plus gros projet d'éolien jusqu'ici aux Etats-Unis, au large du Massachusetts.

L'accès aux eaux californiennes pour de tels projets est désormais possible depuis que le Pentagone ne s'y oppose plus, ont affirmé ces responsables ; le ministère américain de la Défense utilise cette zone de l'océan pour ses exercices militaires et avait empêché les entreprises privées d'y développer des projets.

EMPREINTE DE LA FINANCE


La City finance environ deux fois plus d'émissions de CO2 que les rejets du Royaume-Uni dans son ensemble, affirme une étude de WWF et de Greenpeace. D'après des données publiées à partir de 2019, les associations chiffrent le bilan des sociétés financières analysées à "805 millions de tonnes", dont un peu plus de la moitié est associée aux banques.


"Le secteur financier va jouer un rôle vital dans le fait de déterminer si le monde va réussir la transition vers une économie faiblement carbonée durable", souligne l'étude, qui pointe qu'"à ce jour, ni le gouvernement ni aucun régulateur n'a pris de mesures adéquates pour s'attaquer au problème".


Les travaux portent sur 15 banques et gestionnaires d'actifs présents au Royaume-Uni. Ils excluent les assurances, sous-évaluant, selon les auteurs, l'empreinte carbone de la finance britannique. D'après eux, cette dernière devrait être considérée comme un secteur à fortes émissions de carbone au même titre que "les secteurs pétrolier, minier, aérien, etc."

CENTRES DE DISTRIBUTION DE MCDONALD'S BLOQUÉS AU ROYAUME-UNI


En cette journée mondiale de la biodiversité, des défenseurs des animaux et de l'environnement ont bloqué plusieurs centres de distribution au Royaume-Uni de la chaîne américaine de restauration rapide McDonald's, affirmant que cela affectera 1.300 restaurants.


"Nous faisons cela pour mettre fin à la misère de la restauration rapide qui provoque l'obésité, détruit l'Amazonie et réchauffe la planète" a expliqué sur Twitter Animal Rebellion, le groupe à l'origine de cette action qui vise quatre centres de distribution en Angleterre à Coventry (centre), Manchester (Nord), Basingstoke (Sud) et Hemel Hampstead près de Londres.


Animal Rebellion a annoncé vouloir rester au moins 24 heures sur les sites visés.

"IMMENSE CATASTROPHE ÉCOLOGIQUE"

Les soldats du feu luttaient samedi, pour le troisième jour consécutif, contre le premier incendie d'importance de l'année en Grèce, dans la zone d'habitat naturel protégée de Geraneia, à l'ouest d'Athènes. Le sinistre, parti mercredi soir des côtes du golfe de Corinthe, est "l'un des incendies les plus importants des 20-30 dernières années, survenu ce mois-ci, si tôt dans la saison", a déploré samedi le chef des pompiers Stefanos Kolokouris, sur la chaîne de télévision ANT1. 


La pinède dense a brûlé à 54%, et près de 6% du massif appartenait à des zones protégées par le réseau Natura 2000, qui rassemble des sites naturels ou semi-naturels de l'Union européenne ayant une faune et une flore exceptionnelles. Pour Euthymios Lekkas, professeur en gestion de catastrophe environnementale à l'Université d'Athènes, c'est aussi "une immense catastrophe écologique qui va nécessiter des travaux pour éviter des éboulements de terrains et de terribles inondations à l'automne". 


D'après le collectif "Caesar's Paradise", des oiseaux, des tortues, des hérissons, des sangliers, mais aussi des chiens et chats errants ont été retrouvés carbonisés. 

LA LPO ATTAQUE EN JUSTICE DES GÉANTS PHARMACEUTIQUES POUR LE DÉCLIN DES OISEAUX DES CHAMPS 


La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) a assigné vendredi devant le Tribunal judiciaire de Lyon Bayer et Nufarm, les deux principaux producteurs en France d'imidaclopride, un insecticide néonicotinoïde particulièrement toxique largement utilisé dans le secteur agricole, afin de faire reconnaître leur responsabilité dans le déclin des populations d’oiseaux des champs.


Selon l'association, au moins un quart de ces volatiles ont disparu, en partie en raison de cette substance chimique. "L'imidaclopride a des effets directs dus à l’ingestion de graines enrobées de la substance toxique (6 graines suffisent à tuer instantanément une Perdrix grise), et des effets indirects liés à la disparition des invertébrés, aquatiques et terrestres, dont ils se nourrissent", écrit la LPO dans un communiqué.

EXPLOITATIONS 


La Commission européenne a donné son feu vert à la France pour un crédit d’impôt à destination des agriculteurs qui décident de renoncer au glyphosate. Une bonne nouvelle ?

Glyphosate : un crédit d’impôt pour les agriculteurs qui renoncent à l'herbicide controversé

ARCTIQUE

L'Arctique s'est réchauffé trois plus vite que la planète depuis 1971, a indiqué le Programme de surveillance et d'évaluation de l'Arctique dans un rapport publié ce jeudi. Une dynamique plus élevée que ce qui avait été observé jusqu'à présent, puisqu'en 2019, la dynamique se limitait à observer une croissance deux fois plus élevée des températures dans l'Arctique.

Concrètement, cela signifie qu'entre 1971 et 2019, là où la température sur l'ensemble de la planète augmentait de 1°, elle augmentait de 3,1° sur le continent.

Passé ce constat, les auteurs du rapport s'inquiètent d'une autre évolution. Si les émissions carbone ne diminuent pas suffisamment pour établir la hausse des températures à 1,5 ° d'ici la fin du siècle, "la probabilité d'un été arctique sans glace marine [sera] dix plus grande avec un scénarion à 2°".

ICEBERG DÉTACHÉ


Le plus gros iceberg existant s'est détaché de l'Antarctique a annoncé, ce jeudi, l'Agence spatiale européenne. D'une taille équivalente à la moitié de celle de l'île de Corse, l'iceberg, baptisé "A-76", fait environ 170 km de long sur 25 km de large pour une surface totale de 4320 km². 


Il s'est détaché dans la mer de Weddell où il a été repéré initialement par le British Antarctic Survey (BAS), un organisme de recherches britannique sur les zones polaires. Les images de l'énorme bloc de glace ont été prises par le satellite Sentinel-1 dans le cadre du programme européen d'observation de la Terre "Copernicus".


La station polaire britannique avait déjà été le témoin, en février dernier, de la rupture d'un iceberg de 1270 km².

POLLUTION DE L'AIR


Les confinements ont permis de limiter la pollution de l'air mais malgré tout, des millions de Franciliens ont été exposés en 2020 à des niveaux supérieurs aux recommandations de l'OMS, selon un rapport d'Airparif, l'organisme de surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France.


L'année 2020 a en particulier vu une "baisse conséquente" de la pollution au dioxyde d'azote (NO2) suite aux mesures sanitaires : -30% par rapport à 2019 à Paris. En revanche, les particules fines n'ont que peu baissé et reste à un niveau largement supérieur à celui recommandé par l'OMS.

 CARBURANT "PROPRE"


Cette initiative ne convainc pas certaines organisations écologistes.

Avion d'Air France volant à l'huile de cuisson : le carburant du futur ?

NÉCOTINOÏDES AU CANADA


Le Canada a annoncé mercredi qu'il renonçait à interdire le troisième pesticide néonicotinoïde homologué dans ce pays, l'imidaclopride, tout en limitant son utilisation pour certaines cultures comme il l'avait fait pour les deux autres,la clothianidine et le thiaméthoxame. 


Une réévalution des données scientifiques a permis d'établir que "certaines utilisations de l'imidaclopride ne présentent pas de risques pour la santé humaine ou pour l'environnement, alors que d'autres utilisations présentent effectivement des risques", a expliqué lors d'un point-presse Scott Kirby, chargé du dossier des pesticides au ministère de la Santé.

TRAFIC DE PESTICIDES ILLÉGAUX


Le procès d'un trafic de pesticides qui a permis l'importation illégale d'Espagne de 80 tonnes de produits interdits s'est ouvert ce mercredi en correctionnelle à Coutances (Manche).


Treize personnes comparaissent dans ce procès qui doit durer trois jours. La plupart sont des producteurs de carottes poursuivis pour détention et utilisation de produits phytopharmaceutiques à base de dichloropropène. Ce pesticide utilisé contre un ver parasite des carottes est interdit en France depuis 2018 dans la mesure où il est considéré comme toxique pour la santé et dangereux pour l'environnement par l'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques). 

MODE ET FOURRURE ANIMALE


A l'instar d'autres grandes griffes, Valentino a décidé de ne plus utiliser de fourrure animale dans ses collections à partir de 2022, une annonce saluée mercredi en Italie par des militants de la cause animale.


"Le concept 'sans fourrure' est parfaitement en phase avec les valeurs de notre entreprise", a déclaré le PDG de Valentino, Jacopo Venturini, cité dans un communiqué. "Nous avançons rapidement dans la recherche de matériaux alternatifs en vue d'une plus grande attention à l'environnement pour les collections des prochaines années", a-t-il ajouté.

LE CRÉDIT D'IMPÔT "SORTIE DU GLYPHOSATE" ACCEPTÉ PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE


La Commission européenne a accepté ce mercredi la proposition du gouvernement de mettre en place un crédit d'impôt "sortie du glyphosate" dès 2021 pour les agriculteurs français. Annoncé en décembre, ce régime d'aide spécifique permettra d'accompagner durablement les exploitations qui renoncent volontairement au glyphosate. D'un montant forfaitaire de 2 500 euros, il s'applique aux secteurs des grandes cultures, de l'arboriculture et de la viticulture, ainsi que les exploitations d'élevage.

LE MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT BRÉSILIEN SOUPÇONNÉ DE TRAFIC DE BOIS


La police brésilienne a perquisitionné ce mercredi le domicile du ministre de l'Environnement Ricardo Salles, soupçonné d'avoir pris part à un réseau de trafic de bois exporté illégalement à l'étranger, a-t-on appris de source judiciaire.


Un arrêt du juge de la Cour suprême Alexandre de Moraes, auquel l'AFP a eu accès, a autorisé cette perquisition, ainsi que la levée du secret bancaire de ce ministre hautement controversé, très critiqué pour la hausse de la déforestation en Amazonie depuis l'arrivée au pouvoir du président d'extrême droite Jair Bolsonaro.

UN PREMIER VOL LONG-COURRIER À L'HUILE DE FRITURE


Air France et le groupe pétrolier Total ont réalisé ce mardi le premier vol long-courrier de la compagnie avec du carburant à base d'huile de friture. L'avion, qui a décollé de Roissy- Charles-de-Gaulle à 15h40, doit atterrir dans la soirée à Montréal, Canada. Le biocarburant avec lequel il a volé a permis d’économiser 20 t de CO2, soit 15% des émissions de ce vol, selon les entreprises. Il coûte en revanche quatre fois plus cher. 


Ces biocarburants, appelés "SAF" (de l’anglais "sustainable aviation fuel") sont actuellement produits dans la bioraffinerie de la Mède, dans les Bouches-du-Rhône, et sur le site d’Oudalle, en Seine-Maritime. Non autorisé en usage seul, le SAF doit être mélangé à un minimum de 50 % de kérosène.


À partir du 1er janvier 2022, les compagnies aériennes devront utiliser au minimum 1 % de ce biocarburant, puis 5 % en 2030, selon la feuille de route établie par le gouvernement. C'est encore bien en deçà des 50% que peuvent accepter les moteurs d'avions de dernière génération. Airbus travaille même actuellement sur un taux de 100%.

LA SANTÉ D'ENVIRON 8000 INDIGÈNES MENACÉE AU PÉROU


Quelque 8000 indigènes au Pérou présentent des niveaux élevés de plomb, d'arsenic et de mercure en raison de l'exploitation minière près de leurs villages dans la province d'Espinar (Sud-Est), dénonce un rapport publié ce mardi par Amnesty International.


"Les niveaux de métaux et substances toxiques (plomb, cadmium, arsenic, mercure et manganèse) découverts chez les participants à l'étude démontrent le risque pour la santé auquel sont exposées les communautés indigènes dans la province d'Espinar", selon le rapport de l'organisation de défense des droits humains, issu de trois ans d'enquête autour de la zone minière d'Ataccapay contrôlée par le géant anglo-suisse Glencore.


La présence de métaux lourds dans l'organisme "peut générer différentes sortes de maladies, des nausées, des vomissements, certains types de cancers et des problèmes hépatiques", ajoute-t-elle.

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE EN ESPAGNE


Les députés espagnols ont adopté définitivement ce jeudi une loi de transition énergétique en vue d'atteindre la neutralité carbone en 2050, conformément à l'objectif de l'Union européenne.


L'une des principales mesures de cette loi "de changement climatique et de transition énergétique", accusée par des ONG de manquer d'ambition, est l'interdiction de la vente de véhicules pour particuliers émettant du CO2 d'ici 2040 et celle de leur circulation d'ici 2050.


D'ici à 2030, les énergies renouvelables devront également représenter 42% de la consommation totale d'énergie dans le pays et au moins 74% de la production d'électricité. 


Par ailleurs, toujours selon ce texte, d'ici à deux ans, soit en 2023, toutes les villes de plus de 50.000 habitants devront instaurer des zones limitant la circulation des véhicules les plus polluants, comme le font Barcelone et Madrid. 

POLLUTION : ARCELORMITTAL DEVANT LA JUSTICE


Plusieurs associations écologistes ont réclamé mardi devant la justice 110.000 euros de dommages et intérêts au géant de l'acier ArcelorMittal, pour avoir pendant plusieurs années enfreint la loi sur les émissions de polluants dans son usine de Fos-sur-mer, près de Marseille.  La décision du tribunal judiciaire d'Aix sera connue le 29 juin.

Les plaignants accusent ArcelorMittal de "porter gravement atteinte à l'environnement et notamment à la qualité de l'air et la santé des riverains", dans un bassin de vie où "ils sont déjà soumis à une très forte pollution de l'air".

Du benzène, du dioxyde de soufre, de l'oxyde d'azote... l'aciérie de Fos-sur-mer n'a pas respecté les valeurs limites fixées par la loi pour les émissions de ces polluants entre 2013 et 2018, a assuré l'avocat de France Nature Environnement (FNE), Mathieu Victoria, devant le tribunal judiciaire d'Aix-en-Provence.

Pour la défense, Me Joëlle Herschtel a assuré qu'ArcelorMittal "se préoccupe de façon très importante de son empreinte environnementale". Pour expliquer les "écarts" avec la réglementation, elle a mis en avant le remplacement de 136 fours de cokerie, "des travaux trop longs pour répondre au délai administratif".

Le groupe a récemment communiqué sur sa volonté d'atteindre la neutralité carbone d'ici à 2050, assurant qu'une aide de 15 millions d'euros de l'État devait permettre de faire de Fos "un site exemplaire" en la matière.

CLIMAT DANS LA CONSTITUTION: LE SÉNAT VOTE UN TEXTE DIFFÉRENT DE L’ASSEMBLÉE


Le Sénat dominé par l'opposition de droite a réécrit lundi le texte visant à inscrire le climat dans la Constitution, qu'Emmanuel Macron veut soumettre à un référendum, mais sur lequel plane une grande incertitude, faute d'accord entre les deux chambres du Parlement.

Pour la protection de l’environnement, la chambre haute a refusé l’emploi du verbe "garantir", et préféré celui de "préserver".


Ce vote rend très incertain le référendum sur l’environnement voulu par Emmanuel Macron et promis aux 150 membres de la convention citoyenne pour le climat.

PAS DE REFERENDUM SUR LE CLIMAT ?


Emmanuel Macron a souhaité dimanche que le projet de loi qui doit inscrire la protection du climat dans la Constitution "vive sa vie parlementaire". Au risque d'abandonner l'idée de passer par un référendum. 


Le projet de loi grave, à l'article 1er de la Constitution, que la France "garantit la préservation de l'environnement et de la diversité biologique et la lutte contre le dérèglement climatique". Il a été approuvé dans ces termes en première lecture par les députés le 16 mars. Or, la majorité du Sénat, de droite, qui doit à son tour l'examiner, rejette le terme "garantit" qui donnerait selon elle à la préservation de l'environnement une forme de priorité sur les autres principes constitutionnels.


Face à ces réticences, le président aurait renoncé au scrutin selon le Journal du dimanche dans son édition du 9 mai, le texte devant être voté dans les mêmes termes par les deux chambres pour pouvoir être soumis à référendum. "Le président de la République n’a pas à intervenir dans le travail des parlementaires", a commenté Emmanuel Macron.

MARCHE POUR LE CLIMAT


Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce dimanche pour une loi climat plus ambitieuse, alors que des doutes se font jour sur un référendum pour inscrire la lutte contre le dérèglement climatique dans la Constitution.

"Loi climat = échec du quinquennat" : près de 50.000 manifestants partout en France

UNE FERME GÉANTE D'INSECTES INAUGURÉE


La start-up française Ynsect, spécialisée dans l'élevage et la transformation d'insectes pour l'alimentation animale, humaine et les engrais, a inauguré jeudi le chantier de son site Ynfarm à Poulainville, dans la Somme, qui a pour ambition de devenir "plus grande ferme verticale du monde" d'ici fin 2021 ou début 2022. 

Située près d'Amiens, la ferme de 36 m de haut et d'une surface de 45.000 m2, "carbone négatif", devrait produire 100.000 tonnes d'ingrédients à base d'insectes par an (poudres, huiles et engrais) lors de sa mise en production en 2022 puis 200.000 tonnes à partir de 2023.

Pour Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, venue symboliquement poser la première pierre, il s'agit d'un "exemple" pour l'environnement. "Enfin, on réfléchit à l'impact environnemental de notre mode de production (...) ça nous permet de produire chez nous, de créer de l'emploi chez nous, de créer de l'activité économique chez nous"

SÉQUOIA

   

Un séquoia géant de Californie se consumait toujours lentement ces derniers jours après avoir été pris dans un gigantesque incendie qui a ravagé la région à la fin de l'été 2020, ont annoncé mercredi les services du parc national de Séquoia. Selon les experts, il s'agit des conséquences de l'incendie de forêt qui avait été déclenché par la foudre le 19 août 2020 et s'était étendu dans toute la région. Au total, jusqu'en décembre 2020, on estime que plus de 700 km2 de forêts sont partis en fumée à cause de cet incendie.


Le séquoia en question est isolé et ne présente pas de danger pour l'environnement ou les usagers du parc mais ce phénomène qui persiste plusieurs mois après la fin de l'incendie "démontre à quel point le parc est sec", souligne Leif Mathiesen, expert en gestion des incendies auprès des parcs nationaux de Séquoia et Kings Canyon, cité dans un communiqué. "Etant donné la faible quantité de chutes de neige et de pluie cette année, il pourrait y avoir d'autres surprises", met-il en garde.

OURS


Le "plus grand" des ours bruns roumains a été abattu par un prince du Liechtenstein lors d'une partie de chasse, ont déploré mercredi deux ONG, tandis que la police de l'environnement a ouvert une enquête. "Arthur avait 17 ans et était le plus grand ours observé en Roumanie et sans doute au sein de l'Union européenne", a écrit Gabriel Paun, de l'association roumaine Agent Green, dans un communiqué, évoquant le témoignage d'un garde forestier de la région de Covasna (centre).


La chasse aux ours est interdite en Roumanie mais le prince Emanuel, qui vit en Autriche où sa famille possède un château, avait bénéficié d'une dérogation pour tuer une femelle soupçonnée d'avoir attaqué plusieurs fermes l'année dernière, selon cette ONG et l'organisation de défense des animaux VGT. Le ministre de l'Environnement Tanczos Barna a confirmé dans les médias locaux la délivrance d'un permis, sans donner le nom du bénéficiaire. 


Le prince a tué en mars "un mâle qui vivait au coeur de la forêt et ne s'était jamais approché des habitations des alentours", assure Gabriel Paun, avec à l'appui un document émanant d'une association locale de chasseurs au nom de "Emanuel Prinz von und zu Liechtenstein". Les mensurations de l'ours y sont notées 593 points sur un maximum de 600, soit "un record". "Il est évident que le prince n'est pas venu résoudre un problème affectant les villageois mais tuer un ours et emporter le plus grand trophée pour l'accrocher au mur", s'est indigné le militant.


De son côté, la maison princière du Liechtenstein n'a pas souhaité commenter "une question privée et personnelle, dont elle ne connaît pas le contexte", tout en soulignant son atttachement au "respect de la nature".

SÉNAT TATILLON

Le Sénat n'aime pas la contrainte et, surtout, sa majorité de droite aime mettre des bâtons dans les roues du programme présidentiel. La commission des lois de la chambre haute en a fait l'illustration en adoptant un amendement du LR François-Noël Buffet modifiant les termes de l'article qui serait soumis aux Français par référendum à l'automne.


De "La France garantit la préservation de l’environnement et de la diversité biologique et lutte contre le dérèglement climatique", le rapporteur a obtenu que l'article dispose désormais que "la France préserve l’environnement ainsi que la diversité biologique et agit contre le dérèglement climatique, dans les conditions prévues par la Charte de l’environnement de 2004".


Si elle peut paraître bénigne, la différence est tout de même de taille, puisqu'entre la "garantie" proposée par la première version et la "préservation" et "l'action" désormais protégée par la seconde, nous sommes sur un terrain juridiquement moins contraignant. 


François-Noël Buffet s'en est expliqué en exposant la crainte que les objectifs environnementaux prendraient alors le dessus sur d'autres principes constitutionnels. 


Fin de l'histoire ? Peut-être. Comme nous sommes là dans le cadre d'une réforme constitutionnelle, les deux chambres doivent se mettre d'accord pour faire passer le texte. Autrement dit : soit  Emmanuel Macron accepte de "préserver" l'environnement plutôt que la "garantie de sa préservation", ce qui risque de lui mettre à dos bon nombre d'associations et dirigeants écologistes faiblement représentés, soit le Sénat évolue, soit le référendum n'aura pas lieu.

Infos précédentes

Découvrez notre podcast "Impact Positif"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.