Après les intempéries conjuguées à la grève des éboueurs, la crainte d'une pollution maritime à Marseille

Avec les violentes intempéries qui se sont abattues lundi 4 octobre à Marseille, les déchets accumulés en raison de la grève des éboueurs se sont retrouvés charriés par les eaux.

POLLUTION - Les tonnes de déchets accumulés pendant une semaine à Marseille sont en train de se diriger tout droit vers la mer, après les intempéries survenues dans la nuit de dimanche à lundi.

Suite aux fortes inondations ayant touché les Bouches-du-Rhône dans la nuit de dimanche lundi, la ville de Marseille se retrouve sous les eaux mais aussi sous les déchets. Et pour cause, les pluies se sont abattues sur la cité phocéenne, seulement quelques jours après la fin d’une grève de la collecte des ordures, qui a duré une semaine. 

Résultat, des centaines de tonnes de déchets ont ruisselé dans les rues de Marseille pour se diriger tout droit vers la mer Méditerranée. Une situation catastrophique aussi bien sur le plan écologique que sanitaire, qui inquiète les élus comme les riverains. 

Inquiétude des élus et des riverains

"Vigilance rouge à Marseille veut aussi dire pollution du littoral par les déchets et les eaux usées qui se déversent dans la Méditerranée par l’Huveaune", a prévenu Nathalie Morand, élue écologiste de la région PACA, tout en partageant sur Twitter des photos de la plage jonchée de détritus

Adjoint au maire de Marseille, Hervé Menchon a lui aussi publié des clichés du fleuve de l'Huveaune, parlant d'une véritable "course contre la montre" entamée ce lundi : "Les Marins-Pompiers vont regrouper les bonbonnes de gaz au port de la Pointe Rouge. Un zodiac du parc des Calanques est entré en action pour repousser les déchets qui pourraient échouer dans le parc. Vive colère devant cet écocide qui pouvait être en grande partie évité." 

Des riverains se sont également inquiétés du chemin emprunté par ces tonnes d’ordures, pas encore ramassés. C’est le cas de Mathieu Grapeloup, membre d’une ONG et fondateur d’une page Facebook, "Marseille à la loupe" : "Les intempéries à Marseille sont un désastre écologique. Les pluies diluviennes arrivent dans un contexte où la ville croule sous les poubelles en raison de la grève passée et les déchets sont éparpillés aux quatre coins de la ville et filent vers la mer. C’est catastrophique !"

Ce lundi, la ministre de la Mer Annick Girardin a réagi à son tour en publiant une vidéo de détritus emportés par les eaux de pluie (voir le tweet ci-dessus). "Triste scène à Marseille où tous ces déchets finiront dans la mer Méditerranée… Les discussions entre les groupes syndicaux et la métropole ne doivent pas nous faire oublier l’essentiel : nous sommes tous responsables de nos mers et nos océans !"

Des dégâts difficiles à évaluer pour l'instant

Tandis que la métropole d’Aix-Marseille est chargée de la gestion des déchets, sa présidente Martine Vassal a indiqué sur Twitter qu’un point avait été fait ce lundi, lors du conseil des présidents de territoire métropolitain, sur les intempéries mais aussi sur "la reprise de la collecte des déchets sur le territoire avec les points à prioriser". 

S’il parait difficile d’évaluer l’ampleur des potentiels dégâts, les déchets qui se sont accumulés durant la grève n’ont pas pu tous être collectés depuis la reprise du travail des éboueurs le 1er octobre dans les 1er, 4e, 5e, 6e et 7e arrondissements. Et "les perturbations météorologiques ont compliqué les opérations de collecte du (lundi) matin, rendant la circulation des bennes impossibles dans certains secteurs des 8e, 9e, 11e, 12e et 13e arrondissements de Marseille", a indiqué la métropole, dans un communiqué. 

Lire aussi

Si 650 agents ont été chargés ce lundi de nettoyer ces quartiers tant bien que mal, leur mission de ramassage a été interrompu "pour privilégier le nettoyage des avaloirs (afin de permettre la bonne évacuation des eaux de pluie) et la collecte des bennes des professionnels", d’après ce communiqué. Mais n’est-il pas déjà trop tard, alors que la plupart des ordures qui jonchaient encore les rues de Marseille dans la nuit de dimanche à lundi ont déjà rejoint le littoral ? 

Dans un entretien à l’AFP, la biologiste Isabelle Poitou, directrice de l’association MerTerre, explique toute l’urgence de la situation : "Demain, après-demain, ces déchets flottants vont être poussés par le vent d’Est, vers les plages du Frioul par exemple. Il est indispensable de venir ramasser les déchets sur les plages mardi ou mercredi. Mais souvent, en dehors des périodes estivales, les nettoyages de déchets ne sont pas prévus. Pourtant, il faudrait agir avant que les déchets ne soient éparpillés dans la mer au premier coup de vent". 

Si l’alerte rouge pluie et inondation a été levée dans le département, un fort mistral est justement attendu à Marseille, selon Météo France, qui prévoit des rafales allant jusqu’à 45 km/h mardi et jusqu’à 55 km/h mercredi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.