"Les éoliennes sont une négation de l'écologie" : Stéphane Bern accuse Barbara Pompili d'"écocide"

"Les éoliennes sont une négation de l'écologie" : Stéphane Bern accuse Barbara Pompili d'"écocide"

VENT DE RÉVOLTE - Agacé par le développement du parc éolien en France, prôné par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, l'animateur Stéphane Bern a dénoncé "un écocide". Le président de la mission Patrimoine a fustigé ce qui est, selon lui, "une supercherie" dans une tribune au Figaro.

Stéphane Bern ne mâche pas ses mots. Dans une tribune au vitriol au FigaroVox, publiée dimanche 30 mai et intitulée "Madame Pompili, les éoliennes sont une négation de l'écologie", l'animateur de France Télévisions s'engage ouvertement contre les éoliennes et leur déploiement futur dans le pays. Le "monsieur Patrimoine", missionné par le président Emmanuel Macron pour sauver le patrimoine en péril dans l'Hexagone, a signé un texte incendiaire contre la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, qui a demandé aux préfets de définir les "zones favorables" au développement du parc éolien.

Dans une circulaire, mise en ligne le 27 mai sur le site Legifrance, la numéro 3 du gouvernement a rappelé "l'importance de développer l'éolien", afin d'atteindre les objectifs de développement des énergies renouvelables inscrits dans la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). "Le développement des énergies renouvelables électriques passera inévitablement par une forte croissance du solaire photovoltaïque et de l'éolien terrestre, dont les capacités installées devront être multipliées respectivement par 5 et 2,5 entre 2019 et 2028", a souligné l'ancienne élue Europe-Écologie Les Verts. 

Il est grand temps de dénoncer cette supercherie- Stéphane Bern, journaliste et animateur

De quoi exaspérer au plus haut point le présentateur de l'émission "Secrets d'Histoire". Interpellé par les pressions indirectes mises sur les préfets pour que la France respecte ses engagements climatiques, "coûte que coûte", il a dénoncé, le 29 mai sur Twitter, "l'écocide", auquel souscrit, selon lui, la ministre de la Transition écologique. "Barbara Pompili ne sera plus qu'un mauvais souvenir dans 40 ans lorsqu'il faudra recycler les pales des éoliennes : du béton dans les sols ruraux, dégâts sur la biodiversité, destruction du patrimoine naturel, elle tombe sous le coup de la loi écocide qu'elle a fait voter !", a-t-il fustigé. Des propos qu'il a étayés, le lendemain, dans une tribune au Figaro, jugeant qu'elle se rend "coupable de destruction d'un patrimoine naturel, d'atteintes à la biodiversité, d'artificialisation des sols et de soutien aux énergies fossiles."

Lire aussi

"Les éoliennes sont une négation de l'écologie", assène Stéphane Bern dans son texte. "Il est grand temps de dénoncer cette supercherie. L'énergie éolienne n'est en rien écologique et renouvelable. Elle pollue gravement la nature et détruit le patrimoine naturel et bâti de la France, ces sites remarquables de beauté et ces joyaux architecturaux dont nous sommes collectivement dépositaires", a-t-il affirmé, pointant le "diktat éolien qui brasse du vent et ancre dans nos sols un véritable mensonge". 

Reprenant en partie les justifications des pourfendeurs de l'éolien, il a répondu à la ministre de la Transition écologique, qui a mis, le 28 mai, "les points sur les i" au sujet des "contre-vérités" circulant sur cette énergie. "Sur tout son cycle de vie, les émissions de CO2 de l'énergie éolienne sont extrêmement faibles, inférieures à 20g de CO2 par kilowatt/heure, à comparer avec des émissions du mix électrique français qui varient de 40 à 90g par kilowatt/heure", a-t-elle défendu. L'écrivain lui a demandé "d'ouvrir les yeux" et de "cesser de se mentir" sur le bilan vert de l'éolien, lui opposant l'argument que "les éoliennes fonctionnent seulement 25% du temps et nécessitent l'aide de centrales à charbon, qui rouvrent en Allemagne."

Vous n'entendez donc pas cette colère qui monte dans nos campagnes ?- Stéphane Bern, journaliste et animateur

Par ailleurs, l'animateur du service public a estimé que "l'acceptabilité sociale du déploiement de l'éolien se retrouve aujourd’hui fortement fragilisée" par "l'accroissement spectaculaire" préconisé par Barbara Pompili. "Vous n'entendez donc pas cette colère qui monte dans nos campagnes ? Les gens sont vent debout, comme d'ailleurs quelque 500 maires réunis dans un collectif, 'Vent des maires', qui s'indignent du déni de démocratie. Au fil des consultations populaires et des avis défavorables de la population, les préfets ont des consignes pour imposer les champs d'éoliennes coûte que coûte", a-t-il accusé. 

En France, selon le baromètre de l'Institut de sûreté nucléaire (IRSN) sur la perception des risques, daté du 26 mai, 82% des Français disent avoir "une bonne image de l'énergie éolienne" contre 34% pour l'énergie nucléaire. Le parc éolien est jugé comme la plus acceptable des installations : 41% des sondés "accepteraient de vivre" près d'éoliennes, 36% près d'une antenne relais pour téléphones portables, 22% près d'une ligne à autre tension, 16% près d'une centrale nucléaire.

En vidéo

Éoliennes en mer : pourquoi la France est-elle si en retard ?

La tribune de Stéphane Bern a été largement reprise et saluée, lundi 31 mai, par les différents responsables politiques de droite et d'extrême droite. "Je partage en tout point le constat alarmiste de Stéphane Bern sur l'escroquerie des éoliennes", a fait savoir la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen. "Tout est dit", a commenté laconiquement Xavier Bertrand, le président ex-LR de la région des Hauts-de-France. Chez Les Républicains, où est réclamé un "moratoire" sur l'éolien, le président de groupe à l'Assemblée Damien Abad a notamment demandé sur Twitter à Barbara Pompili de "sortir du déni"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Euro : Emmanuel Macron et Angela Merkel mettent en garde contre le variant Delta

EN DIRECT - Affaire Jubillar : l'avocat de Cédric Jubillar met en garde contre "une erreur judiciaire"

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

L'avocat de Cédric Jubillar dénonce une mise en examen "juridiquement incohérente"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.