Grève mondiale pour le climat : les jeunes redescendent dans la rue ce vendredi

Greta Thunberg et Luisa Neubauer devant le parlement suédois en août 2021

ACTIONS - Une nouvelle grève mondiale est prévue ce vendredi 24 septembre, à l'initiative de mouvements Fridays for Future. Greta Thunberg sera aux côtés des manifestants à Berlin, à deux jours des élections législatives allemandes.

Les jeunes militants du climat reprennent du service ce vendredi 24 septembre, à l'occasion d'une nouvelle grève mondiale initiée par le mouvement Fridays For Future. Étant la huitième à son actif, cette grève est supposée se dérouler dans plus de 70 pays, dont l'Allemagne qui doit accueillir l'activiste Greta Thunberg, à deux jours d'un scrutin fédéral décisif. En effet, la Suédoise de 18 ans compte se rendre à Berlin pour marcher aux côtés de milliers de jeunes. Objectif : réclamer à nouveau des mesures contre le dérèglement climatique et faire pression sur les candidats à la succession de la chancelière Angela Merkel.

Du Bangladesh au Luxembourg

Décalage horaire, les manifestations ont commencé à l'Est. Aux Philippines, cet État particulièrement touché par les catastrophes climatiques comme les typhons, les jeunes ont arpenté la baie de Manille en arborant des pancartes colorées pour défendre leur océan, dire "non à la réclamation des terres" ou crier leur colère à l'encontre de Rodrigo Duterte, président connu pour son climato-scepticisme. Plusieurs villes du Bangladesh ont commencé leurs manifestations vers 10h heure locale, auxquelles ont pris part des écoliers et écolières que des jeunes adultes. Au Japon, la ville de Sendai est elle aussi le théâtre de manifestations de jeunes militants de Fridays For Future, comme le relaye le mouvement local sur Twitter

Les manifestations de la jeune génération toucheront aussi l'Hexagone dans la journée de vendredi. Youth For Climate (YFC) prévoit des rassemblements dans quelques grandes villes françaises, comme à Bordeaux. "L'objectif est de relancer le mouvement", a souligné Tatiana Da Silva, membre active du mouvement, à France 3 Nouvelle-Aquitaine. En effet, les grèves débutées en 2018 n'ont pu se tenir comme elles le prévoyaient à cause de la pandémie et des restrictions associées. La dernière en date a bien été organisée le 19 mars dernier, dans un contexte quelque peu particulier en raison du Covid toujours présent dans la plupart des pays participants.

Lire aussi

Une marche est également organisée à Luxembourg, où le collectif YFC justifie l'événement en dénonçant le comportement passif des responsables politiques, qui "coûte des vies dans le monde entier" et fait référence aux inondations meurtrières de l'été en Allemagne et en Belgique, où "229 personnes ont perdu la vie".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.