Paris : pic de pollution aux particules fines, la circulation différenciée en vigueur ce mercredi

ILLUSTRATION

ALERTE - L'épisode de pollution aux particules fines perdure ce mercredi dans l'Île-de-France. Les automobilistes sont appelés à réduire leur vitesse et privilégier les transports en commun. Les véhicules dotés des vignettes Crit’Air 3, 4 et 5 ne sont pas autorisés dans le Grand Paris de 5h30 à minuit.

Un ciel bleu... mais pollué.  Un épisode de pollution aux particules fines a débuté mardi et se termine mercredi sur une large partie de l’Île-de-France. La qualité de l'air sera "dégradée à mauvaise" à Paris et dans le nord-ouest de la région, "en raison des conditions météorologiques qui empêchent la dispersion des polluants émis localement", explique Airparif, l’organisme chargé de mesurer la qualité de l'air, dans un communiqué. Le seuil moyen des 50 µg/m3  pour les particules P10 devrait être dépassé dans la journée.

Airparif appelle donc à la vigilance. "Nous recommandons aux personnes vulnérables et sensibles d'être attentives à l'apparition de symptômes", met en garde l’organisme. 

Stationnement gratuit ce mardi à Paris

L’Agence régionale de santé (ARS) conseille aux personnes fragiles, femmes enceintes, personnes de plus de 65 ans, de ne pas pratiquer d’activités physiques. De son côté, la préfecture de Paris demande aux automobilistes de lever le pied, en réduisant leur vitesse de 20 km/h, et de privilégier les transports en commun. Seuls les véhicules disposant des vignettes Crit'Air 0, 1 et 2 sont autorisés à circuler à l'intérieur du périmètre délimité par l'A86. Des mesures restrictives de circulation qui s'appliquent de 5h30 à minuit dès mercredi et ce jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les niveaux en particules seront élevés sur toute la région, alors qu'un nouveau nuage de sable en provenance du Sahara pourrait remonter, à la faveur du vent, jusqu'à l'Île-de-France, avertit Airparif. Pour rappel, les particules fines sont les polluants émis notamment par le trafic routier. Elles ont des effets particulièrement néfastes sur la santé. En raison de leur taille, elles pénètrent dans les poumons et dans le sang.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

REVIVEZ - PSG-Bayern Munich (0-1) : malgré la défaite, Paris verra à nouveau les demies

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

Lire et commenter