Inaction climatique : l'inexcusable est-il défendable ?

Inaction climatique : l'inexcusable est-il défendable ?

ÉDITO - Les plaintes pour inaction climatique risquent de se multiplier contre les dirigeants dans les années à venir. Qu'en attendre ? Fabrice Bonnifet, président du C3D, le Collège des directeurs du développement durable, nous livre son analyse.

La Cour de justice de la République a récemment ouvert une enquête à l’encontre d’une ancienne ministre sur la gestion de la crise sanitaire de l'épidémie de Covid-19 pour une supposée "abstention volontaire de combattre un sinistre", associée à une volonté de "mise en danger de la vie d’autrui". Qui peut croire que le gouvernement n’ait pas fait le maximum de ce qu’il pouvait faire en fonction du peu d’informations disponibles sur cette maladie au démarrage de la pandémie ? Tout a été tellement soudain que la plupart des pays dans le monde ont fait ce qu’ils ont pu pour protéger leur population avec les moyens dont ils disposaient et avec, sans doute, plus ou moins d’anticipation. Dans ce contexte, chercher un bouc émissaire n’a guère de sens. 

Le scénario risque d’être très différent pour les actions en justice à l’encontre des décideurs politiques et économiques d’hier et d’aujourd’hui, qui maintenant vont se multiplier pour "inaction climatique ayant entraîné l’effondrement planétaire". Cette fois-ci,  l’effet de surprise ne pourra pas être invoqué, pas plus que l’absence d’informations scientifiques convergentes. Le changement climatique est connue et modélisé depuis plus de 30 ans. Les rapports successifs du Giec n’ont fait qu’affiner des données et des connaissances parfaitement maîtrisées, pour lesquelles la finalité du réchauffement du fait des activités humaines ne peut pas être remis en question. 

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

Alors, quelle stratégie de défense ces décideurs vont-ils adopter ? Dans l’excellent ouvrage Sorry children (Gallimard), Pierre Charrier, Grégory Poinsenet et Josef Helie ont rassemblé une collection savoureuse de "pires excuses" que nous nous ne manquerons pas d’entendre au prétoire : "ceux d’avant n’avaient pas fait mieux", "il fallait de la croissance bordel", "puisque les industriels ne faisaient rien, je ne voyais pas pourquoi j’aurais dû agir", "on m’a dit que c’était impossible de faire autrement", "je pensais qu’on trouverait des solutions techniques", "je croyais que l’économie était une science", "je savais mais je croyais que c’était réversible", "je pensais que nous irions sur Mars", "j’ai cru qu’on avait encore du temps devant nous", "je pensais qu’il y avait des combats plus urgents", "je comptais sur les autres pour faire à ma place", "mon cerveau n’aimait pas les menaces"... Amusant, non ? Ou effrayant plutôt, car au-delà des dirigeants qui forcément portent une part de responsabilité plus importante pour n’avoir pas su prendre à temps les bonnes décisions dans l’intérêt général de tous, les citoyens des pays dit développés sur le plan matériel ont également une part d’irresponsabilité dans leur mode de vie, clairement incompatible avec la capacité des ressources naturelles pour se renouveler et des écosystèmes pour digérer nos excès de pollution. 

Lire aussi

Hélas, ces procès ne participeront en rien à réparer la machine climatique, mais ils permettront d’en savoir plus sur le caractère inconséquent et suffisant d’Homo débilus. Car si nous sommes capables du meilleur comme du pire, c’est bien dans le pire que nous sommes les meilleurs. En effet, nous allons en moins de 200 ans réussir l’exploit de détraquer le climat pour des milliers d’années et rendre la vie insupportable pour des milliards de personnes sur des générations, tout en éradiquant les trois quarts des espèces vivantes qui partagent avec nous la seule planète viable à des années lumières à la ronde. Game over. Est-ce vraiment ainsi que nous imaginons la fin de la partie ?

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

"The Voice All Stars" : ces 6 talents qu’on aimerait voir en finale

Deux navires de guerre russe et américain frôlent l'incident en mer du Japon : "Un acte inadmissible"

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.