Le train à hydrogène arrive en France

Un train à hydrogène du constructeur Alstom à Leipzig (Allemagne) en 2019.

FERROVIAIRE - Lancé en Allemagne en 2018, le train à hydrogène doit enfin démarrer en France avec la signature d'un contrat pour 12 rames destinées à quatre régions pionnières. Les premiers essais sont prévus fin 2023.

"C'est une étape supplémentaire vers le 'zéro émission' dans le transport public ferroviaire", assure Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs. Suite à la signature de ce contrat avec Alstom, la SNCF va pouvoir mettre en place les premiers trains à hydrogène en France. Les premiers essais prévus fin 2023 seront réalisés en Auvergne-Rhône-Alpes, en Bourgogne-Franche-Comté, dans le Grand Est et en Occitanie. La mise en service commerciale est prévue en 2025, soit deux ans après les ambitions initiales du gouvernement. 

Le contrat s'élève pour Alstom à 190 millions d'euros. Il prévoit la fourniture de trois trains à chacune des quatre régions pionnières, auxquels pourraient s'en ajouter deux en options pour le Grand Est. La région Auvergne-Rhône-Alpes a déjà indiqué que les nouveaux trains circuleraient entre Saint-Étienne et Clermont-Ferrand. En Bourgogne-Franche-Comté, ils rouleront du côté d'Auxerre, et en Occitanie, sur la ligne conduisant à Bagnères-de-Luchon (Haute-Garonne).

De l'hydrogène pour remplacer le diesel

Longs de 72 mètres, ces trains de quatre voitures offriront 218 places assises "et les mêmes performances dynamiques et de confort que la version bimode électrique-diesel", selon ses promoteurs. Ces trains mélangent de l'hydrogène embarqué à bord et de l'oxygène présent dans l'air ambiant, grâce à une pile à combustible installée dans la toiture qui produit l'électricité nécessaire à la traction de la rame. Ils ne rejettent donc que de la vapeur d'eau.

Mise au point par Alstom dans son usine de Tarbes, cette technologie est utilisée en Allemagne. Les premiers prototypes ont circulé là-bas dès 2018 et 41 commandes ont été passées à ce jour. Mais contrairement à l'Allemagne où les modèles fonctionnent uniquement à l'hydrogène, les modèles français seront bimodes, capables également de rouler sous caténaires en traction électrique. 

Lire aussi

Une aide de 47 millions d'euros de la part de l'État vient réduire les frais engagés par les régions. "La France a tout pour devenir un champion de l'hydrogène : le gouvernement est pleinement engagé pour faire de cette ambition une réalité", a par ailleurs remarqué le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. 

La SNCF, longtemps réticente, a fini par se convertir à l'hydrogène, désormais considéré comme une bonne option pour remplacer le diesel. Elle s'est donnée pour objectif de ne plus utiliser de diesel en 2035.

Découvrez notre podcast "Impact Positif"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Alerte enlèvement : une fillette de 8 ans enlevée par trois hommes dans les Vosges

REVIVEZ - PSG-Bayern Munich (0-1) : malgré la défaite, Paris verra à nouveau les demies

Pfizer, Moderna… Et si vous ne pouviez bientôt plus choisir votre vaccin contre le Covid-19 ?

EN DIRECT - États-Unis : Pfizer dit pouvoir livrer 10% de doses de vaccins de plus que prévu d'ici fin mai

Lire et commenter