Une centaine d'OGM autorisés en France, dans l'alimentation notamment

Manifestations contre le soja génétiquement modifié en mai 2019.

CONTROVERSE - La mise en culture de semences comportant des organismes génétiquement modifiés reste interdite en France. Pourtant, un rapport de la répression des fraudes affirme qu'"une centaine d'OGM" sont bien autorisés dans l'Hexagone.

Les autorisations "qui concernent le maïs, le colza, le coton, le soja et la betterave sucrière, permettent l'importation de graines et leur commercialisation à des fins de transformation, mais pas pour la mise en culture". Dans un rapport publié ce mardi, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a rappelé la réglementation française sur les OGM. 

Le document souligne également que "le caractère OGM doit être indiqué" dans les produits alimentaires ou textiles et que leur commercialisation est "possible" sous "conditions strictes". Une "centaine" de ces produits est ainsi en circulation en France, ce qui confirme le caractère légal de l'importation d'OGM en France et en Europe malgré l'interdiction de mise en culture.

Le bilan de "la recherche d'OGM dans les semences des grandes cultures" de la DGCCRF fait également le point sur les contrôles d'OGM non autorisés trouvés dans des semences. Ainsi, après la détection, en 2018, d'un lot de semences de colza transgénique en France, "les investigations menées en 2019" par la DGCCRF "ont ciblé cette culture et conclu à la conformité de tous les lots" mis sur le marché et contrôlés.

De potentielles conséquences irréversibles

D'une manière générale, les contrôles ont montré que les principaux opérateurs (semenciers, coopératives..) "maîtrisent le risque de contamination par des OGM des semences mises sur le marché en France" après avoir examiné les protocoles de recherche et les rapports d'essai des principaux semenciers, obtenteurs de semences et leurs sous-traitants. 

Une satisfaction pour l'organisme pour qui "la présence d'OGM non autorisés dans les semences, graines destinées à la culture et premier maillon de la chaîne alimentaire, peut avoir des conséquences irréversibles pour l'environnement et représenter un risque pour la santé si leur innocuité n'a pas été évaluée". 

Lire aussi

Compte tenu de l'importance du secteur des semences, en amont de la chaîne alimentaire, et des "conséquences économiques importantes qui peuvent découler de contaminations fortuites par les OGM (arrachage, retraits-rappels, etc.)", la DGCCRF "poursuivra les contrôles réguliers dans ce secteur" conclut le document. 

Écoutez le dernier épisode d'Impact Positif dans lequel Pablo Servigne nous parle son livre "Aux origines de la catastrophe, pourquoi en sommes-nous arrivés là ?"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

 - Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

-Sur DEEZER

Bienvenue dans le podcast "Impact positif", dédié à celles et ceux qui veulent changer la société et le monde. Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden estime que le Covid-19 fera "plus de 600.000" morts aux États-Unis

EN DIRECT - États-Unis : l'acte d'accusation contre Donald Trump transmis au Sénat lundi

Procès en destitution de Trump : l'article transmis lundi au Sénat, et après ?

Paris : un adolescent lynché sur la dalle Beaugrenelle, ses agresseurs recherchés

Joe Biden prend ses distances avec Donald Trump jusque dans la décoration du Bureau ovale

Lire et commenter