Urgence climatique : donnons aux jeunes un espoir qui mobilise et non qui rassure

Photo d'illustration

ÉDITO - "À l’instar des animaux qui ressentent le danger lorsqu'un tsunami va arriver, la jeunesse du monde entier ne croit plus aux beaux discours des politiques et des décideurs économiques qui lui promettent un avenir radieux", constate Fabrice Bonnifet, président du C3D, le Collège des directeurs du développement durable. Il nous livre ses réflexions.

Lorsque le futur semble détestable, c’est que le présent est vide de sens. Selon une étude de la revue The Lancet Planetary Health, les trois quarts des 16-25 ans de dix pays, du Nord comme du Sud, jugent le futur "effrayant", et 45% affirment même que l’écoanxiété affecte leur vie quotidienne. Quelle claque pour tous ceux qui sont censés enchanter l’avenir du haut de leur piédestal. À l’instar des animaux qui ressentent le danger lorsqu'un tsunami va arriver, la jeunesse du monde entier ne croit plus aux beaux discours des politiques et des décideurs économiques qui lui promettent un avenir radieux, car ils savent bien que les signaux forts de l’effondrement planétaire en cours ne concordent pas avec cet optimisme. 

La techno-béatitude ambiante, les perspectives plus qu’hypothétiques des voyages inter-sidéraux, la posture d’optimisme érigée en prophétie auto-réalisatrice, ne fonctionneront pas au regard de ce qu’il faudrait réellement faire face à l’urgence climatique. Alors que la seule solution est de rendre la sobriété désirable dans un contexte de justice sociale globale, on continue d’enfumer les jeunes et les autres dans une spirale d’illusions à base de Green New Deal, de croissance verte et de conquêtes spatiales.

Toute l'info sur

Impact positif

Pourquoi lancer Impact Positif ?

À noter que les lanceurs d’alerte sont contestés moins pour les informations qu’ils apportent que pour la peur qu’ils suscitent, dont la fameuse écologie soit-disant punitive ! "Il faut donner de l’espoir aux jeunes", entend-on souvent de la part de ceux qui usent et abusent de grandes déclarations d’engagement vers la neutralité carbone, tout en continuant à financer les énergies fossiles et en sachant au fond d’eux-mêmes que rien ne changera. Les décisions d’aujourd’hui pour 2050, c'est nous qui ne les prenons pas, c'est la génération à venir qui les assumera. Reconnaissons qu’il y a de quoi saper l'espoir des jeunes. 

Mais bon, pourquoi s’inquiéter inutilement puisque la technologie va nous sauver ? Balivernes, les jeunes sont conscients de l'ineptie dans laquelle on s'enfonce. Et, quelle que soit leur condition, ils ne peuvent plus adhérer au blabla des dirigeants, comme l’a une fois encore dénoncé récemment Greta Thunberg lors d’une conférence de l’ONU à Milan. Pas plus que les électeurs ne croient à la politique, si on en juge aux taux de participation aux élections. Ce que veulent les jeunes, ce n’est pas de l’espoir qui rassure, mais de l’espoir qui mobilise. Le premier étant un inhibiteur, le second un catalyseur de l'action. L’espoir qui mobilise requiert du courage, du leadership et une vision claire de ce que signifie vraiment un monde débarrassé des énergies fossiles. Force est de constater que très peu de responsables cochent toutes ces cases ! Généralement, c’est seulement une fois la crise aigüe et généralisée survenue que les destins se dessinent. Qui sera le prochain Général de Gaulle ou le Winston Churchill des différents pays du monde ? Qui déclenchera cette vague ?

Lire aussi

  

Le problème du changement climatique est qu’il est trop rapide pour nous permettre de nous adapter sans drame et qu’il est trop lent pour générer une réaction à la hauteur des risques encourus, car au moment même où l’humanité va se réveiller, il sera sans doute trop tard. Les jeunes le savent. Chaque délai supplémentaire et excuse que nous prenons ne fera qu'accentuer la crise. Tous ceux qui ont pris le temps de comprendre le savent, eux aussi. D'où l'état dans lequel la fameuse étude les trouve - état qui ne va pas aller en s'arrangeant. Cet héritage empoisonné, nous ne devons pas nous résoudre à le leur léguer. Agissons aujourd'hui.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alec Baldwin tire et tue un membre de l'équipe sur un tournage : des photos de l'acteur juste après l'accident mortel publiées

EXCLUSIF - Affaire Maëlys : des invités du mariage où Nordahl Lelandais a enlevé la fillette témoignent

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de classes fermées remonte légèrement

"Indemnité inflation" : à qui va-t-elle s'adresser, quel montant et quand sera-t-elle versée ?

Prix des carburants : une indemnité "classe moyenne" de 100 euros pour 38 millions de Français

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.