4807 mètres : le mont Blanc redescend à son altitude emblématique

4807 mètres : le mont Blanc redescend à son altitude emblématique

SOMMET - L'altitude du mont Blanc fluctue d'année en année. Le dernier relevé, de 2017, situait le sommet de l'Europe occidentale à 4808,72 mètres. De nouvelles mesures annoncées ce mercredi le situent 91 centimètres plus bas... à 4807,81.

Officiellement, le mont Blanc mesurait 4808,72 mètres jusqu'à ce mercredi 29 septembre 2021, avant la publication de nouvelles mesures, effectuées le 17 septembre dernier : le sommet mythique redescend aujourd'hui de 91 centimètres, soit à une marque de 4807,81 mètres. La hauteur du mont Blanc n'aura en fait jamais cessé de varier, même si une expédition de 1863 avait gravé pour longtemps le chiffre de 4807 mètres dans les manuels scolaires et l'imaginaire national. 

Toute l'info sur

Le 13H

Ce que l'on mesure, c'est en fait la hauteur du mont Blanc au sommet du manteau neigeux qui le recouvre. Dans le reportage de TF1 en tête de cet article, le géomètre-expert Jean des Garets, qui a participé à l'expédition, explique la méthode : "On ne mesure pas la toute dernière neige, on en gratte 40 cm au sommet, pour atteindre la glace, et on mesure ça. Le point sommital, c’est la glace". Plantée à ce point précis, une antenne va recevoir des signaux satellite pendant une trentaine de minutes, qui affineront les données. L'épaisseur de glace et de neige qui coiffe le mont Blanc fluctue entre 15 et 23 mètres. Le sommet rocheux, lui, culmine à l'altitude presque intangible de 4792 mètres : il poursuit en fait sa très lente "croissance" de 1 à 3 mm par an, du fait du soulèvement tectonique continu du massif.

Neiges éternelles ?

Depuis 2001, les mesures sont mises à jour tous les deux ans, nécessitant chaque fois une expédition pour des relevés in-situ extrêmement précis. L'exercice est l'occasion de mettre en œuvre les dernières techniques de mesure, en évolution constante à la faveur de l'amélioration des données satellite ou de la modélisation 3D. 

Mais il permet surtout d'observer les variations de l'épaisseur de neige et de glace sur la durée, et de les corréler (ou non) au réchauffement climatique. Car si une baisse de l'altitude du mont Blanc est souvent attribuée au réchauffement climatique, son impact au-dessus de 4000 mètres n'est pas (encore) avéré, au contraire des glaciers qui en dévalent. La poursuite de l'étude dira si les neiges qui coiffent les sommets sont bien "éternelles".

Lire aussi

Dans les rues de Chamonix, interrogés par TF1, les habitants ne savent plus quelle est l'altitude du mont Blanc. "4810 ?, 4808 ?". Au fur et à mesure des relevés biannuels, on a perdu le fil. Il y a vingt ans, le premier résultat de cette série situait l'altitude du géant franco-italien à 4810 mètres, une révolution à l'époque : la marque de "4807" était gravée dans la mémoire de tous les anciens écoliers de France. Autre mythe battu en brèche depuis longtemps, mais toujours vivace : si celui qu'on a longtemps appelé à tort le "toit de l'Europe" domine bien l'Europe occidentale, il n'est que le cinquième sommet du continent derrière ceux du Caucase, bien loin des 5642 mètres du Mont Elbrouz.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars" : Louis Delort, Manon, Anne Sila, Amalya, Terence et MB14 filent en finale

VIDÉO - Royaume-Uni : la désillusion des pro-Brexit face aux pénuries et au manque de main d’œuvre

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

Gare du Nord : un mort et un blessé dans un accident, des passagers bloqués une partie de la nuit

SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Le Pen, Zemmour et Bertrand dans un mouchoir de poche

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.