Camions électriques : une alternative crédible au diesel ?

Camions électriques : une alternative crédible au diesel ?

POLLUTION - Les députés ont adopté un amendement interdisant la vente de poids-lourds diesel en 2040. Ces véhicules seront-ils tous électriques ou à hydrogène ? Est-ce techniquement possible ? Les professionnels sont-ils prêts à faire le grand saut ?

Depuis quelques années, le réchauffement climatique a contraint de nombreuses entreprises à revoir leurs plans et à se pencher très sérieusement sur la transition énergétique. C’est notamment le cas des transporteurs, comme le géant DB Schenker France. Basé aux portes de Paris, il a converti une partie de sa flotte à l’électrique, mais l’autonomie de ces véhicules n’est pour l’instant pas suffisante pour s’en équiper à 100%.

"C’est le type de véhicule qu’on met en place en France et en Europe qui nous permet de solutionner les livraisons en ville. Ce véhicule fait 100 kilomètres d’autonomie, donc vous comprenez bien qu’on ne peut pas aller très loin. On a des bornes de recharge rapide qui permettent de recharger en 45 minutes", nous montre Tariel Chamerois, directeur développement durable chez DB Schenker France.

Toute l'info sur

Le 20h

Ainsi, ce problème d’autonomie contraint le géant européen des transports à rouler à 97% en diesel. Selon Tariel Chamerois, l’offre n’est pas encore au rendez-vous : "Je pense que le challenge, il est, certes pour les transporteurs, mais il est surtout pour les constructeurs. La question, c’est la capacité de pouvoir construire à moindre coût et offrir au marché des véhicules alternatifs." En plus du manque d'autonomie, le coût d’un poids lourd électrique est cinq fois supérieur à un poids lourd diesel.

Pourtant, en 2040, les camions diesel et essence seront interdits dans l’Hexagone, mais pas à la circulation. Les constructeurs se mettent donc en ordre de marche pour rendre leur offre plus écologique. "On prévoit d’avoir 10% de nos ventes en électrique à échéance 2025, 35% à échéance 2030. Et puis, du coup, en 2040, on serait quasiment à 100% en électrique", déclare Olivier Metzger, directeur des énergies alternatives chez Renault Trucks France.

Lire aussi

En attendant, André Bastet, PDG de Sofrat-Betag à Ozoir-la-Ferrière, a décidé de prendre un peu d’avance. Ses camions roulent tous au diesel, mais d’ici la fin de l’année, plus de la moitié rouleront au biocarburant, plus propre. Un surcoût de 4% qu’il est prêt à assumer : "Ça va nous apporter, dans le futur, sur certains appels d’offres de certains de nos clients, une valeur ajoutée par rapport à nos émissions de CO2 qu’on peut émettre avec des camions."

Pour accompagner cette transition énergétique, l’État a promis d’aider le secteur avec une enveloppe de sept milliards d’euros prévue pour développer l’hydrogène.

Découvrez notre podcast "Impact Positif"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Devant l’urgence climatique, la crise démocratique, une société aux inégalités croissantes, certains ont décidé de ne pas rester les bras croisés, ils ont un coup d’avance, l’audace de croire qu’ils peuvent apporter leur pierre à l’édifice. Ils sont ce que l’on appelle des Changemakers.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

EN DIRECT - La catastrophe se poursuit en Inde, près de 4000 décès et 412.000 contaminations au Covid-19 en 24 heures

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

Un morceau de fusée chinoise continue sa chute vers la Terre, sans que l'on sache sa destination

Les brocantes et vide-greniers sont-ils maintenus ? Le 20H vous répond

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.