Chauffage : le gaz banni des logements neufs à partir de l'été prochain

Le chauffage au gaz sera interdit dans tous les logements neufs à partir de 2021. Comment expliquer cette décision du gouvernement ? Et qu'en pensent les professionnels du chauffage ?

RÉVOLUTION - Il n’y a pas si longtemps, les pouvoirs publics nous incitaient à nous chauffer au gaz. Le gouvernement engage un virage à 180 degrés : il sera exclu des logements neufs à partir de 2021.

C'est une révolution dans le secteur du logement. La semaine dernière, la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a dévoilé les nouvelles normes de construction des bâtiments neufs dites "RE 2020". Parmi ces réglementations qui doivent entrer en vigueur à partir de l’été 2021 : la disparition progressive du chauffage au gaz pour les constructions neuves. La RE 2020 concernera les logements, bureaux et bâtiments d'enseignement neufs, tandis que les bâtiments tertiaires plus spécifiques " feront l'objet d'un volet ultérieur de la réglementation", a expliqué Barbara Pompili. 

Toute l'info sur

Le 20h

Que prévoit exactement cette nouvelle réglementation ? L'instauration d'un seuil maximal d'émissions de gaz à effet de serre des consommations d'énergie dans les constructions neuves. Or ce seuil est si bas qu'il rend quasi impossible l'installation de chaudière dans les maisons individuelles dès l'été prochain. "Techniquement, on met un seuil d’émissions de gaz à effet de serre très bas, ce qui empêche quasiment qu’il y ait du gaz dans les maisons neuves", a souligné la ministre de la Transition écologique. 

Pour les logements collectifs, cette mesure s’appliquera de manière plus progressive, mais, à partir de 2024, il sera très compliqué d’installer du chauffage au gaz. 

Une rupture majeure- Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique

Barbara Pompili a qualifié cette batterie de nouvelles mesures de "rupture majeure", tout en précisant que de nouvelles discussions devront se tenir prochainement sur les aspects techniques de cette réglementation. "Nous ne pouvons continuer avec près de trois-quarts des logements neufs sortant de terre pour être chauffés au gaz", a-t-elle poursuivi.

Nous sommes déçus de l'intention politique- Patrick Corbin, président de l'Association française du gaz (AFG)

Alors que le logement entame sa mue, le secteur gazier fulmine. "Nous sommes déçus de l'intention politique exprimée", a réagi Patrick Corbin, président de l'Association française du gaz (AFG) dans un communiqué. "Alors que le réseau de gaz naturel sera de plus en plus renouvelable à horizon 2050, le gouvernement fait fi des gaz renouvelables pour les logements neufs"

La RE2020 représente un défi important pour le secteur gazier qui va donc voir la place du gaz dans le bouquet énergétique se réduire comme peau de chagrin. Le reportage du JT de 20H de TF1 donne la parole à un fabricant de chaudières qui  emploie 500 salariés, et voit là 90% de son activité s'apprêter à disparaître.

La France en retard dans la décarbonation du secteur du bâtiment

Le grand gagnant de ces mesures ? Le secteur de l'électricité, qui voit l'occasion d'accroître sa part du gâteau. Thierry Trouvé, directeur général de GRTgaz, principal gestionnaire du réseau de transport de gaz en France, avait dit à la veille de la présentation de ces nouvelles normes redouter "le retour du chauffage électrique obligatoire pour tous".  Il avait d'ailleurs ajouté :" La crainte, c’est que, lors des prochains hivers, on ait une pointe de consommation dont la taille aura augmenté et un système électrique toujours plus fragile du fait du développement des renouvelables, de la fermeture d’un certain nombre de tranches nucléaires, de leur vieillissement."

Lire aussi

Afin d'éviter cela, Barbara Pompili encourage l'utilisation d'autres méthodes pour remplacer le gaz, comme les pompes à chaleur ou encore le bois. Le gouvernement souhaite rattraper le retard et accélérer la rénovation énergétique des bâtiments. Il espère ainsi faire baisser la consommation énergtique de ces dernierss, à l’origine d’un quart des émissions de gaz à effet de serre. Un "enjeu important", fait valoir auprès de TF1 Emmanuel Acchiardi, sous-directeur à la Direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages (DHUP) : "On estime qu’en 2030, l’application de cette nouvelle règlementation, par rapport à si on était resté à la réglementation actuelle, permet d’éviter l’équivalent de la consommation d’un million et demi de véhicules sur la route".

Le dévoilement de ces mesures était intervenu le jour-même  où le Haut Conseil pour le climat avait tancé la France pour son retard dans la décarbonation du secteur du bâtiment. De son côté, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) s'est "félicité que le gouvernement semble saisir l'occasion de ce dispositif réglementaire pour accélérer le déploiement des solutions renouvelables".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Couvre-feu national à 18h : quelles sont les attestations dérogatoires et où les télécharger ?

EN DIRECT - Covid-19 : près de 25.000 hospitalisations, 196 décès en 24 heures

Départ de Donald Trump : nos images de la Maison-Blanche désertée

Dérogations au couvre-feu national : qui est autorisé à circuler après 18h ?

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Lire et commenter