Dégâts causés par les sangliers : de plus en plus de battues organisées

Dégâts causés par les sangliers : de plus en plus de battues organisées

REPORTAGE - À Valflaunès (Hérault), les sangliers dont le nombre augmente considérablement sèment le trouble. La population organise alors de plus en plus de battues.

Samedi soir, en plein centre-ville de Nîmes, les sangliers sont de plus en plus curieux et de plus en plus nombreux. Ils seraient cinq fois plus qu'il y a dix ans et cela se voit. La seule solution pour protéger les vignobles au pied du pic Saint-Loup, c'est de se résoudre à clôturer. Des clôtures électriques, mobiles au début, n'étaient pas suffisantes. Il a fallu investir dans du plus solide. Plus esthétiques également, elles s'élèvent à plusieurs dizaines de milliers d'euros.

Toute l'info sur

Le 13h

Trois fois par semaine, c'est la battue aux sangliers. On en dénombre deux millions et demi dans le pays. De ce fait, en tuer un n'est plus un événement pour les chasseurs. Dans l'Hérault, il y en a 300 en moins chaque année. Mais ce lundi matin, des points orange guettent. Les piqueurs s'engouffrent avec les chiens. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination : les dates à connaître en fonction de votre tranche d’âge

EN DIRECT - Covid : 25.111 personnes hospitalisées, 326 décès en 24h

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Le déconfinement, quand et comment ? Une réunion interministérielle à l'Élysée ce mercredi après-midi

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Lire et commenter